NATION dénonce le CETA et ses contre-valeurs !

Publié par NATION le

Selon plusieurs organismes de presse canadiens, le gouvernement fédéral du Canada autorise l’irradiation nucléaire du boeuf haché car  cela permettrait de réduire la quantité de bactéries nuisibles dans la viande …

Ce qui est moins dit, c’est que les études sur ce procédé sont incomplètes et que les conséquences sont toujours mal connues . Dès lors, pourquoi des autorités politiques approuvent cette méthode dont on ne connaît pas vraiment les risques pour la santé ?

En Australie, les aliments pour animaux sont obligatoirement irradiés depuis un moment déjà et il a été constaté des troubles et dérèglements neurologiques chez les chats australiens, ce qui a entraîné l’annulation de cette obligation d’irradiation . En France, l’Agence de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), souligne que ce procédé provoque une perte importante de vitamines dans les aliments traités par irradiations : les vitamines A- B1- C et E . Et qu’en plus, si des bactéries sont effectivement éliminées, certains virus résistent à l’irradiation .

Voilà donc un avant goût du TTIP, qui avec le CETA (traité similaire) va permettre un marchandage entre l’Europe et le Canada, de denrées alimentaires manipulées chimiquement ou par radiations . Et si ce genre de produits alimentaires arrivent dans les rayons de nos grandes surfaces, le Mouvement NATION exige qu’un étiquetage clair soit placé sur les produits irradiés. Que ce soit pour notre consommation ou pour celle de nos animaux domestiques, ces produits doivent être facilement identifiés .

Jean-Pierre Demol

 


2 commentaires

Cholewa · 1 mars 2017 à 23 h 00 min

Beaucoup de pays sont opposés au CETA, malheureusement l’acceptation du parlement européen se fera à la majorité, comme à la commission, de plus notre Louis Michel, vu son grand âge, ne sais plus interpréter les textes des accords commerciaux et n’a pas compris ce que “LIBRE”, dans “accord de LIBRE échanges” signifie que le moindre obstacle à la commercialisation d’un produit nous coûtera une amende et qui va payer ? pas les parlementaires qui auront signer cet accord, mais encore NOUS !!!

Catrysse roger · 1 mars 2017 à 23 h 09 min

Vous avez raison?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *