HISTORIQUE

Le Mouvement a été créé en septembre 1999 par des militants issus de diverses mouvances nationalistes désireux de rompre avec l’amateurisme et l’immobilisme des mouvements existant à l’époque.

Le moment de la création de NATION n’est pas un hasard. Le projet avait été préparé depuis longtemps mais n’aurait pas eu de sens si les partis de la vieille « extrême-droite » avaient pu garder un bon score électoral.

Le soir des élections, ce que nous pressentions s’est produit : Waterloo électoral des FN-FNB…Dès le lendemain,  nos portables se mirent à sonner avec ce leitmotiv : « vous aviez raison ? Que peut-on faire ? »

« Que peut-on faire ? » était LA seule bonne question ! Que pouvait-on faire en n’ayant que très peu de moyens financiers mais avec une formidable dynamique militante et avec toute notre foi et notre détermination ?

Le projet avait été théorisé pendant 1 année et ceci, parallèlement à la parution régulière d’une revue nommée « Devenir » et  au lancement de campagnes de comités tels que « Le Comité contre les faux réfugiés » et le Comité des Nationalistes contre l’OTAN (en rapport à l’agression de la Serbie lors de la guerre dite du Kosovo).

Nous peaufinerons le projet pendant les vacances d’été et en septembre 99, nous sommes prêts et nous décidons d’y aller

3,2,1 partez !

11 septembre 1999 : Création de NATION lors des Etas généraux du nationalisme

Très vite, nous faisons tout pour nous différencier de la vieille « extrême-droite », en particulier sur  les thèmes utilisés,  mais aussi en descendant dans la rue. Ce que personne de notre camp en Belgique francophone ne faisait plus !

Ainsi, la première action de NATION aura lieu en novembre 1999 dans le cadre d’un Comité « Résistance Verte » et sur le thème de la malbouffe et les méthodes de travail chez Mc Do.

Nous allons aussi utiliser la « provocation de bon goût » ! Ainsi, à peine un an après la création de NATION, nous allons organiser un meeting européen à Bruxelles. Meeting dont le thème sera « Pour un Ordre Nouveau ».

Nous ferons venir des orateurs allemands (NPD), serbes (Parti Radical serbe), des camarades français du GUD ! A noter que cette réunion se tiendra sous haute surveillance policière mais sans aucun incident ni contre-manifestants qui auraient été bien reçus vu le type de militants présents.

La presse en parlera d’ailleurs !

Premiers succès, première répression

2001 sera une année marquante, car elle verra de nombreuses actions de NATION être médiatisées…

  • Participation à une manifestation contre la venue de Georges Bush à Bruxelles…qui se transformera en bataille rangée avec les gauchistes
  • Participation très remarquée à une « Marche contre la drogue » à Bruxelles avec 3000 participants
  • Participation au lancement du Comité « Nationalistes contre la globalisation » à l’occasion du 1er sommet européen à Bruxelles. Cela fera un véritable buzz médiatique car personne ne nous attendait sur ce terrain et cela nous valut des réactions très agressives de la gauche, y compris lors de nos manifestations.
  • L’organisation des « Rencontres Nationalistes » à Bruxelles. Activité qui va rencontrer un très grand succès

Mais 2001 est aussi l’année qui verra le lancement de procédures judiciaires contre NATION pour des écrits et des tracts juges « racistes ».

Mais cette répression, y compris des perquisitions, ne va pas ralentir le développement du Mouvement, qui sera d’ailleurs le premier mouvement nationaliste de Belgique francophone à disposer d’un site Internet…

NATION et les élections

NATION n’a jamais été un mouvement à vocation uniquement électoraliste. Mais nous avons aussi participé aux élections. Car les élections nous permettaient d’avoir un peu de visibilité même si le système est bien verrouillé et le black-out médiatique complet.

  • Aux législatives de 2003, notre premier galop d’essai, nous présenterons 2 listes et obtiendrons 4.100 voix
  • Lors des communales de 2006, en cartel avec le FNB, nous obtenons des résultats encourageants : 1 élu communal à Verviers (le second raté de 50 voix…) avec 6.3 %.
  • En Juin 2009, nous participerons aux élections avec une seule liste à Bruxelles et des résultats très décevants.
  • Octobre 2012 : Après une très active campagne électorale, NATION engrange ses premiers résultats significatifs aux élections communales :
    • Liste de NATION aux provinciales pour le district de Charleroi : 1,46 %
    • Liste de NATION aux communales pour Charleroi : 1,16 %
    • Liste de NATION aux communales pour Forest : 1.24 %
    • Liste de NATION aux communales pour Evere : 4.47 % !!!
  • Élections de mai 2014 : NATION présente 13 listes et 155 candidats aux élections du 25 mai et dépasse 2 % dans trois cantons. Au total sur la Wallonie, NATION totalise 10.839 voix et se situe dans les 10 premiers scores ! Au niveau national, NATION a obtenu 10.226 voix et est le 15è parti francophone sur 33.
  • En 2018, nous avons présenté 14 listes communales et étions présents dans 8 districts communaux touchant ainsi 43 communes. Nous aurons 6 communes où nous dépassons les 2% et 2 communes où nous dépassons les 3%
  • En 2019,  les résultats des élections générales ont été clairement décevantes…

L’analyse de tous ces résultats démontre que là où nous sommes bien implantés, nous faisons des résultats très corrects aux élections locales. Par contre, dès qu’on parle d’élections générales, les résultats ne suivent pas car d’abord on ne peut pas être présent partout aux élections fédérales ce qui fait chuter les pourcentages. De plus, une couverture totale des zones où nous nous présentons demande de nombreux moyens financiers. Enfin, le black-out médiatique que nous subissons achève de rendre nos résultats bien trop modestes.

NATION et l’activisme

Osons l’affirmer, NATION a un bilan incomparable en cette matière : des dizaines de manifestations et des centaines d’actions. NATION a même réalisé des premières. En effet, l’organisation de cortèges du 1er Mai ou de manifestations dans des villes wallonnes était quelque chose qui n’était plus arrivé en Belgique francophone depuis la 2è guerre mondiale.

Et en tous les cas, même lorsque nos actions étaient interdites, jamais nous n’avons accepté sans réagir et avons toujours mené des actions de protestation. Et nous avons toujours tenu le pavé face à la crapule gauchiste.

Quant aux types d’actions que nous avons mené, nous vous encourageons à aller les découvrir sur la brochure que nous avons publié et qui retrace les 20 ans d’activité du Mouvement.

Nous en resterons là, sous peine de devoir écrire un livre complet sur ces 20 années très denses et très intenses.

La chronologie plus complète est visible ci-dessous :

En février 2000, le mouvement lance sa structure jeune : Jeune Nation

En mai 2001, suite à une campagne de tracts intitulés “halte au racisme anti-belge”, NATION connaîtra la répression et un procès intenté à plusieurs dirigeants du Mouvement. Mais NATION ne sera pas condamné en tant que tel.

En août 2001, lancement avec divers groupes wallons et flamands d’un comité “Nationalistes contre la globalisation” à l’occasion de la présidence belge de l’Union européenne et des sommets européens qui devaient se tenir en Belgique. La campagne d’action va durer trois mois et aura un grand retentissement médiatique.

Février 2003 : Un dirigeant du Mouvement part en Irak comme bouclier humain pour protester contre la guerre. A l’époque, NATION avait prévenu que faire la guerre en Irak allait contribuer à ouvrir la boite à Pandore…et nous avions terriblement raison !

En 2003, NATION s’investit dans des collaborations européennes concrètes comme l’appui à l’organisation de “camps identitaires” de formation mais aussi dans le cadre d’un magazine commun à la France, la Belgique et la Suisse et qui s’appelait Id Magazine.

Cette année-là vit aussi le lancement d’un cycle de conférences mensuelles, avec d’autres associations, intitulées “conférences identitaires”. Ces conférences déboucheront sur l’organisation annuelle de quatre grosses réunions intitulées “Fête de l’identité”.

En 2004, avec d’autres associations européennes, NATION s’engage dans une vaste campagne contre l’entrée de la Turquie en Europe

En hiver 2005, NATION co-organise les premières soupes identitaires en Belgique. Ce sera le début de toute une série d’actions sociales en faveur, non seulement des SDF, mais des défavorisés de notre peuple en général

Lors des communales de 2006, en cartel avec le FNB, nous obtenons des résultats encourageants : 1 élu communal à Verviers (le second raté de 50 voix…) avec 6.3 %.

En Mai 2007, deux militants de NATION seront agressés et blessés par des racailles avec la complicité de policiers namurois.

En Octobre 2007, plusieurs dirigeants de l’UMP Belgique rejoignent le Mouvement NATION.

Novembre 2007 : un sympathisant est blessé par la police lors d’une action à Ixelles.

Juin 2009 : Participation aux élections avec une seule liste à Bruxelles et des résultats très décevants. Suite à cela, un Congrès aura lieu en décembre et changera la direction du Mouvement

Un an plus tard, le congrès suivra rassemblera trois fois plus de monde que celui de 2009 !

En janvier 2011 est célébré le 100è numéro du bulletin interne du Mouvement : NATION Infos

Mai 2011, NATION participe à une importante marche nationaliste (1500 personnes) à Paris et sa délégation y est particulièrement remarquée

En octobre 2011, NATION co-organise un rassemblement européen à Lille qui est un grand succès militant (800 personnes) et médiatique.

En novembre 2011, pour la première fois depuis bien longtemps, NATION tient le pavé à Liège et ceci malgré l’opposition physique de groupes d’extrême-gauche

Le 19 Avril 2012, une manifestation d’activistes musulmans devant la RTBF est interdite suite au risque de contre-manifestation de NATION. Le quartier est en état de siège et les médias en font grand écho.

17 juin 2012, de violents incidents éclatent à Bruxelles entre la police et des extrémistes de gauche qui cherchaient à se confronter aux militants de NATION qui participaient à une manifestation contre les extrémistes islamistes. Énorme retentissement médiatique.

Août- Septembre 2012 : NATION sera très présent lors de plusieurs actions contre la libération de Michèle Martin et sera très médiatisé à cette occasion.

Octobre 2012 : Après une très active campagne électorale, NATION engrange ses premiers résultats significatifs aux élections communales :

  • Liste de NATION aux provinciales pour le district de Charleroi : 1,46 %
  • Liste de NATION aux communales pour Charleroi : 1,16 %
  • Liste de NATION aux communales pour Forest : 1.24 %
  • Liste de NATION aux communales pour Evere : 4.47 % !!!

Le 1er mai 2013 : pour la première fois depuis des décennies, un mouvement de type identitaire arrive à manifester dans le centre de Bruxelles où NATION réunit 120 personnes.

31 août 2013 : Inauguration d’un nouveau local de NATION à Bruxelles

22 novembre 2013 : RTL-TVI consacre une partie du magazine Reporters aux actions du Mouvement NATION. Une polémique s’en suivra au sujet d’une action des militants de NATION contre le principe des snacks « Hallal »

Élections de mai 2014 : NATION présente 13 listes et 155 candidats aux élections du 25 mai et dépasse 2 % dans trois cantons. Au total sur la Wallonie, NATION totalise 10.839 voix et se situe dans les 10 premiers scores ! Au niveau national, NATION a obtenu 10.226 voix et est le 15è parti francophone sur 33.

Une délégation de NATION visite la Syrie à l’invitation des autorités syriennes et rencontre nombre de ministres lors de plusieurs voyages (octobre 2014 – Juin 2015 – Avril 2016)

Février 2015 : Création d’un parti pan-européen (Alliance pour la Paix et la Liberté) dont fait partie NATION avec divers partis européens.

Mai 2015 : Agression de 6 militants de NATION par des dizaines de militants gauchistes dont certains casqués et armés. Malgré cette agression, par ailleurs vaillamment repoussée, le cortège de NATION a bien pu se tenir

Juin 2015 : A l’issue d’une contre-manifestation de NATION face aux rassemblements illégaux de sans-papiers à Bruxelles, une bagarre éclate entre un marginal militant de gauche et des militants de NATION, une vaste campagne de presse est lancée contre le Mouvement

Octobre – Novembre 2015 : Des militants de NATION participent activement aux réactions citoyennes houleux qui se font jour dans plusieurs communes concernant l’arrivée de migrants (grosse attention médiatique).

Décembre 2015 : L’Alliance pour la Paix et la liberté, parti pan-européen, dont NATION fait partie, est reconnu par le Parlement Européen.

Juillet 2016 : NATION détruit à Bruxelles le drapeau de Daesh devant les médias et la police ! Gros succès médiatique et sur les réseaux sociaux !

Novembre – Décembre 2016 : Plusieurs agressions gauchistes contre les locaux du parti pan-européen dont nous faisons partie, sans jamais pouvoir en empêcher le fonctionnement

Mars 2017 : NATION apparaît dans les sondages (2,5 %)… mais les sondeurs refusent de le nommer

Septembre 2017 : Grand congrès doctrinal de NATION où nos membres ont pu proposer et voter notre nouveau programme composé de 430 propositions !

Décembre 2017 : Le local de Bruxelles étant devenu beaucoup trop petit, NATION déménage à Charleroi !

Le 20 janvier 2018, inauguration de notre nouveau local à Charleroi

Le 25 février, la police de Bruxelles intervient contre l’association « Pour les Nôtres » et qui, épaulée par NATION, voulait organiser une collecte de colis alimentaires pour les Belges en précarité.

Pour l’anniversaire des attentats islamistes du 22 mars, NATION accroche pendant la nuit une banderole à l’endroit où toutes les autorités vont venir se recueillir hypocritement

En avril, NATION participe à une conférence nationaliste à Genève. Cette conférence organisée par Résistance Helvétique a eu un écho certain dans la presse suisse qui a abondamment cité NATION

Le 1er Mai, NATION rassemble près d’une centaine de personnes dans un rassemblement devant la gare de Charleroi. A noter que c’est la première fois depuis la 2ème guerre mondiale qu’un mouvement, tel que le nôtre, manifeste légalement à Charleroi.

Début Juin, le président de NATION visite (dans le cadre de l’APF) la Syrie et le Liban où il aura une rencontre officielle avec le chef de l’état libanais, le général Aoun

NATION participe aux élections locales d’octobre 2018. Le bilan est le suivant. En 2012, nous avions présenté 3 listes communales et étions représentés dans 1 district, couvrant 1 seule commune. En 2018, nous avons présenté 14 listes communales et étions présents dans 8 districts communaux touchant ainsi 43 communes. En 2012, nous avions passé à 3 reprises la barre des 1% et avions fait un résultat encourageant de 4.5% à Evere. En 2018, nous avons 6 communes où nous dépassons les 2% et 2 communes où nous dépassons les 3%

Le 7 octobre, des militants liégeois du Mouvement NATION sont la cible d’une attaque au cocktail Molotov. Il n’y aura heureusement aucune victime.

Le mois de Novembre et de Décembre aura été marqué par un activisme intense des militants de NATION qui s’engagèrent auprès des Gilets Jaunes, dès le début du mouvement mais qui furent aussi très actif dans les actions contre le Pacte de Marrakech. C’est ainsi qu’en 3 semaines, les militants de NATION participèrent à 3 manifestations de Gilets Jaunes, 1 manifestation contre le Pacte de Marrakech et, à Liège, durent affronter  les bandes gauchistes.

C’est aussi en décembre que NATION  a tenu son XIè Congrès au cours duquel, Hervé Van Laethem a été réélu président du Mouvement à la quasi-unanimité du Mouvement.

En janvier 2019, les médias et l’extrême-gauche se mettent à hurler après que le président de NATION annonce déposer « gilets jaunes » comme marque afin de garantir que personne ne puisse l’utiliser de manière politicienne.

Après plusieurs mois de collaboration fructueuse avec NATION, la Nouvelle Wallonie Alternative (NWA) décide de rejoindre NATION. Salvatore Russo, président de la NWA, devient vice-président de NATION.

La présence de militants de NATION et leur « combativité » face aux gauchistes est relevé par de nombreux médias lors des incidents provoqués à Verviers, par ces gauchistes, lors d’une conférence prévue de Théo Francken. Grand impact médiatique pour NATION dont on parlera même dans les débats télévisés dominicaux.

Le président de NATION rencontre pour la seconde fois, le président de la République Libanaise Michel Aoun, lors d’un voyage officiel avec des députés européens.

A l’occasion du 1er Mai 2019, NATION tient à Charleroi un meeting électoral qui est un énorme succès. La grande salle est comble et le meeting est combattif et techniquement sans fautes.

A la suite des élections générales du 26 Mai, les résultats seront décevants par rapport à la dynamique de campagne.

  • Au niveau de la province du Luxembourg, pour une première fois, nous sommes assez contents du résultat 1.176 voix (fédéral) – 1.170 (régional)
  • Pour le Hainaut, nous progressons un peu partout mais dans une bien trop faible mesure. Nous obtenons 5.341 voix contre 3.767 en 2014.
  • Dans le Namurois, épinglons le résultat du canton de Couvin où l’on obtient 2.46%. Pour toute la province, nous totalisons 1.929 voix contre 1576 en 2014.
  • En province de Liège, aux élections pour la Chambre, nous reculons légèrement en passant de 2.342 voix en 2014 à 2.137 voix en 2019. Cela est sans nul doute dû au fait qu’il n’y avait pas de liste régionale sur 2 des 3 arrondissements de la province, et donc pas ou peu de visibilité dans ces endroits.
  • Pour Ath-Tournai-Mouscron, nous progressons en voix un peu partout, mais ici aussi pas dans des proportions suffisantes. Nous dépassons 1% dans 8 cantons et à Mouscron, on approche les 2%
  • Pour Charleroi-Theux, nous progressons mais très (trop) légèrement de 1.010 voix à 1.107 voix.
  • Pour l’arrondissement de Liège (élections régionales), notons le gros progrès en nombre de voix : de 1.234 en 2014 à 2.070 en 2019.
  • Au total, au niveau régional, nous rassemblons 9.649 voix alors que nous en rassemblons 10.583 au niveau fédéral. Ce qui représente à peu près un statut-qui par rapport à 2014. Ce qui n’est bien évidemment pas satisfaisant !

En Août, des militants de NATION participent à la Ducasse d’Ath avec comme but principal de réagir si le groupe racialiste « Bruxelles Panthères » essayait de mener une action contre un des personnages de cette grande fête traditionnelle. Ils seront un moment « retenus » par la police, pendant que celle-ci expulsait de la ville, le leader des Bruxelles Panthères. Et ceci pour sa propre sécurité.

Le même jour, après une vaste campagne et de nombreux échos dans la presse, NATION mène une action bien médiatisée à Spy contre le centre de migrants, autour duquel semble survenir de nombreux problèmes de voisinage et d’insécurité. A noter que pour l’occasion, les autorités avaient provisoirement vidé le centre, par peur d’incidents…

NATION publie une brochure de qualité à l’occasion de son 20ème anniversaire

A l’approche du Congrès de fin septembre, une clique de « néo-populistes » échouent dans leurs manœuvres internes et, conscients qu’ils perdront lors du vote des membres, préfèrent claquer la porte du mouvement et lancer leur propre initiative. Le Congrès aura néanmoins bien lieu, malgré les tentatives de sabotage, et lors de celui-ci une large majorité confirmera sa confiance à Hervé Van Laethem avec 88% des votes.

Il s’ensuivra une vaste campagne de calomnies contre NATION et certains de ses cadres. Campagne qui n’empêchera en rien, NATION de continuer à fonctionner. Deux ans après, voici ce que les « spécialistes » de « l’extrême-droite » disent de ce qui reste de la dissidence de NATION: « …semble déjà à bout de souffle, malgré les projets grandioses formulés au moment de son lancement »[1] – « C’est que, seulement après deux ans d’existence, le parti a des allures de coquille vide. Noyé sous les conflits internes, légitimité en berne, il accumule les défections, notamment auprès de membres fondateurs. »[2]

Le 28 septembre 2019, NATION s’associe avec la NS-A (Nieuw-Solidaristisch Alternatief!, identitaires flamands) pour devenir dans le futur un parti national. Edouard Hermy, coordinateur de la NS-A, devient le second vice-président de NATION le 13 octobre. Le 24 novembre, NATION annonce que le mouvement est devenu un parti national présent en Flandre et en Wallonie et que la NS-A devient la branche flamande de NATION et est renommée Nationale Beweging.

Le 20 octobre, NATION participe avec une importante délégation à une marche visant à réclamer des peines incompressibles contre les tueurs d’enfants. Très vite, des tensions vont éclater de par la faute de militants gauchistes très mécontents de cette présence, tensions que les médias vont amplement relayés. A la dissolution du cortège, la police devra se déployer  pour éviter des incidents plus graves entre les militants nationalistes et les gauchistes.

Fin octobre, une soirée sera organisée pour les 20 ans du Mouvement

Le week-end du 9 Novembre, des délégations de NATION seront à Rome mais aussi aux Pays Bas et à Varsovie pour participer à divers rassemblements, meetings et conférences.

Le 30 novembre, un appel avait été lancé à participer en tant que “gilets jaunes patriotes” à la manifestation “gilets jaunes” prévue à Bruxelles pour l’anniversaire de la première manifestation du genre. De nombreuses forces de police ont finalement interdit aux “gilets jaunes patriotes”, parmi lesquels nombre de militants de NATION, de rejoindre le lieu de rassemblement. Les intéressés ont néanmoins mené quelques actions de protestation.

En décembre, un reportage très controversé de la télé néerlandaise, car donnant largement la parole à Constant Kusters (militant bien connu de la mouvance nationaliste), consacre de longs extraits du reportage aux activités de NATION.

En Janvier 2020, la chaîne YouTube de NATION (malgré des tentatives de sabotage) remet en ligne, une grande partie de ses anciennes productions mais s’offre en plus le luxe de repenser une de ses émissions « Forum » et de produire un format long (1 heure) de discussion sur l’actualité. Cette année verra aussi le lancement de « Directs » où Hervé Van Laethem répond « en live » aux questions des youtubeurs. Plus tard, l’émission AGORA verra le jour. Emission où des militants et/ou cadres locaux peuvent parler de sujets qui leur tiennent à cœur…

Toujours en janvier, des militants de NATION ont accroché une banderole sur un des ponts qui enjambe la Sambre, près de la gare de Charleroi. Banderole enjoignant Greta Thunberg « de nous lacher »…

Le 3 février, Hervé Van Laethem, président de NATION, a pris la parole au Parlement européen lors d’un colloque sur les questions autour de la défense européenne et de la sécurité.

Le 26 février, la section liégeoise de NATION a distribué sous l’égide de son dynamique chef de section, 50 sandwiches à des SDF à la gare des Guillemins, au Pont d’Avroy et Place St Lambert.

Le 28 février, une délégation de NATION à Rome était présente pour participer à des commémorations militantes mais aussi à un meeting.

Le dimanche 1er mars,  une manifestation était organisée à Tournai contre l’insécurité  grandissante dans les rues de cette ville. Le bourgmestre, manifestement plus motivé pour limiter le droit de manifester que pour traquer les délinquants, avait accepté du bout des lèvres à condition expresse que « l’extrême-droite » ne soit pas présente. Et par « extrême-droite », il entendait NATION… Et en effet, lorsque les militants de NATION se sont présentés, ils ont été priés par la police de quitter les lieux.  Ce qui n’a pas empêché la presse locale d’évoquer à plusieurs reprises, la présence de NATION dans le cortège

En Mars, lancement des Comités « Europe – Action – Solidarité » qui avaient pour but premier d’organiser des actions de solidarité avec la Grèce, menacée de submersion migratoire. La crise du Covd a empêché des actions concrètes, du moins jusqu’à ce jour…

Le 13 mars, un rassemblement à vocation européenne s’est tenu à proximité de l’ambassade de Turquie à Paris pour protester contre la politique d’agression menée par ce pays contre la Grèce mais aussi contre le reste de l’Europe. Les organisateurs avaient invité le président de NATION, Hervé Van Laethem, à prendre la parole lors de cette manifestation.

En Mai, réactivation de  “Résistance Verte”,  collectif autonome d’action localiste et écologiste mais intégré à NATION. Depuis lors, ce collectif a multiplié les activités : collages, tractages mais aussi nettoyages de zones totalement abandonnées aux pollueurs « ménagers ».

A la même époque, le Cercle Féminin “Gabrielle Petit” sera aussi réactivé.

Le 29 mai, une délégation de NATION-Liège est allée fleurir la plaque à la mémoire des deux policières et de l’étudiant assassinés par un islamiste à Liège.

Suite aux appels à retirer les statues de Léopold II, NATION soutient le lancement d’une pétition pour le maintien de cette statue. Pétition qui rassemblera en quelques jours, des dizaines de milliers de signatures.

Le 7 Juin, des militants de NATION collent des affiches en plein jour, sur une librairie islamiste. Le même week-end, des inconnus ont tagué « White Liver Matter » à l’endroit de rassemblement d’une manifestation « antiraciste ». Manifestation qui, plus tard sous la pression des bandes de jeunes très présentes ce jour-là, a débouché sur de très graves incidents.

Les 20 et 21 Juin, NATION se rassemble à Bruxelles et à Arlon afin de protéger malgré tout, les statues de Léopold II menacées par des rodomontades de l’extrême-gauche…qui finalement ne viendra pas…

Profitant de l’entre-deux confinements, NATION a repris ses activités. Ainsi, le 28 juin, NATION-Liège a organisé un mini-meeting qui, malgré tout, fut un succès puisqu’il rassembla une trentaine de personnes.

Le 21 Juillet, NATION organise une fête qui est un vrai succès. Cette « démonstration de force » va être la confirmation que NATION a remonté en puissance, tout au long de l’année malgré sa dissidence (qui elle-même a éclaté en plusieurs mini-groupes) et les mesures Covid qui ne l’empêcheront pas de se développer.

En Août, création des Comités Lépante, qui auront pour but de permettre aux patriotes de sensibilités différentes de pouvoir mener ensemble des actions pour protester contre la politique belliciste, impérialiste et anti-européenne de Erdogan. De leur côté, les Comités « Europe Action Solidarité » se consacreront aux problématiques de travail en commun dans toute l’Europe.

En Août, suite à des incidents ayant éclaté sur la côte avec des bandes urbaines, quelques militants de NATION ont planté et accroché des panneaux « Zones sans racailles » (en 2 langues) sur plusieurs plages du littoral belge.

Fin Août se tiendra le premier camp « Hobbit » pour les Jeunes du Mouvement. Grande réussite qui a enthousiasmé tous ses participants. Le même week-end, nos camarades du Nationale Beweging ont participé à une manifestation à Oostende contre la violence des bandes urbaines.

Le 5 septembre, une délégation du Mouvement NATION était venue (comme c’est devenu une habitude) honorer la plaque commémorant la mort de 5 membres du Mouvement National Royaliste lors des combats pour libérer Bruxelles en septembre 1944. Le MNR était un mouvement de résistance de droite qui mènera de nombreux combats contre l’occupant allemand tout en se préparant, le cas échéant, à lutter contre une tentative de prise du pouvoir par les groupes armés communistes après le départ de l’occupant. A leur arrivée, les militants constatèrent que les soi-disant « anti-nazis » étaient venus vandaliser la plaque commémorant ceux qui furent de vrais résistants…

Le 26 septembre, NATION a tenu son 13ème Congrès qui est un succès et lors duquel seront élus deux co-présidents dont l’un est une femme : Hervé Van Laethem et Nancy Van Den Eede.

Le 7 octobre, jour anniversaire de la bataille de Lépante, des militants de NATION sont interpellés par la police au moment où ils allaient attacher un calicot devant l’ambassade de Turquie à Bruxelles. Ceux qui ne sont pas interpellés iront rejoindre la manifestation des Arméniens pour soutenir la population arménienne du Haut Karabagh, suite à l’agression des Azéris, alliés de la Turquie.

Toujours en octobre, NATION a mené une action symbolique mais marquante en accrochant une banderole aux grilles de la grande mosquée de Bruxelles.

Suite à l’odieuse profanation de plusieurs monuments aux morts de la région de Namur, le 11 novembre dernier, par des militants gauchistes, des Gilets Jaunes Patriotes et une délégation de NATION ont organisé une action d’hommage et de réparation devant le monument situé au pied de la Citadelle de Namur.

Suite à différents appels où la Ligue de Défense Noire Africaine (LDNA) avait appelé à déboulonner la statue de Léopold II à Bruxelles, les militants de NATION se sont mobilisés à plusieurs reprises. A chaque fois, la LDNA s’est dégonflée … A noter que parallèlement à ces actions de mobilisation, NATION Namur a aussi rendu hommage à la statué de Léopold situé dans la capitale de la Wallonie.

En décembre 1950, voici 70 ans, les volontaires du Bataillon belge de Corée (renforcé par des luxembourgeois) partaient combattre le communisme. Le 12 décembre, une délégation de NATION est allée leur rendre hommage, devant le monument qui leur est dédié.

En octobre, suite à l’annonce d’une nouvelle demande de permis de bâtir pour une méga-mosquée à Lodelinsart, NATION relance une campagne de soutien aux riverains qui, très nombreux, refusent cette construction.

Toujours en octobre, le bourgmestre de Theux interdit le pèlerinage nationaliste prévu au château de Franchimont par NATION. Toute la presse locale s’en fait écho…


[1] Article d’un site antifa belge du 4/2/2021

[2] Article d’un site antifa français du 16/02/2021