LES ARTICLES

L’impunité de l’extrême-gauche toujours plus avérée!

Régulièrement, nous dénonçons l’impunité flagrante de l’extrême-gauche en Belgique, lire ICI par exemple !

Deux événements récents ne font que confirmer ce constat.

Le premier est le réquisitoire du Procureur du Roi dans le procès d’une bande d’anarchistes suspectés  de nombreux actes de violence. Au début, les préventions parlaient même de terrorisme. Mais elles ont ensuite été revues à la baisse par ce même Parquet. 

Et si les chargent restent lourdes, les peines réclamées sont par contre ridicules…

  • 300 heures de travail ou une peine subsidiaire de 4 ans (1 personne)
  • 250 heures de travail ou une peine subsidiaire de 3 ans (2 personnes)
  • 200 heures de travail ou une peine subsidiaire de 30 mois (4 personnes)
  • 150 heures de travail ou une peine subsidiaire de 18 mois (1 personne)
  • 100 heures de travail ou une peine subsidiaire 12 mois (1 personne)
  • 12 mois de sursis et une amende de 50 euros (1 personne)

A la lecture de ce réquisitoire, on se demande vraiment pourquoi a été initiée une enquête qui a duré plusieurs années et qui a nécessité la mise en œuvre de nombre de « moyens spéciaux » d’enquête : policiers pénétrant en cachette dans les domiciles pour y cacher caméras et micro, filatures, interception du courrier, écoutes téléphoniques, collaboration avec la Sureté de l’Etat et les services de renseignement de l’armée…Tout ça pour ça !

Second exemple, le « cortège révolutionnaire » du 1er mai dernier à Bruxelles au cours duquel la fine fleur de l’extrême-gauche belge a commis nombre de déprédations le long du parcours. Déprédations fièrement revendiquées d’ailleurs sur le site du groupe gauchiste pro-terroriste Secours Rouge : « Une banque, une voiture de police, des panneaux électoraux, le siège de l’ONEM et celui du PS ont été pris à partie. Le PS et l’ONEM ont eu des vitres brisées, des jets de peintures, des tags (“collabo” et “crève la gauche du capital” pour le premier, “flic social” pour le second). La manifestation s’est terminée sans blessure ni arrestation. »

Tout ceci, et comme le souligne lui-même le texte des gauchistes, sans la moindre intervention de la police bruxelloise. C’est bien évidemment une toute attitude de la police que quelques jours plus tôt, lorsque cette même police bruxelloise menaçait d’arrestation 1 (un !) militant de NATION présent seul dans le très calme rassemblement de souvenir du génocide arménien.

« On » laisse faire l’extrême-gauche, c’est maintenant avéré !

Et seul NATION tient tête à ces casseurs gauchistes ! Raison de plus pour voter pour les listes de NATION !

Bourgeois en mode “casseurs”, le temps que ça leur passe et qu’ils deviennent sociaux-démocrates

Mots d’Europe !

Dans une vie politique toujours plus technocratique ou de pure communication, il est parfois sain et reposant d’entendre d’autres types de discours.

Des discours où l’on parlerait de valeurs, de choses grandes et belles, de culture, de civilisation, d’engagement, d’idéalisme,etc…

Et bien, c’est à cela que nous vous convions en regardant les deux vidéos ci-dessous où l’on entend respectivement :

Olivier Frapchot, secrétaire général de NATION lors de l'hommage à jeanne d'Arc le 12 mai dernier à Paris
Hervé Van Laethem, président de NATION lors de la manifestation européenne "Defend Europa" qui s'est tenue le 18 mai dernier à Bruxelles.

Nos propositions pour les pensionnés!

Vous trouverez ici des propositions concernant nos pensionné(e)s.

Pérenniser le système des retraites

Une politique réaliste et ambitieuse en matière de retraites doit donc prendre préalablement en compte les conditions de sa pérennisation. Retrouver le plein-emploi constitue la première exigence, ce qui suppose une rupture totale avec la politique économique imputable à tous les gouvernements successifs, de gauche comme de droite.

Avec des pensions de retraite indignes, nos seniors ne peuvent plus assumer sereinement l’augmentation du coût de la vie.

Le pouvoir d’achat ne cesse d’être grignoté depuis des années (gel des pensions, perte d’avantages fiscaux, augmentation du coût de la vie  déremboursement de médicaments, etc.) et c’est une conséquence des politiques d’austérité exigées par l’Union européenne.

Nous luttons pour la défense du pouvoir d’achat des seniors, gravement diminué après des décennies de mauvaise gestion, de politiques d’austérité et d’échecs économiques.

Nous voulons  mettre en place une politique nataliste volontariste, plutôt qu’une immigration coûteuse et déstabilisante. La solidarité entre les générations, qui est le socle de notre système de retraites, suppose des nouvelles générations nombreuses qui feront la force de la Belgique de demain. La base d’une protection réelle et durable de nos retraites réside sur ces fondations essentielles : l’emploi et une démographie vigoureuse. Elles sont malheureusement aujourd’hui ignorées par le pouvoir.

Assurer et organiser la solidarité entre les générations

De manière générale, il faut défendre le principe selon lequel le système de retraites doit reposer sur la solidarité entre générations et assurer un niveau suffisant pour vivre sans un complément de retraite par capitalisation.

L’objectif doit être fixé de revenir le plus rapidement possible au principe de 40 années de cotisation pour pouvoir bénéficier d’une retraite à taux plein. L’âge légal sera progressivement ramené à 60 ans pour les travailleurs ayant débuté leur activité professionnelle précocement. Des négociations par branche et par secteur détermineront les modalités d’une possible dérogation à cette règle des 60 ans.

Un calendrier devrait donc être défini et ajusté en permanence, en fonction de la situation financière de la Belgique. Il convient d’assurer une meilleure organisation de la solidarité entre les générations et d’augmenter, pour cela, la transparence et l’équité du système de retraites

Prendre en charge collectivement la dépendance

Améliorer les conditions de prise en charge de la perte d’autonomie et de l’hébergement en établissement médico-social. Evaluer scientifiquement les besoins liés à la dépendance afin d’adapter les politiques publiques et les modes de vie et d’organiser la formation à la gestion de la dépendance.

L’ensemble des professionnels concernés et les aidants familiaux de personnes dépendantes doivent par ailleurs pouvoir bénéficier de formations spécifiques.

Nos autres propositions

  • Âge de départ en retraite rabaissé pour les mères de famille
  • Revalorisation des retraites agricoles
  • Financement des retraites aussi via les revenus du capital
  • Montant minimum des pensions et salaires de 1500 euros net par mois
  • L’indexation automatique des salaires, retraites et pensions sur le coût de la vie

Comment voter ?

Bon, on suppose que vous savez maintenant pour qui il faut voter. Et nous espérons que ce sera pour NATION !

Mais encore faut-il aussi savoir COMMENT voter ! Et ceci, pour que votre vote soit valable.

Les différents cas de figures sont vite et bien expliqués sur le visuel ci-dessous !

Et n’oubliez pas, le 26 mai, choisissez le vote social et patriote ! Votez NATION !

Si pas NATION, c’est nul !

Nous savons bien que les votes de nos sympathisants ne nous appartiennent pas.

Néanmoins  nombre d’entre eux nous demandent pour qui voter en cas d’absence d’une liste NATION.

Notre réponse est simple. Si nous nous retrouvions dans les idées d’autres partis «de droite», nous ne nous serions pas lancés dans une aventure longue, fatigante et bien coûteuse.

Etant vraiment identitaire mais aussi farouchement « sociaux », nous ne nous retrouvons pas dans la ligne timide (sur le plan de l’immigration) et libérale (sur le plan économique) de la droite populiste.

Quant à quelques groupuscules parasites, n’en parlons pas…

Pour ce qui est du Vlaams Belang, voter pour lui en tant que wallon est une absurdité.

Donc, en absence d’une liste NATION, pour nous le seul vote anti-système est le vote NUL !

P.S. : Le vote NUL est bel et bien perdu pour toutes les listes.

Et pour ceux qui auront une liste NATION pour qui voter, faites le bon choix !

La droite du système…ça reste le système !

Le scandale qui vient de frapper le FPÖ autrichien nous permet de rappeler ce qui nous différencie de cette droite populiste.

L’élément essentiel est que ces partis ont complètement oublié le but pour ne plus penser qu’aux moyens.

La course permanente à avoir toujours plus d’argent les prédispose bien entendu à tomber dans ce genre de piège.

Cela démontre aussi qu’imaginer que le système politico-financier allait les tolérer sous prétexte que le FPÖ avait pratiqué toutes les reptations politiques d’usage, était d’une grande naïveté. Mais ils se sont bien évidemment laissé hypnotiser par le politiquement correct.

Ce scandale nous donne en tout cas l’occasion de rappeler que nous n’avons rien à voir avec cette droite bourgeoise qui n’est que l’alibi « droitiste » de ce système politico-financier qui est, et doit rester notre ennemi numéro un !

PS : A noter qu’en Belgique, les populistes sont aussi fâchés avec les questions d’argent puisque l’asbl de financement du parti européen dont faisait partie le Parti Populaire, et qui était dirigée par le PP, a été mise en faillite car elle était dans l’incapacité de rembourser d’importantes sommes dont le Parlement européen a exigé le remboursement, car il estimait certaines dépenses non justifiées.

NATION et les institutions !

  1. Instauration du référendum au niveau local (et au niveau national pour les questions éthiques) sur base d’un certain nombre de signatures d’électeurs. Les choix de ces référendums DEVRONT obligatoirement être suivis par les autorités politiques.
  2. Renforcement des pouvoirs du Parlement qui doit redevenir un vrai lieu de contrôle des actes et des décisions du gouvernement.
  3. Dépolitisation de l’administration avec un seul critère d’engagement : la compétence.
  4. Assurer la liberté d’expression : abrogation de toute loi liberticide. Le Droit à manifester (pacifiquement et sans outrage aux mœurs) doit être garanti. Tous les partis politiques qui ont participé aux élections précédentes doivent avoir droit à un temps de passage dans tous les médias tout au long de la législature concernée.
  5. Fin des aides publiques directes et indirectes venant de l’État pour les médias afin de garantir une indépendance par rapport aux autorités politiques.
  6. Création d’un Ordre des Journalistes
  7. Interdiction du cumul des mandats : 1 homme = 1 mandat (sauf pour les simples conseillers communaux)
  8. Diminution des salaires pour les ministres et les élus
  9. Suppression des cartes de crédit liées à des institutions publiques.
  10. Charte sur l’emploi au niveau des cabinets ministériels et des hauts-fonctionnaires, (dépolitisation/bonne gouvernance/audit/évaluation)
  11. Fin du financement public : les partis doivent pouvoir fonctionner grâce aux versements de leurs sympathisants et non être financés par les contribuables ??
  12. Restauration du vote papier partout car le vote électronique n’offre pas toutes les garanties requises contre la fraude
  13. Organisation d’un référendum sur l’unité et la forme constitutionnelle du pays : ces référendums seront effectués dans nos quatre communautés (flamande, bruxelloise, wallonne et germanophone). Par après, il ne pourra plus y avoir de réformes constitutionnelles avant 20 ans (avec un nouveau référendum).
  14. Organisation d’un référendum national sur le maintien de la monarchie.
  15. Simplification de l’organisation étatique : Un parlement national, un parlement wallon, bruxellois et flamand.
  16. La région germanophone aurait un nombre réservé de députés au sein du Parlement wallon
  17. Il n’y aurait plus de gouvernements régionaux mais un seul ministre régional qui pourrait proposer certaines lois régionales au parlement, dans des domaines bien spécifiques dont il faudra revoir la liste mais qui se limiteront au domaine culturel et linguistique
  18. Supprimer la Communauté Wallonie-Bruxelles qui fait double emploi et ne sert qu’au clientélisme, transfert de ses compétences aux régions wallonne et bruxelloise
  19. La quantité de personnel des administrations provinciales doit être revue à la baisse.
  20. Les compétences des gouverneurs provinciaux doivent être limitées au champ culturel, touristique mais aussi policier dans le cadre de la police provinciale (voir programme police et justice)
  21. Néanmoins les gouverneurs devront aussi organiser la coordination entre les différentes entités d’une province et seront chargés de la surveillance et de l’audit des intercommunales.
  22. Il faut supprimer les conseils provinciaux.
  23. Création auprès du Parlement, d’une chambre de réflexion des corps de métier, qui pourrait informer le Parlement sur les réalités vécues par ces corps de métier.
  24. Les administrations et les fonctionnaires seront responsables de l’exécution stricte d’un cahier des charges du bon fonctionnement des services publics. Ils seront ainsi libérés de la tutelle oppressante des cabinets et auront un pouvoir d’intervention dans la rédaction des textes légaux et de leur publicité
  25. Réorganisation des intercommunales avec obligation de transparence
  26. Organisation d’audits externes obligatoires en matière de bonne gouvernance
  27. Dans certains cas de fautes graves aux conséquences tragiques, la responsabilité personnelle et pénale des responsables politiques doit pouvoir être engagée
  28. Le principe de laïcité doit être rappelé et souligné dans la Constitution
  29. NATION est attaché au droit du sol et du sang. NATION estime qu’il est dangereux d’admettre que l’identité d’une commune ne change sous prétexte qu’un type de communauté l’habite en majorité. Si on accepte ce principe à Kraainem aujourd’hui, il faudra accepter que Molenbeek ou Droixhe ne soient un jour soumises à des règles culturelles ou religieuses spécifiques

NATION et l’environnement !

Il faut respecter et protéger la nature qui est en cours de destruction, entre autres, par la pollution engendrée par les moyens de productions de certaines multinationales.

Il faut lutter contre la maltraitance et la souffrance inutile animale à tous les niveaux

  1. Stop à l’expérimentation animale pour des cosmétiques
  2. Arrêt total des massacres des animaux à fourrure
  3. Stop au massacre des baleines et des phoques
  4. Interdiction des abattages rituels sans étourdissement
  5. Meilleur contrôle des abattages rituels
  6. Stop aux élevages massifs en cage
  7. Stop au trafic d’animaux exotiques
  8. Sanctionner les abandons d’animaux par des peines judiciaires dissuasives
  9. Interdiction de la vivisection
  10. Aide de l’Etat pour les refuges (bien tenus) d’animaux abandonnés
  11. Obligation à toute personne achetant ou possédant un animal ou plusieurs, de les déclarer à la commune où l’animal se trouve.

Il faut penser à la protection de la faune et de la flore

  1. Maintien de l’équilibre biologique
  2. Protéger et étendre les zones vertes
  3. Création avec les scientifiques et opérateurs du secteur d’un plan de sauvetage des abeilles
  4. Lutte efficace contre les quartiers abandonnés
  5. A chaque appel d’offres pour un marché public : il faudra ajouter de stricts critères environnementaux

Il faut repenser l’urbanisme

  1. Assurer une architecture harmonieuse et conforme à l’identité de chaque quartier
  2. Meilleur optimalisation des surfaces constructibles. Il faut éviter l’étalement afin de protéger nos terres agricoles mais également une meilleure cohérence en matière de mobilité.
  3. Condamnation pénale sévère pour les pollueurs, y inclure les pollueurs urbains (tagueurs)
  4. Promotion des énergies alternatives moins ou non-polluantes
  5. Arrêt de toutes taxations pour les gens qui ont installé à leur domicile des systèmes de production d’énergie alternative
  6. Subsidier des recherches en matière d’énergie alternative
  7. Protéger et étendre les zones vertes
  8. Simplification mais aussi stricte application des règles d’urbanisme
  9. Augmentation des contrôleurs sur le terrain
  10. Prévoir de lourdes amendes, la réquisition ou même la destruction du “bien” en cas de constructions illégales
  11. Création d’un service de police de l’urbanisme et du logement
  12. Régularisation des infrastructures souterraines.
  13. Établissement de plans précis des conduites souterraines existantes et en particulier, celles de gaz. Et ainsi éviter des catastrophes, telle que celle de Ghislenghien. Ces plans devront bien entendu être mis régulièrement à jour.

Défendre la nature

  1. Condamnation pénale dissuasive pour les pollueurs
  2. Contrôles accrus des épandages
  3. Contrôle de l’emploi des pesticides
  4. Création de zone franche de manière à protéger nos abeilles, les eaux souterraines, certains insectes et plantes…
  5. Les zones NATURA 2000 seront davantage développées et chaque propriétaire des zones protégées sera soumis à un contrat de gestion.
  6. Encourager les énergies alternatives non-polluantes
  7. Diminution des taxes et de la TVA sur l’achat de véhicules non-polluants.
  8. Développer des pôles locaux de compétitivité (clusters) : c’est-à-dire des régions où s’accumulent des savoir-faire dans un domaine technique
  9. Développer les entreprises du secteur et de recherche afin de générer un véritable pôle dynamique dans les nouvelles technologies et donc des produits de hautes valeurs ajoutées.
  10. Etude impartiale sur l’efficacité réelle et les inconvénients des éoliennes
  11. Contrôle accru de tous les aspects financiers liés aux éoliennes
  12. Les éoliennes seront financées par l’argent public et jamais par des groupes privés.
  13. Tendre à aller vers les négawatts (diminution de la consommation) par la rénovation du parc immobilier existant, par de nouvelles constructions, par l’émission zéro,…)
  14. Moins polluer en essayant de réduire les consommations superflues et avoir un habitat plus performant à ce niveau-là
  15. Maintien des centrales nucléaires tout en multipliant la recherche et le développement d’alternatives
  16. Encourager l’utilisation du LPG par une diminution des taxes de circulation et de la TVA sur l’achat de véhicules équipés au LPG

M

Nous sommes (aussi) des Gilets Jaunes

Une polémique a débuté depuis lundi sur certains réseaux sociaux liés aux 0ilets Jaunes (GJ). En effet, certains militants gauchistes sont en train de faire une descente d’organes à cause du tract de campagne de NATION qui se réfère aux Gilets Jaunes

Une des raisons de leur émoi serait que NATION est fasciste, et que le fascisme, c’est le capitalisme. Alors je ne sais pas pour le fascisme, qui n’existe plus, et il faudrait donc demander à un historien. Mais pour ce qui est de NATION, il s’agit bien d’un mouvement solidariste et donc anticapitaliste. Vraiment anticapitaliste, pas comme ces gauchistes « bidon » anarcho-marxistes aujourd’hui et cadres de partis sociaux-démocrates demain, histoire de profiter aussi de l’argent public.

De plus, ces gentils gauchistes oublient un peu vite que si la population est de plus en précarisée, c’est aussi car leurs amis du PS ont géré pendant des années ce pays. Ils oublient aussi d’expliquer aux gens, à quel point, la population, y compris ouvrière, était « bien traitée » à l’époque des dictatures communistes. Et ils feignent d’oublier que ce sont bien les forces sociales-démocrates “de gauche” qui tout au long de ces 40 dernières années ont permis au capitalisme de s’incruster comme il l’a fait. L’arnaque sociale, c’est bien la gauche !

Mais surtout qui sont-ils pour dire qu’ILS sont les gilets jaunes ? Au nom de qui, de quelle assemblée (avec un vrai appel général), de quels votes peuvent-ils prétendre que les gilets jaunes ne peuvent être que de gauche ?

Et d’ailleurs qui sont le plus à leur place dans la mouvance « gilets jaunes »? Quelques gauchistes, fils de bourgeois, qui se la jouent révolutionnaires dans les rues des grandes villes ou bien les militants de NATION, présents depuis les premiers jours sur les points de blocages. Ceux qui viennent cagoulés pour casser des véhicules privés ou bien les cadres de NATION qui ont travaillé à maintenir le premier rassemblement du 30 novembre à Bruxelles, et qui eux manifestent pacifiquement et à visage découvert.

Les militants de NATION ont participé à de nombreuses activités des gilets jaunes, En cela, ils ont aussi le droit aussi de s’en revendiquer (mais nous, nous ne faisons pas d’exclusive). En plus, NATION est le seul mouvement politique à soutenir les revendications des gilets jaunes, De plus, si on part du principe que les GJ n’appartiennent à personne, qui sont donc ces gens pour décider qui peut être GJ ou non ?

Ce qui est par contre évident, c’est que les gauchises ont participé, par leurs appels à la division et à la violence, à faire  passer une mobilisation combattive hebdomadaire de 1000-1500 personnes à des « promenades » rassemblant 200 personnes sur tout le pays. Puis à plus rien !

NATION ne laissera pas le combat social à une gauche qui, tout au long de ces années, n’a fait qu’amener les luttes dans un cul-de-sac !

Blocage à Charleroi en novembre
Blocage à Libramont en novembre
Blocage à Couvin fin novembre
Manifestation à Bruxelles, le 30 novembre : Interview à la télé
Même l’extrême-gauche savait qu’on était là puisque’ils ciblaient nos militants présents en première ligne dans les cortèges
Gros intérêt médiatique pour l’action du 15 décembre, initiée par NATION. Ca change du cul de sac médiatique dans lequel se trouve actuellement la mouvance GJ

Les femmes au sein de NATION!

NATION est très particulier sur plein d’aspects. L’un de ceux-ci est la place importante que les femmes occupent au sein du Mouvement.

En effet, trois sections d’arrondissement sont dirigées par des femmes et cinq des neuf têtes de listes pour NATION sont des femmes.

Girl Power à NATION ?

De plus, NATION est le seul mouvement de type nationaliste qui possède un Cercle féminin propre : le Cercle Féminin « Gabrielle Petit » du nom de la résistante belge bien connue, fusillée par l’occupant allemand lors de la première guerre mondiale.

Ce cercle a une réelle activité propre et a déjà organisé des soirées festives, des maraudes sociales en faveur des femmes SDF, des rassemblements de vêtements pour les SDF. Le Cercle a sa propre page Facebook.

Ce Cercle féminin a aussi pour but de faire des propositions en faveur du droit des femmes afin de les intégrer dans le programme politique du Mouvement.

Jacqueline C. plus connue sous le nom de Line, 45 ans, responsable actuelle du Cercle Féminin Gabrielle Petit nous explique pourquoi elle a accepté de s’occuper du Cercle : “J’ai pris cette responsabilité au sein de NATION car au vu des inégalités faites, encore aujourd’hui aux femmes, je veux défendre au mieux leurs droits et aussi faire entendre leur voix. Je me bats aussi par le biais du Cercle pour garder intactes les valeurs de la famille traditionnelle qui est la base de toute société normale”.

Mais à côté du Cercle, les femmes ont bel et bien une activité militante au sein du Mouvement proprement dit. Et nous avons pensé intéressant d’essayer de savoir pourquoi elles s’étaient engagées en politique. Nous avons donc demandé à quelques femmes, têtes de liste pour les prochaines élections, de nous en parler.

Nancy Van Den Eede, 35 ans, tête de liste pour la liste régionale de Tournai Ath Mouscron (liste 28)

Je me bats pour l’avenir de mes filles et de toutes les petites filles du pays. Je me bats pour préserver leurs libertés, leurs dignités. “Ni voilée, ni soumise”

Nadine Crovatto, 46 ans, tête de liste pour la liste régionale du Luxembourg (liste 22)

“C’est en tant que femme européenne libre et fière, consciente de la très inquiétante menace que fait insidieusement planer l’islam radical sur nos droits, en véhiculant des valeurs qui sont foncièrement étrangères à notre civilisation, que j’ai décidé de réagir.

C’est parce qu’il est hors de question qu’un jour, filles et femmes de Belgique et d’Europe se voient contraintes de porter le voile et de se soumettre à une religion obscurantiste, que j’ai opté pour la voie de la résistance et de l’insoumission en m’engageant et en luttant au sein du Mouvement NATION.”

Myriam Gravis, 46 ans, tête de liste pour la liste fédérale de la province de Namur (liste 21)

En tant que femmes, nous trouvons notre place dans le mouvement NATION. Nous nous sommes engagées en tant que femmes et aussi en tant que maman et parfois même grand mères, en pensant à l’avenir de nos enfants et petits-enfants.

Nous souhaitons que nos enfants ne soient jamais mis à genoux devant l’Islamisme et qu’ils aient un avenir meilleur et libre. Nous souhaitons transmettre nos valeurs et nos traditions si chères à notre cœur.  Nous aimerions que nos enfants grandissent dans un monde empreint de sécurité.

Même si en tant que femmes nous sommes parfois plus facilement jugées, nous restons fortes et engagées pour pouvoir garder nos droits.

Et si parfois pour des raisons “professionnelles” nous ne pouvons nous engager, nous sommes fières que nos compagnons le fassent pour nous. Nous les soutenons dans leurs actions et sommes très heureuses de l’accueil fait par les membres du Mouvement (texte établi par Elodie , Sabine , Amélia et Myriam).

NATION tient à féliciter et à encourager toutes ces femmes. Egalement celles qui n’ont pas été citées dans cet article car malgré les insultes, les rumeurs infondées, et même malgré les menaces de mort que certaines ont subi, elles continuent le combat avec force et conviction. Un combat qui leur paraît juste pour notre Belgique qu’elles veulent préserver.

LES FEMMES A NATION SONT LE PASSE, LE PRESENT ET L’AVENIR DE L’HOMME !

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑