Incidents de Verviers : on en parle encore et encore !

Cela fait une semaine aujourd’hui que l’on parle sans arrêt, dans tous les médias, de la tentative de conférence de Théo Francken à Verviers. Très souvent en citant NATION d’ailleurs.

Dès le lendemain des incidents, les manifestants de gauche ont évoqué une croix gammée que l’on pourrait qualifier de « monstre du Loch Ness », puisqu’en effet tout le monde en parle mais il n’y en a aucune vraie image.

Ce 26 février, pour la première fois, Sudpresse dans son édition verviétoise affirme que ce sont des membres de NATION qui auraient porté cet emblème. NATION a envoyé le démenti suivant à l’ensemble de la presse :

« Le mouvement NATION dément formellement qu’un de ses membres présents à cette conférence ait porté une croix gammée sous quelque forme que ce soit. Si un individu avait été porteur d’un tél emblème, nul doute qu’il aurait été largement filmé ou photographié. NATION met au défi ceux qui l’accusent de montrer la moindre preuve de ce qu’ils avancent. »

Manifestement, la gauche s’est tiré ce soir-là une balle dans le pied (comme on peut le voir avec la condamnation des incidents par l’ensemble des éditorialistes du pays et la réaction très négative de l’opinion publique). Et du coup, elle ne sait plus quel mensonge inventer pour «rattraper le coup».

Gilets jaunes belges : pas morts !

Ce samedi, une manifestation de gilets jaunes a rassemblé 250 personnes à Bruxelles. Au début, sans qu’il y ait le moindre incident.

Mais très rapidement la police a exercé une répression contre les gilets jaunes, en utilisant des lacrymogènes et en chargeant les manifestants. Près de 200 d’entre eux ont été encerclé et contrôlé par les unités anti-émeutes.

La police belge est décidément bien plus répressive contre les vrais mouvements sociaux que contre les casseurs de la FGTB, comme mardi dernier à Verviers.

Par contre, où étaient donc aujourd’hui les soi-disant gilets jaunes « antifa » présents à Verviers contre Théo Francken ? Nulle part évidemment ! Par contre, les solidaristes de NATION étaient bien présents eux et ont d’ailleurs aidé à encadré le cortège et à y mettre de l’ambiance.

Allocations familiales : la région wallonne définitivement incompétente !

On ne pouvait pas donner meilleur exemple du “foutoir” qu’est la région wallonne. Alors que c’était la première fois qu’elle devait s’occuper du versement des allocations familiales (puisqu’il s’agit d’une compétence régionalisée le 1er février),  la Région wallonne s’est planté et 120.000 familles recevront leurs allocations avec plusieurs jours de retard.

Alors, dans une logique bien connue du “c’est pas moi, c’est l’autre”, la ministre Greoli rejette la faute sur Belfius…Mais il n’en reste pas moins qu’elle reste la responsable politique de toute cette démarche. Et après, un problème pareil, de plus au premier versement effectué via la région wallonne, elle aurait dû démissionner.

Mais il est vrai qu’au Belgikistan, les ministres en plus d’être incompétents, se disent toujours non responsables. Pour certains, il faudrait plutôt parler d’irresponsabilité !

Le 26 mai, pour chasser les corrompus et les incompétents, votez NATION !

Le référendum, oui mais comment ?

Parmi les revendications des gilets jaunes, on trouve l’utilisation régulière du référendum.

Il semble d’ailleurs qu’au-delà des gilets jaunes, une majorité de citoyens regrettent que ce genre de consultation populaire n’existe pas en Belgique, car il semble que cette mesure rendrait la responsabilité au peuple et serait le symbole d’une vraie démocratie.

Comment pourrait-on l’imaginer ? Voici une proposition :

Tout d’abord, mettre en place un bureau qui servirait à collecter les avis sur une loi.

Imaginons qu‘un parlementaire propose un projet de loi et que l’assemblée estime que cela pourrait devenir une loi, le texte est transmis au(x) bureau(x) de consultation, qui le fait publier dans les journaux du pays spécifiant le délai aux citoyens pour signifier leur avis.

Cet avis pourrait se manifester par mail ou par une communication téléphonique 0800, avec comme identifiant de l’appelant, son numéro national (qui devra être protégé bien entendu).

Le nombre de voix pour être accepté ou refuser devra être fixé en fonction du projet et s’il est national ou régional.

Une fois, le délai de réflexion écoulé, le projet est soit adopté, soit refusé.

En fait, le Parlement aurait la tâche technique de filtrer et de préparer les lois afin de les présenter à la population.

Mais bien entendu, ceci n’est qu’une proposition, le référendum peut avoir plusieurs aspects.

Christian Cholewa

Gilets jaunes : NATION présent dans les médias !

Suite aux événements du 30 Novembre, les militants de NATION sont apparus dans de nombreux médias

Notons en particulier les chaines de télévision suivantes :

TELE BRUXELLES

VRT NEWS, cliquez sur la vidéo intitulée « Bekijk: overzicht van een woelige dag in Brussel » (avec Interview de Hervé Van Laethem)

VTM NEWS, visionnez la vidéo du bas (là aussi avec une interview de Hervé Van Laethem)

Cliquez sur les liens ci-dessus et non sur la photo qui n’est qu’une capture d’écran

Capture d’écran. Pour voir la vidéo, cliquez sur les liens au dessus

La clause de conscience et le droit de tuer …

La bien-pensance infiltrée dans le pouvoir politique, prétendument « démocratique », veut supprimer en France (nous en parlons car généralement, ce type de loi arrive assez vite chez nous après), la clause spécifique de conscience des médecins qui refusent de pratiquer l’avortement .

Même en étant le plus « humain » possible, le plus moderne possible, l’avortement doit être la « solution » ultime, lorsqu’il y a des risques tels que des risques d’handicap profond, suite d’un viol, risque létal pour la future maman, etc … L’avortement ne doit pas être une simple alternative aux moyens contraceptifs actuels. Et en tous les cas, un médecin doit garder le droit de pouvoir refuser de pratiquer un avortement .

Toucher à l’éthique d’une personne, toucher à son droit de clause de conscience, est digne d’un régime totalitaire et dictatorial ! Les progressistes appellent l’avortement un « acte thérapeutique »…C’est du grand n’importe quoi, qui rejoint les préceptes du « mon choix, mon plaisir, mon corps, etc », mais surtout le précepte de ne laisser aucun droit à celles et ceux qui pensent autrement.

L’évolution des droits, selon les progressistes et autres gauchistes de tous bords, est de la foutaise !

Je peux comprendre que l’interruption volontaire de grossesse soit parfois nécessaire. Mais à NATION, nous refusons que cette pratique de mort devienne un moyen de facilité, une sorte de nouvelle « pilule du lendemain », ou autres excuses bidon pour certaines féministes souvent « très à gauche » et donc forcément sans grande cervelle.

Jean-Pierre Demol

Mensonges : Trop is te veel !

Il existe depuis quelques décennies déjà, un véritable black-out sur les réalités de l’insécurité ordinaire.

Mais tant pis, à NATION nous ne sommes pas politiquement corrects et nous appelons un chat un chat ! Il nous semble qu’il est de notre devoir, en tant que parti politique, de rappeler certaines réalités qui sont placées par le système, sous le signe du tabou quasi absolu. C’est tout bonnement scandaleux !

Dans plusieurs communes de Belgique mais aussi d’Europe, et depuis au moins 30 ans, on peut constater, rapports de police à l’appui, une incontestable explosion des crimes et délits.

Rien que dans notre petite Belgique, ce sont plusieurs milliers de gens qui sont victimes chaque année de cette insécurité. Certaines de ces victimes sont parfois sérieusement blessées, par objets contondants, armes blanches ou armes à feu, et certaines de ces victimes meurent.

Faut-il vraiment pour les sceptiques, avancer les chiffres des agressions, des viols, des cambriolages, des cars, sacs, bijoux, home-jacking, et du terrorisme ? Faut-il encore leur démontrer qu’il existe dans plusieurs villes, des zones de non-droit, où c’est la racaille qui fait la loi ? Même les pompiers se font agresser dans l’exercice de leur fonction, qui est de sauver la vie des gens. Et faut-il parler des policiers, qui se font caillasser ou même tuer ?

Alors oui ! Comme on dit à Bruxelles, « trop is te veel » ! Cette censure de la réalité est un vrai chantage au droit de savoir, au droit d’opinion, au droit à la sécurité !!!

Aidez NATION à continuer à dire la vérité !

Jean-Pierre Demol

En cette fin de campagne électorale…

Voilà, les dés sont jetés ou presque. Après demain, nos concitoyens iront voter.

En âme et conscience?… Pas tout à fait, lorsqu’on sait le black-out médiatique qui a touché NATION, dont le seul crime est d’être le seul à clairement marquer son désaccord avec ce qui est devenu un véritable dogme : la société multiculturelle. Dogme auquel même les “populistes” belges se sont soumis en échange de quelques miettes médiatiques…

Mais quoi qu’il en soit, NATION peut en tous cas être fier de sa compagne électorale et fier de ses militants. Fier de ceux qui se sont présentés comme candidats, de ceux qui ont tracté et collé comme de ceux qui ont réalisé un énorme travail audiovisuel de qualité. Travail qui a donné à NATION une très bonne visibilité sur les réseaux sociaux.

Fier aussi et reconnaissant, NATION l’est envers ceux qui n’ont pu militer mais qui ont aidé financièrement le Mouvement.

Notre présence à ces élections et la campagne menée sont déjà une victoire en soi.

Sans accès aux médias, sans grands moyens, sans renier nos idées; NATION a pu présenter nombre de candidats avec une bonne répartition dans presque tout le pays. Et ceci malgré que les élections locales soient toujours plus difficiles pour les petits partis.

Et si parfois, certaines listes ne furent pas étoffées, au moins nous étions certains de nos candidats qui, eux, n’avaient pas été recrutés dans les cafés…

Notons aussi que chaque liste de NATION a présenté un programme local. Ce qui démontre la réelle implantation de nos candidats.

Quant au résultat, nous ne pourrons l’analyser que dimanche soir. Mais ce qui comptera avant tout, ce sera de voir si nous sommes devenus un fait électoral et politique au même titre que nous sommes depuis bien longtemps, un fait activiste et militant incontournable. Et ceci sans perdre de vue que ces élections locales ne sont que le tremplin des élections régionales, fédérales et européennes de mai prochain.

Quoi qu’il en soit, une fois de plus, une seule organisation politique de Belgique aura défendu les valeurs identitaires et solidaristes bien claires et c’est NATION ! Rien que pour ça, cela valait bien tout ce travail.

Merci à tous.

Dimanche, votez et faites voter pour NATION (vous pouvez voir le détail de nos listes ICI)

…car ON EST CHEZ NOUS !

 

Hervé VAN LAETHEM, chanceux président d’un beau mouvement

 

 

 

 

La dictature du politiquement correct s’installe !

Nous prévenions depuis longtemps qu’on n’est plus en démocratie. Mais rarement, on aurait pu le constater de manière aussi flagrante.

Au niveau des communes tout d’abord.

Certaines communes se chargent en fait elles-mêmes du collage d’affiches. Mais pour les affiches identitaires, on est passé du collage très parcimonieux voire maladroit au non-collage sous prétexte du “on a volé vos affiches”. AUTHENTIQUE

D’autres autorités communales n’hésitent dorénavant plus à utiliser la police pour contrer nos listes. A Oupeye où la police établit des PV concernant le contenu de notre message électoral… “On est chez nous” et “chassons les islamistes” inciterait donc à la haine? Mais où va-t-on ? Tandis qu’à Evere, la police arrache carrément les affiches de NATION.

Et au niveau médiatique, ce n’est guère mieux.

Il y a ainsi le quotidien « La Dernière Heure » qui, dans son édition de Charleroi, avoue refuser de citer le nom d’une liste d’extrême-droite (NATION en l’occurrence) à cause de ses « idées nauséabondes».

Ou ce quotidien du Tournaisis qui, dans un article, laisse la parole à toutes les têtes de liste, sauf celle de NATION.

RTL-TVI qui cite NATION parmi ceux qu’elle n’invitera jamais et ceci sur un prétexte erroné (voir ici).

Last but not least, la télé régionale Canal C, qui a refusé de faire participer certains candidats car “leurs thèses s’opposeraient à une société inclusive, égalitaire et ouverte”. Et aussi car “elles n’étaient pas en accord avec la ligne rédactionnelle”. On croit rêver ! Un média public, donc payé par l’ensemble des contribuables, décide donc de n’inviter que les gens en accord avec sa propre ligne politique. Quel bel aveu du type de démocratie dans lequel on est !

Le bon signe, c’est que cela signifie, c’est qu’ils ont vraiment peur que la population entende ce que nous avons à dire! Prenons ça comme un signe que NATION est pris au sérieux par le système politico-médiatique.

Prenons cela comme une confirmation que nos idées sont les bonnes. Prenons cela enfin, comme une motivation supplémentaire pour lutter contre cette véritable dictature du politiquement correct !

 

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑