LES ARTICLES

Le social, c’est aussi et surtout l’affaire de NATION!

“Job, Job, Job ” : ce fut le cri de l’inénarrable futur ex-premier sinistre de Belgique, “Mr Patate” dit Charles Michel (à moins que ce ne soit le contraire lol).

Mais à part une formule creuse, vous a-t-on expliqué quelles sont les fonctions critiques et les métiers en pénurie ?Non !Si vous n’allez pas voir sur les sites du Forem ou d’Actiris, vous n’êtes au courant de rien.A NATION, nous avons donc pensé à vous renseigner un peu, surtout si vous êtes à la recherche d’un emploi ou si vous hésitez sur une formation à suivre.

D’abord une petite explication :

• 
Les “fonctions critiques” sont des métiers pour lesquels le recrutement dure longtemps et pour lesquels les offres d’emploi sont moins faciles à satisfaire.

• 
Les “métiers en pénurie” sont des métiers en manque de main d’œuvre, et dans les deux cas, il a été noté par l’Office de l’emploi, un manque quantitatif de candidat(e)s .

Voici donc, pour vous faire une petite idée, une liste de métiers que vous pouvez apprendre dans les centres de formation du Forem :


Manque dans les fonctions critiques :Agents de gardiennage – Agents immobiliers – Vendeurs de voitures – Web développeurs – Magasiniers – Coiffeurs – Boulangers – Pâtissiers – Peintres industriels – Plafonneurs – Jardiniers – Grimpeurs-élagueurs …

Manque dans les métiers en pénurie :Analystes financiers – Analystes en informatique – Comptables – Bouchers – Cuisiniers – Chauffeurs d’autocar – Conducteurs d’autobus – Chauffeurs de poids-lourds – Carrossiers – Couvreurs – Carreleurs – Maçons – Soudeurs – Menuisiers – Installateurs électriciens …

Pour vous renseigner sur les formations, pour la Wallonie, c’est sur www.leforem.be et pour Bruxelles sur www.actiris.be

À savoir pour les Wallons :le demandeur d’emploi qui a terminé une des formations aux métiers en pénuries et aux fonctions critiques peut, sous certaines conditions (renseignez-vous.), recevoir une prime de 350 euros (uniquement d’application en Région Wallonne)


Bonne chance, si vous cherchez un emploi et/ou une formation.

Jean-Pierre Demol
Secrétaire politique du Mouvement NATION
 

C’est officiel, les populistes belges abandonnent la lutte contre l’immigration!

Et ce ne se sont pas de mauvaises langues qui le disent mais les populistes eux-mêmes puisque les restes du Parti Populaire et les rares membres de la fantomatique formation « La Droite » viennent de lancer un « nouveau » parti « à la droite (économique) du MR ».

Ce « parti » annonce clairement que le problème de l’immigration ne les concerne pas. Nous citons : «Se définissant comme libéral-conservateur, le nouveau parti entend se focaliser surtout sur des thèmes socio-économiques, plutôt que faire campagne sur les questions identitaires », “Nous n’aurons donc pas de ligne dure sur l’islam ou l’immigration”, et le plus beau de tout dans la course au discours politiquement correct « Nous ne souhaitons pas monter les gens les uns contre les autres et prôner la haine. Ça, c’est pour l’extrême droite ». Ramper plus bas leur fera découvrir du pétrole LOL (lire en détails ICI).

Cela aura au moins le mérite de clarifier la situation et de confirmer ce que nous disions depuis des années, le Parti Populaire (PP) faisait semblant d’être contre l’immigration mais au final ne rejetait ni le concept immigrationniste ni celui de société multiculturelle.

Nous appelons donc tous les braves et sincères anciens membres et sympathisants du PP et de “la Droit”e qui, en toute bonne foi ont cru militer dans des organisations opposées à la politique migratoire, de rejoindre la seule organisation qui défend vraiment notre identité, qui reste fidèle à ses idées et ne change pas ses positions politiques pour plaire à la pensée unique : NATION !

Ce que les populistes belges ne veulent plus voir par lâcheté politique

Debout au milieu des ruines!

Nous voici arrivés à la rentrée.

Rentrée qui sera bien évidemment marquée par le XIIième congrès de NATION qui se tiendra le 28 septembre prochain.

Mais 3 mois après les élections, il y a néanmoins un constat que l’on peut faire.

Les groupes parasites ayant déposé des listes électorales dans le seul but de diviser les votes identitaires ont bien entendu disparus aussi vite qu’ils étaient apparus.

Le Vlaams Belang a bien évidemment oublié les naïfs wallons qui ont voté pour lui, vu que le seul but était d’augmenter sa dotation financière calculée sur le nombre de voix reçues.

Quant aux populistes, abandonnés par leurs «  chefs » divisés, ils ont  éclaté en une myriade de groupes virtuels.

Et comme toujours, seul NATION reste debout au milieu des ruines, toujours actif même en période estivale comme il l’a encore récemment démontré avec, entre autres, la très médiatisée action à Spy

Par ces faits, NATION démontre bien qu’avec des bases et une organisation solide, un mouvement résiste tant aux revers électoraux qu’aux « péripéties » de la vie politique.

Tant dans ses idées que dans sa structure et que dans ses actions NATION démontre tous les jours qu’il est le seul réel mouvement dynamique du camp patriote ! 

La justice française est-elle devenue folle ?

Trois militants de Génération Identitaire, qui ont tenté de bloquer le passage de migrants illégaux dans les Alpes, viennent d’être condamnés à six mois de prison ferme !

Six mois de prison ferme pour avoir essayé, sans aucune violence, d’empêcher des migrants d’entrer de manière illégale en France…on croit rêver !

Manifestement, les tenants du grand remplacement ont décidé d’accélérer les choses et de faire taire toute opposition à ce plan.

NATION déclare bien évidemment toute sa solidarité avec Génération Identitaire !

NATION est-il un “PTB identitaire” ?

On vit, comme régulièrement en Wallonie, le retour du concept du marketing corse. C’est-à-dire, profiter de la renommée et du travail des autres pour ne pas avoir à vraiment militer. Pour l’instant, c’est en faveur du Vlaans Belang, vu que certains n’ont toujours pas compris que les listes déposées en Wallonie par le VB ne l’ont été que pour des motifs pécuniaires puisque chaque voix rapporte de l’argent en plus au parti.

Une des néo-adeptes de ce concept nous a récemment accusé d’être une sorte de “PTB” mais sans les… immigrés ( cette auto-proclamée spécialise de la “com” avait utilisé un autre terme, pourtant assez excessif LOL)

C’est donc une belle occasion de rappeler les positions de NATION en la matière.

  • NATION veut l’interdiction de la spéculation !
  • Il faut combattre l’état syndical car le monopole des grands syndicats politiques dessert trop souvent les travailleurs.
  • Il faut organiser de nouveaux syndicats réellement indépendants des partis politiques
  • Il faut repenser le système de concertation, par entreprise, en vue de prévenir les conflits sociaux
  • Suppression du seuil de représentativité dans une entreprise pour pouvoir s’organiser en association de défense des travailleurs même s’il y a peu de personnel
  • Les allocations de chômage ne doivent plus être gérées par les syndicats mais par un organisme d’intérêt public
  • Implication des travailleurs dans l’entreprise : il faut rendre possible la cogestion de l’entreprise via des organes de collaboration entre les différentes catégories de personnel
  • Mise en place d’un sentiment d’appartenance à l’entreprise (système d’incitants)
  • Favoriser la participation des travailleurs au capital de l’entreprise
  • Diminuer le pouvoir des multinationales et des grandes fortunes : l’économie ne doit pas imposer sa logique !
    • Impôt sur les multinationales
    • Taxe spéciale sur les grandes fortunes
    • Taxe sur les industries de grand luxe
    • Contrôle étatique des grandes industries de pointe
    • Contrôle direct de l’État sur les banques et assurances
  • Dissocier les activités bancaires
    • Les banques de dépôt qui géreraient uniquement les comptes des clients. Elles ne donneraient plus de ligne de crédit. Et les services seraient facturés.
    • Les banques de prêt qui accorderaient des prêts aux particuliers mais dont la somme globale prêtée ne pourrait dépasser les fonds propres de l’entreprise. Ses ressources proviendraient des taux d’intérêt
    • Les banques d’affaires pour permettre d’emprunter pour investir

Pour résumer, nous pensons que l’Etat (le nôtre hein, pas celui du PS) doit être la dernière protection du peuple.

Le libéralisme, c’est la disparition des frontières.  C’est la primauté des grands groupes financiers sur les Etats comme les traités CETA et TTIP vont imposer. Le libéralisme, c’est  l’ouverture à l’immigration sauvage.

Aujourd’hui, il faut le dire, il est incompatible de se revendiquer identitaire et libéral.

Et à ceux qui hiérarchisent les combats, rappelons que malgré de nombreux sondages démontrant que les Belges sont mécontents de la politique d’immigration, ils continuent à voter pour les partis traditionnels ou pour le PTB. Tout simplement car ce qu’ils pensent naïvement être le bien-être social prime pour eux largement sur les autres questions.

Il n’y a plus de nation sans justice sociale. Il n’y a pas de justice sociale sans nation… et sans un Etat fort.

Campagne « Spy en colère » réussite médiatique et politique!

Plus personne n’ignore ce qui s’est passé à Spy. Et sur un plan politique, cette campagne «Spy en colère» a un bilan très positif !

Pendant 5 jours, de très nombreux médias ont parlé des incidents impliquant des migrants dans la région. Cette presse a également largement parlé de la campagne « Spy en colère » et du projet de rassemblement pour protester contre le laxisme des autorités en matière de gestion des migrants illégaux dans la commune.

Le rassemblement prévu a été interdit. Et malgré cette interdiction, et le fait qu’il fût organisé en quelques jours et un 25 août (période encore vacancière), NATION a tenu un rassemblement à Spy. Rassemblement limité mais qui a eu une très large diffusion médiatique.

Finalement pas si mal pour un rassemblement interdit et qui ne devait pas avoir lieu.

Une seule déception, le peu d’habitants locaux présents alors que les réactions sur les réseaux sociaux avaient été très positives. Mais vu ce qui était paru dans la presse (annonce d’arrestations et d’amendes), on peut comprendre qu’ils étaient un peu échaudés. Par contre, nous avons eu droit à de nombreux coups de klaxons d’encouragement.

La création de “Spy en colère” et la préparation de cette première action, (le tout réalisé en 5 jours) aura néanmoins déjà eu un certain nombre de points positifs :

  • Toute la Belgique francophone est au courant de la détestable ambiance créée par un afflux de migrants sur la commune de Spy
  • Sous la pression, la bourgmestre a décidé d’augmenter les patrouilles de police pour mieux sécuriser la commune
  • Sous la même pression, la bourgmestre a décidé d’enfin organiser une rencontre avec les habitants et d’écouter, espérons-le, leurs doléances
  • L’ensemble des migrants ont été évacués pour le week-end afin de « les protéger ». Les habitants auront donc finalement eu un (petit) week-end de tranquillité, c’est déjà ça!
  • Enfin, les photos de nos calicots ont paru dans à peu près tous les médias francophones et nous avons eu droit à un long reportage de la télé locale : voir ICI (à partir de 6’20”)

Mais nous n’allons pas en rester là et les actions continueront car les problèmes ne vont pas disparaître, bien au contraire.

Et si Spy était le point de départ de quelque chose ?

Interview de rentrée d’Hervé Van Laethem

A l’approche de la rentrée, comment va NATION ?

Pas mal du tout, les résultats électoraux ont été ce qu’ils ont été mais vous savez qu’à NATION, l’électoralisme n’est qu’un des axes de travail. Nous avons aussi l’activisme et la formation politique et militante. Et dès le lendemain des élections, nous avons recommencé à militer au travers d’actions de rue, de formations et de réunions de travail. Après quelques semaines à un rythme plus léger, bien nécessaire après une année de campagne électorale ininterrompue (communales et législatives), nous sommes prêts pour la rentrée.

Au lendemain des élections, vous aviez proposé d’organiser des « Etats Généraux du Populisme ». Quel était l’objectif et où en est-on ?

Le but était, au lendemain de la disparition du Parti Populaire, d’appeler à un dialogue entre identitaires et populistes au travers d’une première réunion de travail.

Après un départ encourageant, il faut bien reconnaître qu’il n’y a eu aucune suite concrète.

Et même entre populistes c’est le chaos : négociations avortées, tweets assassins, tentatives de putsch, scissions, etc. …

Il semble donc que les circonstances ne soient pas encore pour l’instant réunies pour que des discussions concrètes et prometteuses puissent avoir lieu entre identitaires et populistes. Sans doute, ces derniers ont encore besoin de faire leurs expériences.

Nous reportons donc ces Etats Généraux du Patriotisme, jusqu’au moment où les circonstances les rendront possibles.

Quoi qu’il en soit, NATION reste ouvert à la discussion et espère que, très bientôt, nous pourrons relancer des  contacts constructifs et concrets avec le reste du camp authentiquement patriote.

Le 28 septembre prochain se tiendra un nouveau Congrès de NATION, que pouvez-vous nous en dire ?

Il nous paraissait normal d’organiser un nouveau Congrès à la suite des élections législatives.

Nous ne pouvons bien sûr pas faire l’économie d’un débat en profondeur sur la stratégie du Mouvement dans le futur.

N’ayons même pas peur de dire que nous allons devoir nous poser des questions essentielles, sinon existentielles. Et que nous devrons probablement apporter des changements au Mouvement.

Mais tout ceci se fera dans des débats internes et démocratiques, au sein du ce Congrès et entre membres le samedi 28 septembre. Les détails sont disponibles sur notre site Internet ICI.

D’ici quelques semaines, ce seront les 20 ans du Mouvement NATION dont vous en êtes un des fondateurs. Pourquoi avoir lancé un tel mouvement dans un milieu nationaliste où il y en avait déjà beaucoup ?

Il y en avait beaucoup. Mais ils faisaient tous la même chose, c’est-à-dire pas grand-chose… Sinon se placer en bonne place sur les listes électorales, fomenter des complots en interne et recopier tous les défauts du FN Belge.

NATION est apparu naturellement oserait-on dire, car en 1999, il était une ABSOLUE nécessité face à l’incurie, à l’indiscipline, à l’incohérence, bref à la nullité de l’extrême-droite francophone d’alors.

NATION est apparu de par la rencontre de quelques hommes et femmes qui avaient en commun, outre  l’expérience militante, l’envie, la formidable envie de faire de la politique autrement. De la faire entre camarades et non entre concurrents. De la faire entre amis et non pas entre opposants.

Mais surtout de la faire de manière cohérente, disciplinée, moderne, décomplexée et surtout pour défendre des positions clairement sociales et identitaires.

Nous avons voulu construire autre chose, militer autrement. Avoir des vraies structures, une démocratie interne. Défendre une vision moderne de nos idées. Nous voulions reprendre la rue. Bref nous pensions indispensable qu’un vrai mouvement militant et politique se crée. Et je pense que nous avons eu raison. Imaginez ce qu’aurait été le camp patriote ces 20 années, s’il n’y avait pas eu NATION?

Quel bilan tirez-vous de ces 20 années ?

Eh bien avant tout, je n’arrive pas vraiment à réaliser que 20 ans se sont passés. Tous les évènements se sont tellement bousculés et certains me semblent encore si proches… En tous les cas, j’en retiendrai une très enrichissante série de contacts humains. Il faut voir l’ambiance de certaines actions et réunions de NATION pour bien comprendre le sens des mots comme camaraderie, engagement, activisme. Ces 20 ans, c’est avant tout un nombre impressionnant de moments forts, très forts parfois. Ce furent aussi régulièrement des victoires militantes, ce que notre camp n’avait plus connu depuis longtemps :

  • imposer nos rassemblements à Bruxelles et Charleroi (qui l’avait fait avant nous ?)
  • faire perdre la face aux antifas liégeois
  • avoir bravé nombre d’interdictions de manifester
  • avoir fait la Une de certains journaux pour des vraies actions politiques et pas comme le FN Belge, pour des histoires de magouilles et de scissions, etc…

Et enfin  à titre personnel, ces vingt ans auront profondément marqué ma vie. Et j’en suis sûr  celle de nombreuses autres personnes. NATION est en cela quelque chose de très particulier.

Retenez-vous quelques souvenirs plus marquants que d’autres de toutes ces années de militantisme ?

Difficile de faire un choix tant il y en a. Je dirais quand même une action contre la libération de Michèle Martin, où le public « lambda » nous reconnaissait et se mettait à nous applaudir. Aussi, à chaque fois que nous réalisâmes des “premières”, comme le fait de manifester à Bruxelles et à Charleroi le 1er mai. Il y a aussi eu la défense physique de nos locaux à Bruxelles comme à Liège. Sans oublier nos actions sociales…Et aussi le fait d’avoir été le premier mouvement identitaire francophone à rencontrer des chefs d’états. Mais surtout, cette impression constante de réaliser des miracles uniquement par notre volonté. Et bien évidemment, le souvenir de nos disparus.

En tous les cas, une partie de ces souvenirs, vous pourrez les retrouver dans une brochure que nous avons réalisé à l’occasion des 20 ans du Mouvement et que vous pourrez commander en versant 18 € (avec les frais d’envoi) sur notre compte BE45 1430 7431 0589.

Un dernier mot sur ces 20 ans ?

Je voudrais remercier tous ceux qui ont participé à ce qui fut une formidable aventure. Qu’ils aient milité un peu ou plus longtemps, qu’ils soient toujours actifs ou plus en retrait. Même si nos chemins se sont séparés car ça arrive aussi en politique. Ils ont tous en tous les cas, apporté leur pierre à la construction d’un Mouvement politique et activiste tel que le camp patriote de Belgique francophone n’en avait plus connu depuis bien longtemps !

Couverture de la brochure qui va incessamment paraître sur les 20 ans de NATION

Ducasse d’Ath : NATION 10 – Panthères 3 (mis à jour)

Suite aux menaces d’un groupe « les Bruxelles Panthères » de mener des actions contre un personnage de la ducasse d’Ath (sous prétexte que ce serait un personnage négrophobe), une dizaine de militants de NATION étaient présents (comme annoncé) pour réagir à toute éventuelle provocation.

Même si les forces de l’ordre ne semblaient pas apprécier notre éventuelle assistance (lol) : fouilles, contrôles d’identité, etc…nos militants sont néanmoins restés toute la matinée aux alentours du char du « Sauvage ».

Dès qu’il y a eu confirmation que le seul militant présent des « Panthères » avait été interpellé et amené hors du territoire communal, les militants de NATION ont cessé leur « veille «  autour du char du Sauvage qui manifestement était bien entouré et protégé.

Il est certain que la présence annoncée de NATION a bien évidemment aussi joué dans le fait que la police a particulièrement veillé au grain et a expulsé l’agitateur des Panthères.

L’action et la présence sur le terrain paient !

MISE A JOUR : L’exactitude nécessite de préciser qu’il semble que plus tard dans la journée, il y ait malgré tout eu un calicot déployé par 2 “panthères” qui ont été très vite interpellées par la police…pour leur propre sécurité d’ailleurs

NATION annoncé à Spy : les migrants évacués !

La courte mais intense campagne initiée par NATION en collaboration avec des habitants de Spy a déjà eu plusieurs résultats concrets.

  1. Toute la Belgique francophone est au courant de la détestable ambiance créée par un afflux de migrants sur la commune de Spy
  2. Sous la pression, la bourgmestre a décidé d’augmenter les patrouilles de police pour mieux sécuriser la commune
  3. Sous la même pression, la bourgmestre a décidé d’enfin organiser une rencontre avec les habitants et d’écouter, espérons-le, leurs doléances.
  4. Nous avons eu confirmation, comme indiqué en première page du quotidien ci-dessous, que l’ensemble des migrants avaient été évacués pour le week-end afin de « les protéger ». Quoi qu’il en soit, les habitants auront finalement eu un (petit) week-end de tranquillité, c’est déjà ça !  

Encore une fois, seule l’action paie !

NATION sera à Spy dimanche!

Suite à l’interdiction du rassemblement prévu à Spy le dimanche 25 août, NATION proteste contre cette mesure anti-démocratique !

Il va de soi que cette mesure n’empêchera pas NATION de continuer à soutenir les habitants de Spy face au laxisme des autorités par rapport à l’attitude d’un certain nombre de migrants, pour rappel venus de manière illégale dans ce pays.

C’est ce que nous expliquerons en détail lors d’un point presse que nous tiendrons à l’heure et à l’endroit prévu pour le rassemblement désormais interdit : dimanche à 14h30 à l’entrée du parking Intermarché, Rue de Saussin 48 à Spy.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑