Les demandeurs d’asile, leur coût et les chiffres officiels !

Publié par NATION le

Certaines personnes, dits « spécialistes », mais surtout vrais outils du système, affublés de titres pompeux, essaient régulièrement de minimiser les points négatifs de l’immigration.

Ainsi tel chercheur au FNRS et ancien « expert » pour l’ONU, qui nous dit : « ces 25 dernières années, les hausses du nombre de demandeurs d’asile n’ont pas été accompagnées d’un accroissement du chômage ». En oubliant de préciser qu’en Belgique, ces gens n’ont jamais travaillé et qu’ils dépendent des CPAS, et non du chômage !

Ainsi tel membre du MRAX, qui minimise le nombre de migrants et qui ose affirmer que quasi tous les migrants fuient la guerre, alors qu’en réalité, seuls quelques 25 % de ceux-ci sont de vrais réfugiés de guerre .

Ou tel universitaire écolo qui prétend, avec force, que l’immigration rapporte et fait monter le PIB, ce qui est simpliste et malhonnête pour quiconque a quelques connaissances en économie…

Ces gens nous prennent pour des poires, mais c’est bien leur rôle : minimiser les problèmes liés à l’immigration et de lancer de la poudre aux yeux pour vous tromper.

Il est généralement assez difficile de trouver des chiffres sur le coût réel de l’immigration. Mais en cherchant un peu sur des sites officiels, il est possible de trouver des chiffres qui donnent une idée de l’ampleur du coût de cette immigration,

Ainsi en fouillant sur le site www.fedasil.be/fr/statistiques on peut découvrir ce que certains veulent nous cachent :

Le coût de l’accueil des demandeurs d’asile est d’environ 50 EUR par jour, par demandeur.
Soit quelques 18.250 EUR par an et par demandeur. Néanmoins, ce coût peut varier en fonction de différents facteurs (à mon avis, il faut revoir ces chiffres à la hausse …)

Selon Fedasil, de janvier à août 2018, sur 15.996 demandeurs d’asile accueillis
il y a eu 1.960 retours volontaires (voyage retour payé par Fedasil et donc aux frais des contribuables) . Des Ukrainiens, des Géorgiens, des Roumains, des Brésiliens, et une minorité de 123 Irakiens.

Fedasil bénéficie (avec l’argent des contribuables), d’une dotation annuelle fédérale, qui en 2017 s’élevait à près de 400 millions d’EUR . En 2016, toujours selon les chiffres de Fedasil, leur dotation était de, tenez-vous bien : plus de 579 millions d’EUR !!!

En 2017 toujours, les frais liés à l’hébergement des demandeurs d’asile par Fedasil était de 15,9 millions d’EUR, et pour les frais médicaux, 15,7 millions d’EUR .

291,1 millions d’EUR ont été dépensés en 2017 pour financer l’accueil des demandeurs d’asile dans d’autres infrastructure, et pour financer le programme de « retour volontaire » .

La Belgique compte environ 60 centres d’accueil pour demandeurs d’asile gérés par Fedasil, la Croix Rouge et d’autres partenaires non cités . Ces centres sont des « centres ouverts », d’anciennes casernes, anciens hôpitaux, internats ou autres types de bâtiments dont des constructions en préfabriqué . Les plus petits peuvent recevoir 50 personnes, les plus grands comme le Petit Château, plus de 800 places .

Chaque résident a droit à un accompagnement social gratuit, individualisé par un assistant social. L’école étant obligatoire en Belgique leurs enfants reçoivent une aide pour l’inscription à l’école et le matériel scolaire. Et une aide pour les devoirs le soir au centre .

Les demandeurs d’asile ont droit à un accompagnement juridique gratuit (avocat ou assistance juridique). Si par exemple, le demandeur ne connaît aucune des langues nationales, il peut bénéficier gratuitement des services d’un interprète.

Les demandeurs d’asile ont droit gratuitement aux soins médicaux et même pour ceux qui sont « stressés », un accompagnement psychologique.

Dans chaque centre ouvert sont organisés des cours de couture, de cuisine, d’informatique, des séances de sport et il y a accès à des ateliers ou des bibliothèques. Un service internet leur est offert pour qu’ils puissent rester en contact avec leurs familles ou amis au pays d’origine.

Si un demandeur d’asile est volontaire pour aider dans les tâches du centre (nettoyage, service en cuisine ou servir à table, etc…), il reçoit un supplément à son argent de poche, qui s’élève à environ 8 euro par semaine, en plus du gîte, du couvert, des soins et du reste .

Et ne sont pas repris dans ces chiffres, le coût des centres fermés et du retour chez eux, des gens ou familles expulsées, ainsi que les frais de justice, lorsque cette expulsion passe par un tribunal, parfois à plusieurs reprises .

Et cerise sur le gâteau, les demandeurs d’asile peuvent introduire une plainte s’ils ne sont pas satisfaits de leur condition de séjour, ou des services proposés … Il leur est donc d’abord offert des droits, bien avant de leur parler des devoirs envers le pays d’accueil !

Mais de qui se moque-t-on ? Les près de 2 millions de gens seuls ou de familles belges en situation de précarité et les milliers de SDF de Belgique ne reçoivent pas le quart de ce qui est fait pour ces migrants économiques et illégaux !

C’est un véritable scandale que dénonce encore une fois NATION, et une raison supplémentaire pour voter NATION aux élections . Cela ne peut durer !!!

Partagez largement cet article autour de vous, car cela doit se savoir !!

Jean-Pierre Demol

Pour certains, l’Etat est beaucoup moins généreux !


6 commentaires

Bernard · 1 octobre 2018 à 11 h 18 min

Le lien http://www.fedasil.be/fr/statistiques
ne fonctionne pas, visiblement on change le cadavre de place….
lol !

BLANCHE · 1 octobre 2018 à 12 h 24 min

CES CHIFFRES DEVRAIENT ETRE AFFICHEES PUBLIQUEMENT ET LIS EN CLASSES CAR DAND LES ECOLES LES ENSEIGNANTS GONFLENT LES TETES DE NOS ENFANTS DES CONNERIES GENRE TOUT LE MONDE EST BIEN ET ON VIT BIEN ET HEUREUX AVEC TOUT LE MONDE
POURQUOI PAS AUSSI LES STATISTIQUES DES VOLS DES VIOLS DES ATTAQUES DE PLUS EN PLUS HORRIBLES ET VIOLENTS SUR TOUT LE MONDE PEU IMPORTE L’AGE
NOUS ON FAIT DES ECONOMIES POUR TOUT MEME POUR L’EAU CHAUDE POUR AVOIR UN BRIN DE VIE NORMALE MAIS VOILA QU’ON A VOLE TROIS FOIS LE VELO DE MON ENFANT ET EN MEME TEMPS ON NOUS DIS DANS LES MEDIAS QUE LES ENFANTS NE FONT PAS ASSEZ DE SPORT

Demol Jean-Pierre · 1 octobre 2018 à 12 h 48 min

Bonjour, il semblerait que le lien que je met dans le texte pour prouver que ce n’est pas une invention, ne mène plus à ces informations . J’ai donc écrit à Fedasil pour en connaître la raison, à suivre …

Demol Jean-Pierre · 1 octobre 2018 à 14 h 05 min

N’ayant pas eu de réponse de Fedasil, j’ai effectué une nouvelle recherche, et vous pouvez donc trouver les renseignements que j’indique dans l’article en “cherchant” via ce lien : https://www.fedasil.be/fr/actualites/accueil-des-demandeurs-dasile/quel-est-le-cout-de-laccueil

Jean · 1 octobre 2018 à 17 h 27 min

…Et pendant que l’Etat entretient à grands frais tous ces indésirables ( puisqu’ils ont pénétré illégalement chez nous et que la majorité des Belges ne souhaite pas leur présence) et leur offre dans un élan joyeux le gîte, le couvert, les frais médicaux et la défense en justice (notamment pour contourner les ordres de quitter le territoire !) au grand sourire d’une foule d’associations financées par les deniers publics et cependant intouchables, que se passe-t-il ? On agite sans rire la menace d’une pénurie d’électricité pour l’hiver tout proche comme on le ferait dans n’importe quel pays sous-développé, nos centrales atomiques se fissurent et sont à l’arrêt sans même que l’on sache réellement si elles pourraient résister à une attaque terroriste, nos voies ferrées sont dépouillées de leurs câbles de cuivre de manière industrielle par des gangs organisés, de beaux monuments comme le Palais de justice de Bruxelles voulu par notre grand souverain Léopold II tombent en ruine et doivent attendre la bonne volonté de notre imbroglio de pouvoirs pour espérer un début de restauration, nos autoroutes se couvrent de nids de poule à faire rire nos voisins européens tandis que nos routes secondaires sont dignes du tiers-monde en différents endroits de Wallonie, un vrai réseau d’égouts n’existe pas encore dans certaines zones habitées, les travaux publics traînent en longueur parce que leur financement ne suit pas ou mal, notre police souffre d’une pénurie d’effectifs criante etc. liste non exhaustive….Bref l’argent manque partout dans un pays réputé pour la qualité de ses travailleurs qui fut jadis la troisième puissance industrielle mondiale… Et on voudrait, comme chantait Jacques Brel, “que je crie vive le roi et que j’aime le filet de maquereau” ? Traduisons: que nous (citoyens et électeurs) célébrions les bienfaits de l’immigration de masse et l’espoir d’un avenir meilleur qu’elle véhicule ? Non… Mais…Où est passé le bon sens belge que, paraît-il, nous envient nos voisins ? Où est passée notre capacité de résistance célébrée dans les livres d’histoire mais apparemment enfermée là-dedans à double tour ?

Demol Jean-Pierre · 4 octobre 2018 à 16 h 22 min

Voici un nouveau lien, qui confirme les chiffres de mon article : https://www.fedasil.be/fr/propos-de-fedasil/budget

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *