Emeute islamo-africaine à Schaerbeek !

Ce matin, des incidents ont eu lieu devant une école schaerbeekoise suite à une rumeur, qui semble fausse, d’abus sexuels sur un enfant.

Les images démontrent bien à quel point, tout ce que nous disions sur la vague migratoire, le changement de population et l’islamisation de nos villes était avéré.

Sur certaines photos, on peut objectivement se croire dans un état musulman d’Afrique.

De plus, on aura constaté vu les violences commises envers la police à quel point ces gens sont attachés à l’état de droit.

Il n’y a plus de demi-mesures à prendre ni à penser à des précautions d’usage ni à faire attention à son image. Il faut réagir et faire que nos rues recommencent à ressembler à des rues d’Europe !

Pour y arriver, inutile de voter libéral recyclé ou populiste complexé, il faut voter radical et identitaire, il faut voter NATION !

(video) Islamisme : le compte à rebours a commencé !

L’information de l’arrestation à Wavre d’un jeune converti à l’Islam, juste avant qu’il ne commette un attentat ne fait que confirmer ce que nous essayons de démontrer dans cette vidéo : le compte à rebours a commencé ! Vous savez ce qui vous reste à faire le 26 mai comme premier acte pour que la bombe islamiste n’explose pas !

#VotezNation #ChassonsLesIslamistes

Les vrais résultats des populistes en matière d’immigration !

En Belgique francophone, dans les milieux de droite classique décidément à la fois les plus bêtes et les plus lâches du monde, « la franckenmania » bat son plein !

Il suffit que l’extrême gauche n’aime pas Franken pour qu’une certaine droite se mette à lui vouer une sorte de culte, erreur bien connue et trop souvent répétée : l’ennemi médiatique de la gauche n’est pas forcément l’ami politique des identitaires que nous sommes.

Dans ces milieux-là donc, on vous présente le « beau Théo « comme le champion de la lutte contre l’immigration.

C’est un peu vite oublié que, au plus fort de la vague migratoire de 2015, c’est bien Theo Franken qui ouvrit nombre de centres pour réfugier et qui obligea nombre de communes à en accueillir.

Pour ceux qui nous répondrons qu’il n’avait pas le choix à cause de l’Europe, alors on peut légitiment se poser la question du sens que cela aurait de voter pour lui puisque au moindre contre-ordre de l’Europe, il ne ferait pas ce pourquoi on l’élirait.

Mais en tous cas, les faits sont têtus …..comme les chiffres. Et voici les résultats chiffrés de la politique soi-disant anti migratoire de la droite populiste, qui a été au pouvoir ces 5 dernières années (chiffres repris des organes officiels de l’état).

  • Une moyenne de 27 .000 demandes d’asile par an
  • 6 étrangers (hors UE) sur 10 présents en Belgique ne travaillent pas
  • 1 minimex sur 2 est donne à un étranger
  • 1 logement social sur 3 est donné à un étranger
  • 6 .270.000 € ont été donnés à des mosquées dans le cadre de subsides
  • 4 ordres d’expulsion sur 5 ne sont pas effectués
  • il y a eu 593.018 entrés sur le territoire depuis le gouvernement MR- NVA est au pouvoir
  • il y a eu 105.165 personnes qui ont acquis la nationalité belge
  • 32.683 étrangers (hors EU) sont rentrés en Belgique via le regroupement familial

Voilà le résultat quand la droite molle et populiste s’occupe d’immigration…

Vous voulez mieux ? Beaucoup mieux ? Votez NATION partout où vous le pourrez !

L’abolition des frontières (1): une idée folle et irresponsable !

La question des frontières entre différents territoires donne aujourd’hui lieu à des débats passionnés. Ses implications revêtent une importance si capitale que c’en est devenu un sujet clivant, divisant en deux camps inconciliables les “citoyens du monde” se voulant apatrides d’une part, et d’autre part ceux qui entendent défendre les identités et racines ethno-culturelles dont ils revendiquent l’héritage.

Bien évidemment, les frontières politiques de certains Etats actuels, ne tenant aucun compte des réalités historiques, linguistiques, culturelles et régionales, sont non seulement arbitraires, mais relèvent même parfois de la plus criante aberration. C’est souvent en s’appuyant sur de tels exemples que les partisans de l’abolition des frontières s’efforcent d’étayer leur argumentation, puisqu’il leur semble aller de soi que de telles iniquités trouvent bel et bien leur source dans l’existence même des frontières. Seulement, allez demander aux Amérindiens, aux Palestiniens, ou aux Aborigènes d’Australie ce qu’ils pensent de l’absence totale de frontières reconnues, à la lumière de leurs tragiques expériences… Il y a fort à parier qu’ils ne partageront pas forcément ce point de vue !
 
Qu’est-ce donc qu’une frontière, au juste ? Une frontière, c’est ce qui définit la territorialité, le droit pour un groupe d’individus d’être souverain chez lui, au même titre qu’un individu a indiscutablement droit à l’intimité et à la souveraineté. Un individu insécurisé chez lui, non souverain en son propre domicile, ne serait assurément pas libre. Il en va bien évidemment de même pour toute collectivité humaine, pour toute nation, sur le territoire délimité par des frontières qui constitue sa patrie charnelle et son
cadre de vie.
 
Une frontière, c’est tout simplement ce qu’implique le droit à l’autodétermination, à l’autonomie et à l’indépendance pour tous les peuples et collectivités humaines. Sans territoires définis, sans délimitations précises, les notions d’autodétermination, de souveraineté et d’indépendance ne signifient plus rien.
 
Une frontière, c’est ce qui marque la délimitation entre deux nations distinctes, c’est-à-dire entre deux groupes humains ayant chacun une
identité ethno-culturelle qui lui est propre.
 
Par _nation_, il faut comprendre avant tout entité ethno-culturelle, une communauté qui ne se résume pas à la simple addition des individus qui la composent, mais qui est le produit d’une histoire, d’une culture et d’un héritage ancestral communs, formant le creuset d’une identité spécifique et clairement définie. Le sentiment national, la conscience de ce fait identitaire réel, bien concret, ne constitue aucunement en soi un facteur aliénant et liberticide , ni n’implique le racisme, pas plus que la xénophobie. L’amour des siens n’implique pas la haine de l’autre, et préférer son prochain à son lointain n’a rien d’immoral ni d’artificiel, bien au contraire. Le fait national est tout simplement un fait naturel, reposant sur la transmission héréditaire, d’individus à individus, de liens génétiques et socio-culturels.
 
Des esprits se voulant généreux et  pétris d’équité conçoivent apparemment que la suppression des frontières constituerait la panacée contre la xénophobie et le racisme, et qu’elle représenterait, à travers le prisme déformant d’une sorte d’idéologie de la repentance et de la rédemption éternelles, le juste prix à payer pour répondre collectivement de fautes commises jadis par nos aïeux. En d’autres termes, on attend des “réparations” de la part de gens qui n’ont personnellement commis aucune faute, au bénéfice de gens qui, pour leur part, n’en ont jamais subi préjudice. Double non-sens, fondé sur le sophisme de la culpabilité collective et héréditaire. D’autres souhaitent simplement ouvrir les portes des pays industrialisés et “traditionnellement impérialistes” à l’immigration en masse des populations pauvres.

En réalité, outre son caractère dangereusement irresponsable, cette idée de libre circulation totale et sans entrave, si généreuse qu’elle puisse sembler _a priori_, ne tient aucun compte d’un fait pourtant évident : les problèmes sociaux, économiques, politiques, culturels et religieux des pays du Tiers-Monde ne seront nullement résolus par une fuite en masse de leurs ressortissants vers les pays dits “riches”. Bien au contraire, serait-on même tenté d’ajouter.

Pour les pays d’accueil, l’impact sur l’environnement social comme écologique d’un flux migratoire aussi colossal serait catastrophique. Et nul n’est besoin de mentionner le cataclysme économique et le déséquilibre ethno-démographique qu’il engendrerait.

Ceci dit, quelles que soient les politiques d’immigration à venir, il est évident que les puissances d’argent qui régissent aujourd’hui le monde et qui s’emploient justement à détruire les indépendances nationales devront tôt ou tard faire face aux conséquences de leur exploitation permanente des nations d’Afrique, d’Asie, et d’Amérique latine. La véritable solution aux conditions misérables que subissent les peuples de ces trois continents réside, comme pour tous les autres peuples, dans une véritable révolution sociale et nationale, émancipatrice, dans leur affranchissement des carcans obscurantistes et théocratiques, ainsi que dans la préservation et la mise en valeur de leurs particularismes ethno-culturels les plus enrichissants.

A suivre…

Hans Cany

Le tweet anti-migrant ne fait pas l’opposant à l’immigration massive !

La NVA et Théo Francken sont les spécialistes de la ‘com anti-migrants…Mais qu’en est-il dans la réalité ?

Voici quelques chiffres sur les naturalisations et les nouveaux belges sur ces 5 dernières années. On voit à quel point la NVA (arrivée au pouvoir en Octobre 2014) est une arnaque.

  • 2014  : 18.726 naturalisations
  • 2015 : 27.071 naturalisations
  • 2016 : 31.095 naturalisations
  • 2017 : 38.048 naturalisations
  • 2018 : 36.215 naturalisations

C’est toujours la même chose avec les populistes de tous poils (NVA-PP, etc…). Ils se font élire “contre les migrants” mais dans les faits accélèrent le développement de la société multiculturelle.

Le grand remplacement se prépare aussi dans les grandes surfaces !

Un vent favorable nous a fait parvenir des notes internes à une chaine de supermarché . Note dans laquelle on fait du ciblage religieux en invitant à « mettre l’accent sur le public musulman ».

Cette note d’ailleurs reprend sans doute bien involontairement l’argument, que certains bien-pensants dénoncent pourtant, de la démographie galopante de la communauté musulmane puisque on y affirme que « 7,6% de la population belge est musulmane et que ce chiffre va sans doute doubler d’ici 2050) »

On y lit aussi que le halal est un produit qui offre encore de très nombreuses possibilités de croissance pour le secteur alimentaire au sens large…

Et enfin, on y propose un rapport Etno-Food.

Lorsque toutes ces grandes compagnies jouent la carte de la solidarité, elles ne visent une nouvelle fois qu’un seul objectif : faire plus de fric. N’est-ce pas d’ailleurs aussi le but de cette immigration massive encouragée par les forces de l’argent ?

 

Le capitalisme utilise la gauche car l’immigration massive est un gage de nouveaux profits !

 

La pauvreté en Belgique, un double scandale !

Cet article va en choquer plus d’un(e) mais ce scandale doit être révélé ! Et NATION, en bon ennemi du système qui permet cette pauvreté, dénonce !

  • 80.000 enfants de 0 à 6 ans vivent en Wallonie et à Bruxelles sous le seuil de pauvreté
  • 20,9% des Belges indiquent avoir des difficultés voire des grandes difficultés à s’en sortir
  • 4 retraités sur 10 en Belgique vivent sous le seuil de pauvreté
  • Pour 2018, Eurostat indique que 2,3 millions de personnes en Belgique sont menacés de pauvreté ou d’exclusion sociale
  • Au moins 20.000 SDF errent dans les rues, gares et métros du pays
  • Selon la Cour des Comptes, en mars 2018, le gouvernement Michel a puisé 40 millions d’euros dans le budget destiné à la lutte contre la pauvreté, pour « faire des économies » ..

Et c’est avec ce dernier point que le scandale s’accentue. Nous pourrions penser (naïvement), que l’État belge manque de moyens financiers pour lutter contre la pauvreté nationale…Mais détrompez-vous, cet argent « manquant » sert à financer les « réfugiés » illégaux qui arrivent en flux continus !

La Belgique participe financièrement au Fonds Africain de Développement (FAD), à raison de 72 millions d’euros annuels en trois versements. Ces versements, qui augmentent d’année en année, durent depuis 1972. Ces fonds, alimentés également par d’autres pays occidentaux, servent (en principe) à l’aide bilatérale, la coopération technique, à faire des dons, des prêts, etc … Et qui paye ? Nous, les contribuables !

Ce n’est pas tout ! Il y a aussi « l’APD », ou l’Aide Publique au Développement pour laquelle la Belgique est considérée par l’OCDE en 2011, comme « un donateur relativement généreux ». Belgique qui, en 2010, y avait consacré 0,64% de son Revenu National Brut.

Et qui paye ? Toujours nous, contribuables et cochons payeurs !

Il n’y a pas de chiffres précis, mais nous pouvons aisément imaginer que cela se chiffre sur ces dix dernières années, à quelques milliards d’euros … Et qui paye ? Toujours nous !!

Et ce n’est pas encore fini. Il y a aussi la « Mission de Coopération Belge au Développement » qui, en 2015, par exemple, a reçu quelques 1,7 milliards d’euros … Et qui paye ? Les contribuables !

On continue ? L’afflux des « réfugiés » a aussi un coût ! Et si ce coût n’est jamais clairement précisé même si nous savons quand même que pour l’année 2015, le gouvernement belge avait préparé un budget de 300 millions d’euros pour couvrir ce problème. Et il est certain  que ces 300 millions ne représentent pas l’entièreté des coûts générés par les réfugiés.

Vous pensez que c’est fini ? Pas du tout, il y en a encore : 

  • les financements des ONG, dont celles qui s’occupent de l’accueil et du bien-être des migrants dans notre pays
  • les missions envoyées en Afrique subsaharienne
  • 100 millions d’euros annuels pour la Direction Générale de la Coopération au Développement (DGD).
  • les ONG qui reçoivent en plus des subsides du Ministère des Affaires étrangères
  • le Fonds Belge de Survie qui est une initiative du Parlement Belge et des parlements régionaux. Selon le site « GLO.BE Pour un monde durable », la Belgique a consacré en 2017, 170 millions d’euros pour financer les ONG d’aides humanitaires aux réfugiés. Les deux plus grands bénéficiaires étant la Croix Rouge et le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR).Et qui paye ? Faut-il encore le préciser ?

Chers compatriotes, de grâce, ouvrez les yeux ! Ne remettez plus ces requins, ces banksters au pouvoir en mai 2019, faites le bon choix, VOTEZ NATION !!!

Jean-Pierre Demol

Source : ACODEV.BE – EU-SILC2017 – luttepauvreté.be – ENEO – statbel.fgov.be – SFP Service Social – Ministère des Affaires étrangères – La Libre – glo.be – Cour des Comptes – EUROSTAT

Mieux lire le pacte mondial pour l’immigration !

Ce « pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières » comprend 23 points avec lesquels les chantres de l’immigrationisme nous bassinent de fausses informations.

Pour mieux comprendre ce pacte, il faut le lire entre les lignes en se référant au « préambule », dont les « pour » ne parlent pas trop…

Pour décourager l’éventuel lecteur, le point 2 du préambule est un gros blabla sur les Droits de l’Homme, la traite des femmes et des enfants (pratique que connaît bien l’ONU puisque son personnel le pratique souvent), l’abolition de l’esclavage, le changement climatique, la lutte contre la désertification, l’Accord de Paris, la « promotion d’un travail décent pour la migration de main d’oeuvre », bref, toute la pub habituelle de cet organisme mondialiste .

Le point 4 dit que « Les migrants et les réfugiés sont deux groupes différents et que seuls les réfugiés bénéficient de la protection internationale. ». Le pacte, lui, institue un cadre de coopération sur tous les aspects des migrations !

Le point 5 veut « rendre les migrations bénéfiques à tous » (??)

Le point 7 dit que le pacte n’est pas contraignant, mais … qu’aucun État ne peut gérer seul la question des migrations.

Le point 8 dit que ce pacte s’engage à améliorer la coopération en matière de migration, car cela fait partie de l’expérience humaine depuis les débuts de l’histoire, que les migrations sont facteurs de prospérité, d’innovation et de développement durable. Comment peut-on affirmer un tel mensonge ? Mieux encore, la suite de ce point affirme que la majorité des migrants voyagent, vivent et travaillent dans des conditions sûres, ordonnées et régulières. Là, le mensonge est encore plus clair !

Le point 10 prétend que le pacte mondial est le fruit d’un examen de données et d’éléments de « preuves recueillis par des processus ouverts et transparents » (n’importe quoi).
Néanmoins un aveu : Les migrations font partie intégrante de la mondialisation.

Le point 11 rappelle le point 7 : Un seul pays ne peut relever les défis que pose le phénomène migratoire. Il y est aussi question de l’obligation primordiale de respecter les Droits de l’Homme de tous les migrants, quel que soit leur statut.

Dans le point 12 il est écrit : « Nous nous efforçons de créer des conditions favorables qui permettent à tous les migrants d’enrichir nos sociétés grâce à leurs capacités humaines, économiques et sociales. On appréciera…

Point 13 : « Nous devons sauver des vies et mettre les migrants à l’abri du danger » .
On peut dès lors se demander qui met à l’abri du danger chrétiens dOrient, harcelés par les islamistes ? Qui va mettre nos citoyennes à l’abri des viols et autres agressions sexuelles ?

Et à répétition, revient la phrase « Nous nous engageons à faciliter et à garantir des migrations sûres, ordonnées et régulières », avec un sens tout particulier au terme « régulières » …

Le paragraphe C du point 15 parle hypocritement de « souveraineté nationale garantie », que ce pacte laisserait les États définir leurs politiques migratoires nationales . Cela sonne tellement faux, en regard d’autres parties du texte qui sous-entendent le contraire …

D’ailleurs, le paragraphe D du même point rappelle que les États ont à répondre de l’observation des lois promulguées . « Pas contraignant » qu’ils disent …

Paragraphe E : Les migrants ont une grande importance pour le développement durable des pays d’origine, de transit ou de destination . Ils se foutent de qui ? S’ils quittent leurs pays, comment peuvent-ils coopérer à leur développement ? Idem dans le pays de transit, où ils ne travailleront sûrement pas, et dans le pays de destination, où pour un grand nombre, ils ne travailleront pas non plus vu le haut taux de chômage qui y règne déjà.

Au paragraphe F, les Droits de l’Homme rappellent que ne pas être d’accord avec ce pacte, c’est de la discrimination, du racisme, de la xénophobie, de l’intolérance, à l’endroit des migrants et de leur famille . Vous voilà prévenu, et sans contrainte …

Le paragraphe G promeut l’égalité des sexes . C’est très bien, mais comment vont-ils expliquer cela aux personnes qui arrivent avec leurs coutumes tribales ou à celles qui ne respectent pas l’égalité hommes-femmes.

Le point 16 rappelle que ce pacte comprend 23 objectifs et que chaque objectif est associé à un engagement, « non contraignant » bien sûr .

Et du point 17 au 41, chaque point commence par une formule non contraignante :
Nous nous engageons à

Voilà la réalité de ce pacte lorsque l’on passe d’abord par le préambule !

NATION dit NON à ce pacte !

Source : Document final de la Conférence Intergouvernementale chargée d’adopter le Pacte Mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières . Traduction du Document de l’Assemblée Générale du 30 juillet 2018 au point 10 de l’Ordre du jour provisoire .
A/CONF.231/2018/1.

Contre Marrakech, NATION était là !

Comme annoncé, une délégation de NATION a participé avec ses camarades flamands de la N-SA au rassemblement contre le pacte sur la migration de Marrakech. Rassemblement auquel près de 10.000 personnes ont participé. Pendant que quelques centaines de militants de gauche organisaient, bien loin de là, une contre-manifestation.

Et la mouvance solidariste et identitaire que nous représentons a eu l’occasion de s’exprimer sur la chaine flamande VRT.

Par rapport aux incidents qui ont éclaté APRES la dissolution du rassemblement, c’est toujours mieux qu’il n’y en ait pas. Mais à force d’intimidations, de contrôles, de non-respect de leurs droits et de leurs opinions, du parti-pris évident des autorités en faveur des populations allochtones, il ne faut pas s’étonner que les petits blancs se révoltent.

Lorsqu’en 3 semaines, dans le même pays, vous avez 3 émeutes (à cause du social et des questions identitaires) et que les participants se retrouvent des deux côtés de la frontière linguistique ; c’est qu’il y a vraiment quelque chose qui ne va pas !

Plus que jamais, il faut lutter contre ce système !

Seuls les solidaristes de NATION et de la N-SA le font vraiment !

NATION au centre de la journée d’action des gilets jaunes !

Cette nouvelle journée d’action des gilets jaunes aura été marquante à bien des égards.

Elle aura permis de démontrer la duplicité des autorités bruxelloises, leur hypocrisie et leur recherche de la confrontation. Nous y reviendrons dans un futur article….

Elle aura aussi donné une grande visibilité médiatique à NATION. D’abord de par notre mobilisation mais aussi par le fait que c’est notre camarade Hervé Van Laethem qui avait pris la grosse responsabilité de demander à titre personnel, une autorisation de manifester dans le cadres des gilets jaunes.

Et malgré les mensonges médiatiques et politiques, malgré un déploiement énorme de forces policières, malgré les intimidations, malgré le non respect par les autorités des accords pris, malgré les dizaines d’arrestations préventives, ce seront au total plusieurs centaines de gilets jaunes qui auront menés des actions tout au long de la journée.

Actions qui furent menées sans violence mais avec un très grand intérêt médiatique. Hervé et d’autres cadres de NATION auront ainsi donné de nombreuses interviews.

Notons aussi que l’extrême-gauche a essayé de péniblement exister loin de notre rassemblement dans un jeu de chat et de souris avec la police, sans que personne ne les remarque même.

Aujourd’hui, c’est bien NATION qui est le mouvement social et pas ces gauchistes, pour beaucoup issus de la bourgeoisie.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑