Intervention d’Olivier Frapchot, secrétaire-général de NATION pour les 17 ans du Mouvement !

Publié par NATION le

caterpillarChers Camarades,

La pieuvre a encore frappé notre pays de ses redoutables tentacules !
Le pays de Charleroi, 350 ans d’histoires, de gloire industrielle et de lutte ouvrière. Partagée entre le feu, le charbon et l’acier, elle va écrire les lettres de noblesse de la nation. A force de bras, d’ ingénierie, de courage, de sueur et de sacrifices, Charleroi la lumineuse, Charleroi la gueule noire, va mener notre Belgique au premier rang des puissances mondiales. Quelle gloire ! Quelle épopée !

Aujourd’hui encore, de part ses nombreux terrils qu’ils l’entourent, elle garde en elle la poésie des chants ouvriers. Mais malheureusement aussi, de part les ateliers, les haut-fourneaux ; ses friches industrielles qui dessinent son visage, elle témoigne de l’immense balafre que la pieuvre ne cesse de creuser depuis maintenant plus de quarante ans. Elle a souffert pour être belle, aujourd’hui, elle souffre pour survivre.

Alors que c’est-il passé ? Le grand capital n’a cessé de piller le courage de ses ouvriers. Les financiers, sans scrupule, n’ont fait qu’exploiter l’espoir du peuple de Charleroi. C’est d’ailleurs, ce qu’il vient encore d’arrivé aux ouvriers de Caterpillar ! Ils ont tout donné, ils ont sacrifié, ils ont cru et maintenant, ils sont jetés. Jetés au cloaque de la mondialisation, jetés aux abysses des mandibules de la pieuvre tentaculaire, l’actionnariat, la finance, le capitalisme !

Ces ouvriers, ils y ont cru pourtant au bien-être, à la condition, au travail, au mérite. Ils ont cru aux socialisme d’antan, celui de Zola, de Proust, de Jaurès. Mais doivent-ils encore croire au socialisme d’aujourd’hui quand on connaît que dirigés par une élite de salon, il ne fait plus que rappeler les paroles de ses pères sans les comprendre ? En effet, les socialistes d’aujourd’hui ont-ils seulement compris quand t-ils ont travaillé aux traités mondialistes ? Ont -ils vraiment bu les paroles de Jaurès quand t-‘ils ont sacrifiés tant d’emplois au profit de la privatisation et de l’actionnariat qu’ils fréquentent d’ailleurs dans les salons maçonniques ? Ont-ils réellement lu Emile Zola, quand à coup de migrations massives, ils signent pour le dumping sociale ?

Non, bien sûr ! NON !!!! Ils n’ont fait qu’administrer le peuple comme des seigneurs sur leurs vassaux ! Le pouvoir à tout pris ! Et avec l’intéressement, le PARTI, la caste !
Jean Jaurès disait lui-même, « les progrès de l’humanité se mesurent aux concessions que la folie des sages fait à la sagesse des fous ». Il ne pouvait mieux dire car aujourd’hui à Charleroi, il n’y a plus d’humanité.

La gauche a perdu le monde ouvrier, la droite, elle, a perdu son patriotisme ! Il n’est plus de patriotisme quand on ne parle plus qu’aux banques ! Il n’est plus de patriotisme quand le peuple n’est plus qu’une virgule sur les cotations boursières. Il n’est plus de patriotisme, quand on fait de la nation, une braderie pour nanti !

Alors, je m’adresse à tous les travailleurs de ce pays mais en particulier à ceux qui vivent le pire, aujourd’hui. Chers camarades de Caterpillar, et à vos familles, ouvrez les yeux ! L’espoir ! Votre espoir n’est plus celui de gauche, il n’est pas non plus de droite. D’ailleurs, les syndicats qui leurs sont attachés vous ont eux-même abandonnés. Sachez que le système à gâté les syndicats et que les syndicats aujourd’hui, gâtent en retour d’intérêts, le système. Assez d’opium ! Prenez la voie de la révolution, la seule alternative qui écrit un projet ambitieux pour l’avenir, la troisième voies. Celle du solidarisme ! La vraie solidarité ne se construit pas en faisant de vous de parfaits consommateurs, ainsi vous faites encore la part belle aux multinationales. Non, elle ne se construit pas à coup d’allocations qui aseptisent un peuple et garanti le pouvoir au système. La solidarité, elle se fait au travers de l’État nation. Elle se fait par la valorisation de votre sacrifice, de votre courage. Elle se fait parce que la nation est une grande famille et que dans une famille, la SAGESSE est son ciment. Et ce, bien au-delà de l’ultime projet d’une société de consommation, consommer pour le fric, le fric pour consommer.

Alors, chers ouvriers, chers camarades, marchons ! Ensemble marchons dans le sillage du solidarisme afin que demain, Charleroi, la Wallonie, Bruxelles et notre nation recouvrent le succès que nos aïeuls ont tant espérés pour nous.
Ensemble, soyons tous camarades ! Soyons tous nous ! soyons tous :

LIBRE ! SOCIAL ! ET NATIONAL !
Olivier Frapchot
Sécrétaire-général


3 commentaires

Debbaudt · 20 septembre 2016 à 9 h 14 min

Bel article Olivier mais notre gouvernement à oublié ce qu’étaient ” les gueules noires ” notre gouvernement à oublié ( s’ils l’ont jamais lu ) Jaures et toutes les luttes sanglantes de nos anciens …….pour survivre fier , la tète haute .
Notre gouvernement à reçu pour mission de l’Europe de tout oublier de seulement suivre les directives imposées qui viènnent de plus haut de plus loin que de notre continent , nous ne dirigeons plus rien Wallstreet et Tel-Aviv nous imposent leurs diktats !.
Wallons Bruxellois réveillez vous……..
REVOLUTION

Le Ket · 20 septembre 2016 à 10 h 43 min

Là où le mondialisme passe, l’emploi trépasse !
Cela fait plus de 40 ans que les eurocrates de Bruxelles ont construit des cimetières industriels avec une vue imprenable sur un désert économique, partout en Europe.

James · 20 septembre 2016 à 13 h 53 min

La désindustrialisation de l’Europe n’est pas une coïncidence, mais se situe dans le cadre d’un nouvel ordre mondial. Cette désindustrialisation est donc planifiée depuis longtemps, et exécutée petit à petit. L’agenda 21 ( de l”ONU) est aussi un atout qui est utilisé, pour détruire notre civilisation et qui n’a donc rien à voir avec le “climat”!!.
Toute la stratégie est dévoilée dans le livre :”The Syndicate” de Nicolas Hagger. Il en appert aussi que l’Europe doit evoluer vers un système avec seulement une “production de services”!!(sic) Donc sans industrie et sans agriculture , incorporé dans un système de ” global interdependence”.
Chaque année quelques blocs au sens figuré, de notre société sont attaqués :
http://metamag.fr/2016/01/29/2016-le-nouvel-ordre-mondial-toujours-a-la-manoeuvre/
“Pour l’année 2016, trois infamies sont en cours de réalisation : le vol des classes moyennes subsistantes pour les tirer vers la mendicité ; le génocide des autochtones, sur le modèle des Indiens d’Amérique du Nord et des Allemands depuis 1918 ; le crime contre l’humanité qui pense. ”
Quant au génocide des autochtones, il est utile de rappeler Renaud Camus et Le Grand Remplacement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *