Lettre ouverte à un ami des illégaux !

Lors de la réalisation d’un de nos visuels « saviez vous que » consacré aux illégaux, nous avions repris une photo trouvée sur Google. Dès le lendemain, l’auteur de cette photo, Olivier Papegnies, nous a contacté nous confirmant d’ailleurs ainsi que nos visuels sont très largement diffusés sur la toile. Très fâché et manifestement de gauche, il nous accuse d’utiliser illégalement sa photo. Nous promet de faire payer ses droits d’auteur qu’il reversera aux « réfugiés ».

Nous avons décidé de lui réponde publiquement.

Monsieur, à moins que vous préfériez citoyen du monde…

Nous avons bien pris connaissance de votre remarque et de votre désaccord. Comme quoi, la propriété n’est plus autant décriée à gauche qu’à une certaine époque…

Nous avons trouvé cette photo sur Google et n’avions pas noté un copyright particulier. Mais nous prenons acte de votre demande et retirons la photo…

Nous nous permettrons néanmoins de réagir à votre accusation comme quoi nous sommes dans l’illégalité. C’est assez amusant en sachant que vous soutenez des gens qui ne font que ça : être dans l’illégalité ! Je vous rappelle en effet que pénétrer sur le territoire d’un pays volontairement et sans papier est un acte illégal.

Je vous rappelle d’ailleurs qu’il existe une disposition dans le code pénal qui sanctionne celui qui aide un étranger à pénétrer ou séjourner sur le territoire belge en violation de la loi. Bien évidemment, cette règle est assortie d’une exception : si l’aide est offerte pour des raisons principalement humanitaires. Mais nous savons bien que cela n’a rien à voir avec l’humanitaire. Seulement à réaliser des utopies mondialistes.

Mais nous serons sympas, nous ne vous dénoncerons pas au Parquet. Même si nous aimons l’ordre, nous n’aimons guère jouer aux auxiliaires de police, contrairement aux gens de gauche…quand ça les arrange.

Salutations distinguées mais néanmoins choisies

Une réflexion au sujet de « Lettre ouverte à un ami des illégaux ! »

  1. Un pitoyable chapon qui à défaut de ne plus pouvoir jamais être un coq … se prend pour un poulet.
    Et pan sur le bec du blanc-bec Olivier Papegnies !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *