Manchester : que dire de plus ?

Publié par NATION le

Nous l’avons dit, redit et répété : le “multiculturel” à outrance, ça finit toujours mal ! 


5 commentaires

Le KET · 23 mai 2017 à 14 h 34 min

Multiculturel = Multicriminel !

Catrysse roger · 23 mai 2017 à 16 h 07 min

Vraiment une religion de paix et de l’amour une chance pour le monde entier.

Debbaudt · 23 mai 2017 à 18 h 03 min

Rétablissement de la peine de mort pour les terroristes .
12 balles pour les coupables
6 balles pour les demi-coupables
ET BASTA

James · 24 mai 2017 à 0 h 03 min

Il faut être prudent…. dans un tel cas, et compte tenu du passé, il faut d’abord se poser la question : Qui bono??
La réponse donnera une toute autre vue …en effet il faut faire la distinction entre les exécutants et les organisateurs!!
N’oubliez jamais le diable !!!

GERARD R. · 24 mai 2017 à 12 h 28 min

SHOW & BUSINESS MUST GO ON !

Et un attentat ! Un ! Bon, passons sur les sempiternelles et immuables jérémiades post-tueries, qui commencent à lasser. Du genre: “Les services de renseignements étaient informés” Ou les mâles déclarations politiques sur les dépouilles encore fumantes, du style: “Le terrorisme ne vaincra pas” etc… Et surtout sur les lieux communs d’un public très ordinaire, comme: “c’est honteux, inacceptable” STOP !

Passons aussi, sur le préoccupant dérèglement cérébral des bizounours qui vont rivaliser de niaiseries et de fanfreluches, afin de rendre hommage aux victimes, sans jamais dénoncer ni à fortiori, désigner le mal, par son nom. Car la Censure veille ! D’ailleurs on peut noter que si nos services de renseignements ET notre “justice” étaient aussi déterminés et vigilants que nos censeurs, les terroristes auraient fort à faire, pour perpétrer leur barbarie.

Pour ne pas ajouter au brouhaha ambiant, je préfère aborder un tout autre sujet. Celui de la responsabilité parentale, puisque dans cette dernière boucherie, les jeunes et les enfants comptent parmi le plus grand nombre de victimes. A quel niveau se situe la responsabilité des parents ?

Voyons, il savent pourtant que la Belgique vit au niveau trois, sur quatre, de la menace terroriste. Faut-il donc permettre à ses enfants, de faire tout et n’importe quoi, comme si de rien n’était ?

Qu’est-ce qui pousse les parents à tant de laxisme et autre manque de précautions élémentaires ? Est-ce le syndrome de l’enfant-Dieu, auquel il est impossible de refuser quoi que ce soit ? Ou la crainte des les… “traumatiser” en les dissuadant de se rendre à des manifestations de masse, vu l’état d’urgence ainsi que la menace spécifique ? Ces parents négligents, appliqueraient-ils malgré eux la théorie du… “mêmepaspeurisme” partant de la certitude selon laquelle, il faut ABSOLUMENT continuer de vivre et exactement de la même façon qu’en temps de paix ? Craignent-ils tout simplement le qu’en dira-t-on, si d’aventure ils leur venaient à l’idée de brider un tant soi peu les libertés de leur “chair ” et blonde progéniture ?

Redoutent-ils une plainte en justice, du rejeton, qui se sentirait lésé, anéanti, par la soumission à une autorité parentale anormalement rigoureuse et ringarde ? Et qui l’empêcherait de… s’émanciper, selon les théories fumeuses des pédopsychiatres ?

Bref, selon la loi, nous sommes tous responsables de nos idées, de nos choix, de nos comportements.

Alors, moi, je pose la question: “Quid de la responsabilité des parents, dont le manque de prévoyance est illustré ci-dessus par quelques exemples parmi tant d’autres ?”

Des parents qui laissent mourir de déshydratation, un bébé enfermé dans une voiture, exposée en plein soleil, sont passibles de poursuites. Qu’en est-il de ces parents inconscients, qui font comme si nous vivions dans un pays libre et civilisé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *