Discours de clôture de “NATION en fête !” 2016 !

Publié par NATION le

D4Chers amis,

Avant tout, merci d’être venus ici et bravo. Bravo de vous engager, bravo de venir voir ce qu’est vraiment NATION, sans vous soucier du “qu’en dira-t-on”, sans vous faire influencer par le politiquement correct ou les critiqueurs de toutes sortes.

Merci aussi et bravo à tous ceux qui ont organisé cette belle fête et qui ont fait en sorte qu’elle soit le beau succès qu’on voit aujourd’hui !

J’espère en tous cas que, tous, vous repartirez d’ici avec la juste impression que NATION est tout simplement un mouvement populaire, représentant toutes les couches de la population. Un mouvement radical sans être outrancier, fidèle à certaines valeurs sans être passéiste, profondément identitaire sans être raciste.

En tous les cas, ce qui est certain, c’est que si nous sommes tous ici aujourd’hui, à l’exception peut-être d’un journaliste “infiltré” ou de l’un ou l’autre flic “undercover” (moi j’aurais cru qu’ils avaient assez de travail à Molenbeek, mais bon), c’est car nous avons tous conscience que la situation n’est  pas bonne. Que le monde est de plus en plus sur sa tête ! Que nous devenons un peu plus tous les jours des citoyens de seconde zone sur notre propre sol !

Le public à l'écoute !

Le public à l’écoute !

Vous êtes ici car vous savez que l’on ne répond pas aux terroristes avec des nounours, des bougies et des petits cœurs. Car vous pensez qu’il faut plus s‘occuper des victimes que des coupables. Car vous savez que ce qu’ils appellent une crise des migrants est une invasion !

Nous sommes donc ici pour mener le combat pour notre identité ! Mais pas seulement ! Nous sommes aussi ici car nous voulons mener le combat pour la justice sociale.

Une autre partie du public

Une autre partie du public

Car nous savons qu’il n’y  pas de nation stable et forte sans justice sociale et qu’il ne peut y avoir de vraie justice sociale sans nation ! Mais notre combat social est authentique et n’a rien à voir avec celui des syndicats qui ne sont plus que l’infanterie coloniale du PS, qui les siffle dès qu’il veut revenir au pouvoir en faisant chuter le gouvernement.

Notre combat social, lui, vise à faire payer les vrais responsables de la crise que nous vivons. C’est-à-dire, les banques, le grand patronat et le grand capital apatride et vagabond !

Oui camarades, en cela nous sommes la seule alternative, l’unique opposition ! Mais pas seulement pour ça !

Nous le sommes car les partis (populistes ou de “droite” nationale) ont tous échoué. Du FN belge au PP, ils ont tous engrangé des résultats électoraux parfois importants… et pour quel résultat ? Rien, le néant ! Ces partis n’ont pas de lendemain car tout simplement, ils sont parties prenantes de ce système qui s’en sert pour amener les voix patriotes sur une voie de garage.

NATION est la seule alternative car NATION reste résolument en dehors du système !

NATION est la seule alternative car dans les milieux nationalistes et identitaires de Belgique francophone, il est le seul à avoir une légitimité:

  • Par son ancienneté : avec ses 16 ans d’existence, NATION est l’organisation la plus ancienne du camp national;
  • Par sa constance : NATION a maintenu depuis le début une ligne politique constante et a été présent sur tous les terrains : politique, activiste, culturel, social…;
  • Par son sérieux : depuis 16 ans avec peu de moyens ; subissant la répression, les tracasseries de toutes sortes et de nombreuses atteintes à notre liberté de réunion et d’expression ; victime des mensonges ou du black-out de la presse, NATION est malgré tout devenue une véritable organisation politique, structurée et disciplinée… bien loin de tous les “trucs” virtuels qui s’appellent partis mais qui ne dépassent pas le stade de la page Facebook.

Alors certains me diront : 16 ans et toujours aucun élu ? À ceux-là, je leur rappellerai que nous vivons un certain ostracisme (LOL) de la par des médias qui soit nous ignorent soit racontent les pires choses à notre égard.

Et qu’on ne vienne pas me parler du besoin d’un leader charismatique. Car dans ce monde médiatique, il suffirait que la vache qui se trouve dans le pré voisin passe une fois par semaine à la télévision pour qu’on la trouve populaire… (LOL)

Rappelons aussi que le PTB a été créé en 1979 et a donc mis 37 ans pour avoir son premier élu fédéral.

Quant à nos camarades d’Aube Dorée, ils ont mis 27 ans à avoir des élus et connaissaient en 2009, des résultats encore très très modestes ! Nos camarades grecs ont-ils baissé les bras pour autant ? Non, mille fois non ! Et heureusement car ainsi ils ont pu être là quand des centaines de milliers de Grecs ont eu besoin d’un parti pour les défendre !

Je rappelle aussi quel type de mouvement nous sommes et d’où nous venons. Je pense donc que recueillir 12.000 (!) voix sur nos listes n’est pas si mal que cela pour le seul parti qui n’a pas eu une seule minute d’accès aux médias aux dernières élections ! Ces voix là, ce sont bien les nôtres et elles sont des voix d’adhésion. Car bien évidemment personne ne vote NATION “par hasard”…

Ces votes, qui doivent bien entendu encore augmenter dans l’avenir, montrent néanmoins que, quand on veut, on peut toujours trouver une voie ! Et que si elle n’existe pas, il faut la créer soi-même ! C’est ce que nous avons fait avec NATION et nous avons eu raison de le faire ! Votre présence à tous aujourd’hui et la réussite de cette journée le démontre une fois de plus !

Pour toutes ces raisons donc, NATION est bel et bien la seule alternative, l’unique opposition !

C’est bien pourquoi, c’est NATION qu’il faut rejoindre, qu’il faut soutenir et qu’il faut aider à présenter un maximum de listes aux prochaines élections !

Mais pourquoi s’accrocher à la voie électorale, pourriez-vous demander ?

Et bien tout simplement car le Belge n’est pas un grand révolutionnaire, il faut bien l’admettre. En tous les cas tant que le système social tiendra bon… Pour combien de temps, ça c’est un autre débat !

Et donc la seule occasion où le Belge peut manifester sa colère, c’est au moment des élections. Il s’agit donc d’être là pour que le Belge ait une liste qui lui permette de sanctionner les politicards incapables et/ou corrompus.

Pas dans l’espoir d’avoir LE pouvoir par un coup de baguette magique mais bien d’obtenir DU pouvoir !

C’est-à-dire obtenir des moyens financiers qui permettront d’encore plus nous faire connaître ! C’est-à-dire être un aiguillon dans le dos des partis traditionnels afin qu’ils se sentent obligés, à cause des résultats électoraux,  d’œuvrer au moins un peu dans le sens de nos revendications. C’est-à-dire devenir dans les assemblées, la voix de ceux qui aujourd’hui ne comptent plus et sont devenus des citoyens de seconde zone sur leur propre sol : la voix des petits Belges !

Hervé Van Laethem

Et à ceux qui vous disent que ça ne sert à rien car le système est trop fort, rappelez-leur que comme le disent parfois nos adversaires : “les accidents de l’histoire, ça arrive !”. Et d’ailleurs, on vient d’en vivre un en direct avec le BREXIT !

Il est d’ailleurs intéressant de faire une parenthèse sur le BREXIT !

Même si certains paramètres nous manquent, ne boudons pas notre plaisir  de voir les mines déconfites des tenants de l’Euro-mondialisme comme Bernard Henry Lévy ou comme Junker,  l’alcoolique qui “dirige” la commission européenne.

Ne tombons néanmoins pas dans le piège du repli sur soi-même : le concept d’une Europe plus unie et plus forte est bon ! Mais c’est ce qu’est devenue cette Union Européenne technocratique, anti-démocratique et mondialiste qui n’est plus acceptable !

Attention, soyons conscient que le BREXIT ne va rien solutionner en termes d’immigration, de crise économique ou de lutte contre le terrorisme. Mais c’est un précédent qui montre que le système peut se gripper. C’est une première petite pierre dans un mécanisme dont le but était de broyer les patries et les peuples et de les transformer en masse sans identité juste bonne à produire et à consommer !

Et donc, alors que nous n’avons rien pour nous, peu de moyens, pas d’accès aux médias, un a priori négatif auprès de la population, et bien moi je vous propose par notre travail, notre imagination, notre détermination et notre discipline à provoquer un “nouvel accident de l’histoire” aux prochaines élections !

Ce ne sera pas facile mais nous DEVONS réussir. Il s’en va de l’avenir de nos enfants et donc, tant pis pour ceux qui ont des états d’âme. Tant pis pour ceux qui veulent rester en marge plutôt que d’agir au sein de la population. Tant pis pour ceux qui ont peur de tout ! Tant pis à la fois pour les politiquement corrects et pour les super-ultra radicaux…

Nous nous continuerons, nous jouerons notre chance crânement mais jusqu’au bout !

Car comme on dit : “Ceux qui luttent peuvent peut-être gagner ! Ceux qui ne font rien ont déjà perdu !”.

En tout cas, moi j’ai choisi ! Non pas de jouer comme le font certains mais bien de lutter ! Et de lutter pour gagner !

Pour la Nation, pour l’Europe et, pourquoi pas, pour la Révolution !

Hervé Van Laethem

Photo-0256

 

 

Enregistrer


5 commentaires

Jean-Pierre Demol · 5 juillet 2016 à 10 h 33 min

Bonjour,

En tant qu’ancien président du Mouvement NATION, je suis fier d’avoir participé à cette belle fête, mais surtout, je suis fier de voir combien nos camarades ont le vent en poupe, pour que nous puissions aller toujours plus de l’avant .
J’use ici de quelques termes “marins”, mais c’est parce que je souhaite qu’un jour, le petit navire NATION devienne un grand paquebot . Et pour tenir le bon cap, nous avons un bon capitaine et un bon timonier .

NATION, en avant toute !

Debbaudt · 5 juillet 2016 à 16 h 51 min

Petit par l’ostracisme dirigé contre nous mais grand comme les petits Vikings qui ont découvert l’Amérique , fondé la Normandie conquéri l’Angleterre et ce car ils étaient fort d’étre une nation luttant pour son avenir !.
Comme NATION se bat contre vents et marées afin de promouvoir notre culture pour les générations à venir et ce sans mixité venant d’autres continents .

Lacuson · 5 juillet 2016 à 21 h 58 min

Excellent programme !
Tous nos vœux pour la réussite (plus envisageable que beaucoup n’osent le penser) de vos futurs engagements.

Un frère de combat d’outre Quiévrain.

    Debbaudt · 7 juillet 2016 à 15 h 04 min

    Kamarade Lacuson chaque fois que je vois tn emblème ton drapeau mon vieux coeur palpite et retrouve jeunesse !

Lacuson · 7 juillet 2016 à 18 h 21 min

La bannière bourguignonne fera toujours de nous des frères ; aujourd’hui comme hier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *