L’immigration rapporte plus qu’elle ne coûte? Rien de plus faux!

Publié par NATION le

Il y a quelques semaines, la presse aux ordres nous bassinait à nouveau de ce mensonge éhonté qui voudrait que l’immigration rapporte plus qu’elle ne coûte. Si elle fait le bonheur des pro-immigrations et autres bobos-bisounours des “réfugees welcome”,  cette intox est aussi gobée par les plus naïfs.

Et bien sûr, vérifier cette info par les chiffres n’est pas toujours aisé car l’Etat cache bien ses plans. Nous avons donc fait quelques recherches pour tomber, ô bonheur, sur des chiffres gouvernementaux officiels.

On trouve ainsi par exemple dans le rapport d’activité 2015 de Fédasil, qu’entre 2015 et 2016 en moins de six mois, 17.000 places ont été ajoutées pour accueillir des demandeurs d’asile. Et cela se fait avec l’argent des contribuables.

Pendant ce temps, notre pays compte quelque 20.000 SDF …

Voici des chiffres sur les dépenses publiques (donc avec notre argent), pour ce qu’ils appellent “l’accueil sur le court terme” par Fédasil, et pour les demandeurs d’asile uniquement :

  • 341 millions d’euros en 2015
  • 524 millions d’euros en 2016
  • 409 millions d’euros en 2017
  • 373 millions d’euros en 2018

Soit environ 1,7 milliard d’euros en quatre ans, que l’on peut arrondir à plus de 2 milliards d’euros, puisque ne sont pas repris dans ces chiffres : les coûts liés à l’octroi du statut de réfugié, validé par l’Office des étrangers.

  • Il est difficile de trouver des chiffres complets sur les gens qui ont reçu le statut de réfugié, mais nous avons des données qui peuvent donner une idée de ce que ça coûte !
  • Sous trois ans de gouvernement Di Rupo, la Belgique a reconnu comme réfugiés, 20.054 migrants.
  • Sous quatre ans du gouvernement Michel (avec Francken), 50.535 migrants ont été reconnus comme réfugiés
  • En 2018, 25.546 réfugiés bénéficiaient d’un revenu du CPAS (RIS)

Et il faut ajouter à ces dépenses, l’entretien des migrants placés en centre fermés en attente d’expulsion, plus les frais du voyage de retour au pays d’origine.

Il est donc clair à la vue de ces chiffres que ceux qui vantent que l’immigration rapporte plus qu’elle ne coûte, sont des menteurs !

Jean-Pierre Demol

Sources : Fédasil – Cabinet de la ministre Maggie De Block – Rapport de la Cour des comptes 2017 – SPP Intégration Sociale – Commissariat Général aux Réfugiés et aux Apatrides


1 commentaire

eylenbosch ph. · 2 décembre 2020 à 16 h 04 min

Encore faut-il être sûr que ces chiffres ne soient pas largement édulcorés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *