Contre Marrakech, NATION était là !

Comme annoncé, une délégation de NATION a participé avec ses camarades flamands de la N-SA au rassemblement contre le pacte sur la migration de Marrakech. Rassemblement auquel près de 10.000 personnes ont participé. Pendant que quelques centaines de militants de gauche organisaient, bien loin de là, une contre-manifestation.

Et la mouvance solidariste et identitaire que nous représentons a eu l’occasion de s’exprimer sur la chaine flamande VRT.

Par rapport aux incidents qui ont éclaté APRES la dissolution du rassemblement, c’est toujours mieux qu’il n’y en ait pas. Mais à force d’intimidations, de contrôles, de non-respect de leurs droits et de leurs opinions, du parti-pris évident des autorités en faveur des populations allochtones, il ne faut pas s’étonner que les petits blancs se révoltent.

Lorsqu’en 3 semaines, dans le même pays, vous avez 3 émeutes (à cause du social et des questions identitaires) et que les participants se retrouvent des deux côtés de la frontière linguistique ; c’est qu’il y a vraiment quelque chose qui ne va pas !

Plus que jamais, il faut lutter contre ce système !

Seuls les solidaristes de NATION et de la N-SA le font vraiment !

L’euro député Udo Voigt interpellé à Marrakech !

Le Député Européen Udo Voigt (NPD) a été arrêté à titre provisoire à Marrakech, simplement pour avoir protesté contre l’approbation de ce pacte par les pays européens, avec une simple pancarte.

Il a été interpellé par les services de sécurité de l’ONU et a été menacé d’expulsion par les autorités marocaines.

C’est ainsi que le politicien NPD (et proche ami de NATION) est le premier à être puni à la suite de la signature du pacte de migration pour la critique de l’immigration sans frontières.

Bravo à Udo Voigt !

 

 

 

Face au pacte migratoire, NATION exige un referendum !

La soi-disant crise politique autour du pacte migratoire nous cache en fait qu’une caste politique a décidé, pour nous tous, de souscrire à un traité qui peut signifier la disparition de nos nations en tant que telles. Et en tous cas, le changement profond de nos sociétés.

Pour de tels enjeux, il est inacceptable que la population ne soit pas consultée.

NATION exige donc que le gouvernement organise un référendum avant toute signature du pacte migratoire.

S’il refuse, ce sera bien la preuve que les autorités savent à quel point, elles sont coupées des aspirations populaires.

 

 

Pacte des migrants : la grande duperie !

La tragi-comédie à la belge a une fois de plus été bien jouée par l’entièreté de la classe politique.

La Belgique ira bien signer le pacte sur les migrations. Ce pacte sur les migrations qui revient à dire que quelqu’un qui a réussi à mettre un pied dans votre jardin, peut se considérer chez lui et vous serez obligé de le loger, le soigner, le nourrir et lui donner une dringuelle pour son week-end.

Et la NVA malgré tous ses effets de manche ne quittera pas le gouvernement. Somme toute, peu lui importe le sort de la population, l’important pour la NVA est bien de rester au pouvoir. Vote populiste, seul vote utile disaient certains naïfs…

Le seul avantage de tout ceci est que cela devrait ouvrir les yeux aux naïfs qui, voici encore quelques semaines, présentaient la NVA comme la droite dure. La NVA est comme toute la droite classique, lâche veule et prête à tous les reniements. Ce n’est sans doute pas pour rien que les dirigeants du Parti Populaire prennent souvent la NVA en exemple !

L’autre avantage est que demain, en séance plénière de la Chambre, nous verrons de par leur vote quels dont les députés prêts à vendre le pays pour plaire aux forces mondialistes.

Et enfin espérons que nombre de nos concitoyens comprendront que face à la lâcheté de l’ensemble des partis de droite, il est temps de voter, de soutenir et d’adhérer au seul parti identitaire de ce pays : NATION !

Politique migratoire : la police dépose les armes !

C’est en tous cas ce que semble signifier la nouvelle ligne de conduite édictée par le Chef de Corps de la Zone de Police Kruibeke-Temse à ses agents. A savoir, n’intervenir uniquement en rapport à des migrants que sur base d’incidents signalés par des citoyens.

Pourtant, pendant un an et demi, cette zone de police a mené activement le combat contre la problématique des migrants. Les policiers traquaient les migrants qui se cachaient le soir sur le parking de Kruibeke, le long de l’autoroute E17 pour ensuite grimper en cachette dans les camions et rejoindre le Royaume-Uni, via la Côte et le Nord de la France. Avec comme résultat, de nombreuses interpellations. Le problème est qu’il s’agissait d’un travail de grande ampleur. En effet, il fallait mobiliser de nombreuses ressources pour interpeller, garder, auditionner, procéder à la prise d’empreintes digitales, alimenter et même soigner certains migrants et les aider à se doucher.

C’est ainsi que le fonctionnement de l’Etat de Droit est largement menacé par le laxisme de l’Office des Etrangers. Dans presque 100% des cas, l’Office des Etrangers décide immédiatement de libérer les migrants. Ceux-ci reçoivent un document ou une lettre stipulant qu’ils doivent quitter le territoire. La conséquence de ceci, c’est que quelques jours plus tard, ils se retrouvent à nouveau face aux policiers.

On peut affirmer que depuis un an et demi Kruibeke fait figure de plaque tournante du trafic de migrants. Depuis le parc Maximilien à Bruxelles, les migrants se rendent à Anvers via les transports en commun, puis se rendent à Kruibeke pour aboutir en cachette au parking et tenter de se dissimuler dans un camion.

En concertation avec le Conseil de Police et le Bourgmestre, il a donc été décidé de ne plus mener la chasse aux migrants. La police de la zone se trouvait confrontée à un travail inutile et paralysant de par les devoirs d’enquêtes successifs aux arrestations de migrants. On peut qualifier le travail policier vide de sens car il n’y avait pas de suivi efficace de la part de l’Office des Etrangers.

C’est ainsi que la police de la zone a dû se refocaliser sur le service de base que celle-ci se doit d’offrir à la population qui, rappelons-le, paye des impôts pour cela.

IL y avait régulièrement trois patrouilles sur le terrain qui traquaient les migrants, mais dès que ceux-ci étaient arrêtés, une montagne de devoirs attendaient les policiers (auditions, gardes, prises d’empreintes, distributions de nourriture, etc…). Dès lors, il n’y avait plus de place pour le travail de base, la lutte contre la criminalité. D’ailleurs, les patrouilles en charge de la problématique « migrants » devaient régulièrement revenir pour effectuer le travail de base de la police.

Force est de constater que ces dysfonctionnements (manque de moyens, d’effectifs, situations inadaptées, policiers surmenés) menacent l’Etat de Droit et la Sécurité Publique, première de nos libertés.

En guise de conclusion, et par rapport à cette analyse, le Mouvement NATION exige d’augmenter rapidement la capacité de places en Centre Fermés pour illégaux. Il faut y envoyer chaque migrant qui ne pénètre pas légalement dans le pays !

Au sein du gouvernement fédéral, il a été décidé d’élever la capacité en centres fermés (de 633 à 700 places) pour la fin de l’année en cours. D’ici 2021, cette capacité tendra à s’élever à 1150 places.

Le Secrétaire d’Etat en charge, Mr Théo Francken et soi-disant homme de la situation, a déclaré se satisfaire de la situation et s’en tenir aux quotas prévus…

Vu l’ampleur de la crise, et son côté imprévisible, ces mesures sont insuffisantes et inadaptées pour le Mouvement NATION.

Dans l’immédiat et de par l’urgence de la crise, NATION propose concrètement d’élever cette capacité à 1100 places, à la fin de cette année et ceci par mesure de prévoyance.

Eddy De Smedt, tête de liste NATION à Evere

 

 

Migrants : la tromperie révélée au grand jour !

Le gouvernement Michel avait presque réussi à faire croire qu’il avait une position dure par rapport à la crise migratoire. Théo Francken, bien aidé indirectement par une extrême-gauche qui a besoin d’un grand méchant loup pour encore essayer de mobiliser ce qu’elle peut, communiquait à répétition sur quelques expulsés alors que c’est sous son ministère que des records d’accueil et de régularisations ont été battus.

Mais là, les masques sont tombés. Sur un clignement d’œil de l’Union européenne, Francken et Michel se sont mis au garde à vous et ont accepté d’accueillir une partie des migrants embarqués sur le navire baptisé Lifeline et qui est le nouveau « Exodus médiatique » à la mode.

Mais d’autres régularisations se font tous les jours, au mépris de tout bon sens. Ainsi, un citoyen turc dénommé Cahit Zorel vient d’être régularisé après 17 ans ( !) de présence illégale dans ce pays. Cerise sur le gâteau, l’intéressé est un militant d’extrême-gauche qui est soupçonné d’être membre du DHKP-C, groupe terroriste d’extrême-gauche qui a de nombreux morts sur la conscience !

Au fou !

Tout cela est bien la preuve que tous ces partis populistes (de la NVA au PP qui se prétend le plus grand supporter du premier) n’auront jamais le courage de pratiquer une réelle politique de l’immigration zéro et du véritable contrôle des frontières.

Seul un important vote pour les listes identitaires de NATION poussera cette droite molle et lâche à prendre ses responsabilités car elle commencera à avoir peur de perdre ses sièges.

Le 14 octobre, ne vous trompez pas de vote ! Là où vous pouvez, votez NATION !

 

 

Les démocrates de la haine !

Très souvent, les auto-proclamés “démocrates”, de gauche en particulier, aiment utiliser des slogans éculés du genre :  “valeurs démocratiques universelles”, “droits de l’ Homme” , droits de chaque femme”, “vivre dans la dignité”, “humanisme et solidarité contre haine et exclusion”.

Mais dès qu’on gratte un peu et qu’on les pousse un peu dans leurs retranchements, les “tolérants, adeptes de la bien pensance’ montrent leur vrai visage : celui de la haine et de l’insulte.

Ainsi les commentaires qu’a dû subir la responsable de NATION – Couvin, sur certains réseaux sociaux, suite à l’action de samedi dernier et dont on parle dans la vidéo que vous pourrez trouver ICI !

Voici quelques exemples des échanges démocratiques que peuvent offrir ces “démocrates” (capture d’écran ci-dessous)

Sur le père, ancien mineur, de la militante solidariste : “Il aurait du y rester tiens (NDLR : mourir dans la mine), ça nous aurait éviter de vous supporter”. On appréciera le côté social de la remarque.

Plus général : ‘Vous êtes une sous-merde. J’espère que vous allez vite mourir. Salope”

Comme toujours, ces humanistes de gauche sont toujours plus farce dans le virtuel que dans la vraie vie !

Les chiens aboient, la caravane de NATION continue à avancer !

Réussite de l’action “Refugees not welcome” à Couvin !

Ce 30 septembre, les noyaux militants NATION de Couvin et Viroinval avaient décidé de mener une action pour contredire ce que les “bobos” locaux prétendaient récemment dans les médias : à savoir que les réfugiés étaient toujours les bienvenus dans la région.

A la vue du nombre de réactions positives de la part des passants, il n’y a aucun doute qu’effectivement, les migrants ne sont pas les bienvenus.

L’action a eu lieu en 3 parties :

  • Occupation d’un square devant la gare de Couvin avec déploiement d’un calicot, lancer de slogans, fumigènes et discours
  • Convoi de véhicules au travers de toute l’entité avec drapeau et haut parleur, sur le thème “Stop immigration”
  • Un déploiement de calicot devant le local des pro-migrants locaux

A noter qu’aucun incident n’a été à déplorer et que la presse était présente !

L’action a été suivie d’un très sympathique verre de l’amitié au local de NATION !

Voici les premières photos. D’autres suivront bientôt, ainsi que des extraits des interventions.

Merci à tous les participants et aux organisateurs de Couvin/Viroinval !

Une pensée à Line et Jean qui ne sont sur aucune de ces belles photos pour la simple et bonne raison que c’est eux qui les ont faites.

Refugees not welcome !

Ce que la bien-pensance et les humanistes de pacotille refusent d’avouer, alors que de nombreux éléments le confirment, c’est que la majorité des pseudo-réfugiés, ne fuient pas la guerre ou une dictature mais sont bel et bien des réfugiés économiques !

Certains, dans le secteur social; sont bien au courant des magouilles et se taisent, soit par complicité idéologique, soit par peur d’être traités de « racistes », ou horreur suprême, d’être qualifiés “d’extrême-droite” .

La réalité c’est que ces “réfugiés”, pour la grande majorité, ne fuient pas la guerre mais cherchent juste à s’implanter en Europe, pour profiter des avantages sociaux vantés dans leurs pays d’origines, par des organisations mondialistes et pseudo humanitaires. D’autres veulent rejoindre l’Angleterre, terre d’accueil des islamistes de tous bords.

Plusieurs documents, que l’on peut trouver sur Google ou YouTube, démontrent que les vrais réfugiés de guerre, dont des millions de Syriens, sont restés à proximité de leur pays pour pouvoir y rentrer au plus vite, une fois le conflit terminé.

Il est prouvé également que de nombreux candidats au passage en Europe ont déboursé des milliers d’euros pour prendre la mer. Nombre d’entre eux ont des smartphones dernier cri, avec lesquels ils arrivent, alors qu’ils sont toujours en mer, à téléphoner via les satellites, aux organismes d’accueils en Europe. Un média avait ainsi fourni le n° de téléphone d’un organisme d’aide aux réfugiés, situé à Strasbourg, que les migrants appelaient pour faire intervenir les sauveteurs des garde-côtes et organiser des faux sauvetages avec le concours d’une presse aux ordres. Pour se faire, des migrants avaient fait semblant d’avoir basculé par-dessus bord (voir photo).

Mais quels avantages les attirent donc par ici ?

Ils ont droit aux soins médicaux gratuits

Les rares familles avec enfants obtiennent assez facilement un logement, dès que leur statut de réfugié est établi. Les enfants sont scolarisés gratuitement également.

Ils reçoivent de l’aide vestimentaire, alimentaire, via des organismes tels Fedasil, la Croix Rouge, ou les « Refugees Welcome » .

Ils sont logés soit dans des centres fermés ou ouverts, selon le cas OU dans des casernes réaffectées pour dans les infrastructures de la Croix Rouge

Ceux qui sont reconnus comme réfugiés et ceux qui sont inscrit au registre de la population, reçoivent le RIS ((Revenu d’Intégration Sociale).

Une aide financière est accordée à ceux qui sont inscrit au registre des étrangers.

Les demandeurs d’asile ont droit à l’aide aux frais de logement.

Ils ont droit aux allocations familiales et même à la prime de naissance.

Certains arrivent à travailler au noir, pour des profiteurs négriers. Et ceux qui se font prendre utilisent ce fait comme alibi, pour réclamer une régularisation qui “éviterait qu’ils travaillent au noir”.

Quant à la régularisation, elle ne sert leur sert essentiellement qu’à leur donner accès à encore plus d’avantages sociaux.

Voilà la réalité, une réalité dont tous les politiques sont au courant. Ils savent que cette immigration qui dure depuis 1987, avec des pics et des accalmies, met notre sécurité sociale à mal. Les caisses se vident au détriment de nos pauvres dont plus de 17.000 SDF, de nos ménages en situation de précarité, ou encore, de nos retraités qui doivent survivre avec une pension de misère.

NATION s’insurge contre ce système, et demande que soit appliqué l’article 77 et 77 bis de la loi du 15/12/1980 sur l’accès au territoire, le séjour, l’établissement et l’éloignement des étrangers. Il faut que ceux qui aident les réfugiés économiques soient punis judiciairement! Car aider des migrants sur notre sol, c’est clairement de la complicité au trafic d’êtres humains !

Jean-Pierre DEMOL

SAMEDI 30 SEPTEMBRE A 17 H A LA GARE DE COUVIN : VENEZ MONTRER QU’A COUVIN COMME DANS LE RESTE DE NOTRE PAYS :” REFUGEES ARE NOT WELCOME !”

FAUX REFUGIES ! FAUX NAUFRAGE ! ON VOIT A DROITE DE LA PHOTO QU’ILS ONT PIED !

 

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑