Révélations exclusives sur l’utilisation des biens du CPAS bruxellois au profit des amis de Yvan Mayeur !

On savait que la bande à Mayeur sa tapait des salaires mirobolants sur le dos des SDF, salaires doublés même parfois si on compte les jetons de présence.

On savait que la même bande passait sa vie dans les restos sur le compte des assistés sociaux.

On savait que la bande à Mayeur essayait de ficher et de mettre sous pression des journalistes.

Parlons donc maintenant de la manière dont la bande à Mayeur utilisait le CPAS de Bruxelles pour aider ses amis d’extrême-gauche… ou plutôt d’extrême compte en banque.

On vient d’entendre parler de la toute récente révélation sur le fait qu’une ASBL intitulée AviScène et créée par le réalisateur Ismaël Saïdi (auteur de la pièce de théâtre « djihad ») disposait d’un appartement gratuit via le CPAS de Bruxelles… Mais elle n’est pas la seule ASBL à avoir reçu de pareils « cadeaux ».

Ainsi Anne-Marie Appelmans, ancienne pasionaria de la FGTB bruxelloise, où elle s’y était fait remarquer à l’époque par sa hargne personnelle à faire exclure du syndicat tous ceux qui avaient osé se mettre sur des listes électorales Front National ou Vlaams Blok. Elle était d’ailleurs bien connue pour une tendance à l’hystérie, y compris par ses pairs syndicalistes.

L’autre souvenir, plus cuisant, qu’elle aura laissé au syndicat socialiste est le scandale autour de malversations financières au sein de ce syndicat. On y parle d’un train de vie royal pour la direction : note de restos à répétition, tournées générales, consommation de vin et de champagne à gogo, voitures de société (un dirigeant syndical, par ailleurs membre de la direction du Parti Communiste belge (si, si, ça existe encore) roulait ainsi en BMW dernier cri sur le compte du syndicat…). Pour cette affaire, Appelmans sera inculpée et incarcérée même, ainsi que Albert Faut (patron de la SETCA bruxelloise…. mais aussi son compagnon) et plusieurs dirigeants syndicaux [1].

Quelques années plus tard, après la clôture pour prescription du dossier judiciaire pourtant bien rempli, Albert Faust est décédé, victime de son goût immodéré pour divers liquides et sans doute dépité par sa chute [2].

Appelmans ne s’est heureusement pas trouvé trop démunie puisque ses bons camarades Yvan Mayeur et Pascale Peraita l’ont bien aidé. Ainsi, via le CPAS de Bruxelles, ils lui ont alloué un rez-de chaussée dans une maison de la Rue des Renards. Il est intéressant de savoir que ce logement, géré par le CPAS, a été mis à disposition à titre gracieux…

Officiellement, il devait servir à accueillir une ASBL intitulée « Chez Albert » dont le but était de conserver les souvenirs et l’œuvre d’Albert Faust. On ignore s’il s’agissait des copies un peu nostalgiques de ses comptes en banque ou des restes de vomi perdus après ses nombreuses cuites. Mais quoi qu’il en soit, cette ASBL s’est empressé de sous-louer les locaux, contre monnaie sonnante et trébuchante, à une autre ASBL, la CGAM (Comité général d’action des Marolles [1]) dont Appelmans était aussi la présidente.

Ainsi Appelmans, via « Chez Albert », recevait un loyer, payée par une ASBL subsidiée qu’elle dirigeait, pour un bien qui ne lui appartenait pas, qu’elle recevait gratuitement et sur le compte du domaine public !!!

Plus tard, le CPAS de Bruxelles mettra à nouveau un local gratuit à la disposition d’Appelmans, rue de Nancy cette fois-ci.

Rapidement la situation financière de la CGAM a déclinée provoquant la colère d’une partie du conseil d’administration de l’ASBL qui voulait « virer » la présidente Appelmans. Mais il en a été dissuadé de par le soutien appuyé que lui a apporté Yvan Mayeur, alors président du CPAS bruxellois qui était un partenaire indispensable pour le CGAM.

Elle y a aussi été soutenue par une certaine Ph. B., concierge de logements sociaux et fidèle d’Yvan Mayeur. Selon certaines informations, cette personne occupe un logement social alors qu’elle serait propriétaire et un membre de sa famille travaillerait au service logement du CPAS de Bruxelles… La boucle étant bouclée !

Alors bien évidemment, les socialistes diront que tout ceci n’est que de la propagande « fasciste »…sauf qu’une grande partie de cet article est basé sur un article écrit voici plus d’1 an par un chroniqueur bien marqué à l’extrême-gauche, Gwennaël Brees…

Tout ceci est une nouvelle illustration des curieuses pratiques du CPAS bruxellois qui semble s’être plus occupé des besoins des petits camarades que de ceux des personnes précarisées. Du travail de socialiste quoi…

[1] Notons que très étonnamment, la justice s’est mise par après à traiter très lentement le dossier qui a finalement été clôturé pour cause de prescription.

[2] Même une partie de l’extrême-gauche s’était mis à le charger.

[3] Quartier populaire et défavorisé de Bruxelles.

MAYEUR DEMISSION !

L’affaire du Samu Social bruxellois démontre que ce n’est pas spécialement à Charleroi ou à Liège qu’il y a un problème avec le PS. C’est bien l’ensemble du PS qui est corrompu !

NATION exige la démission du bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur !

Contre les copains et les coquins : balayons les ordures politiques !

 

Les talibans rouges et verts vont à nouveau frapper !

Après le piétonnier de Bruxelles ; qui est une mauvaise farce sale, insécurisée et désastreuse pour les commerçants ; Mayeur et son compère Pascal Smets (tous deux issus de la sphère bobo socialo-écologiste) ont une nouvelle idée de (mauvais) génie :  installer des pistes cyclables aux abords de la « petite ceinture » de Bruxelles.

Cette brillante idée, à part faire frémir la sphère des amoureux de la pédale des milieux bobos, n’aura que des inconvénients.

D’abord, pour les cyclistes eux-mêmes. Il n’y a qu’à voir l’état de la circulation sur cette petite ceinture à certaines heures pour comprendre que la sécurité des cyclistes sera loin d’être garantie.

Ensuite pour les automobilistes, puisque la construction de ces pistes cyclables se fera au détriment des places de parking auto dont un grand nombre seront supprimées.

Une fois de plus, ce sont les automobilistes qui paieront le prix fort pour les utopies des talibans rouges et verts. Expression qui n’est pas trop forte puisqu’on a ici manifestement à faire, en matière de mobilité, à des fanatiques socialo-écolo qui pratiquent une véritable fuite en avant, face à leur échec en la matière.

Les bourgmestres de Bruxelles et de Schaerbeek ne sont pas intéressés par le terrorisme !

Ce mardi 13 septembre se tenait à Vilvoorde, une importante réunion sur la radicalisation et le terrorisme. Cette réunion devait réunir diverses autorités dont les bourgmestres de toutes les communes connaissant de grands problèmes de radicalisation au sein de leurs populations : Anvers, Malines, Vilvoorde, Bruxelles, Schaerbeek, Maaseik, Courtrai, Molenbeek, Saint-Gilles, Verviers, Menen.

Pour un tel sujet sensible, les bourgmestres s’étaient bien évidemment déplacés en personne…enfin presque tous !

En effet ni Yvan Mayeur, bourgmestre de Bruxelles, ni Bernard Clerfayt, bourgmestre de Schaerbeek, n’ont daigné participer à cette réunion. Il est vrai que leurs communes respectives sont particulièrement paisibles…LOL

Il est aussi vrai que vu que Clerfayt n’est pas foutu d’organiser comme il faut un abattoir pour les sacrifices de l’Aïd, on ne voit pas comment il pourrait organiser quelque chose contre le radicalisme.

Quant à Mayeur, l’individu est toujours égal à lui-même dans la suffisance et l’incompétence.

Aux prochaines communales, il faudra bien leur faire rendre des comptes !

2110149

 

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑