De l’extrême gauche à une certaine droite: il s’agit bien d’un système!

Publié par NATION le

Qu’est-ce qu’il y a de commun entre le journal « Pallieterke », publication de l’extrême droite libérale flamande et le « Secours Rouge », groupe d’extrême gauche qui soutient les terroristes gauchistes du monde  entier…?

On serait tenté de dire “rien”, bien évidemment. Mais pourtant, oui ils ont quelque chose en commun, à savoir de biens drôles de sympathies.

Ainsi, l’été dernier « Pallieterke » a publié l’interview d’un membre du CNR (Conseil National de la Résistance) iranien présenté comme l’organe de coordination de l’opposition iranienne. Mais ce CNR, et c’est de notoriété publique est le cache-nez d’une  organisation islamo-gauchiste intitulée “les  Moudjahidines du peuple”, c’est à dire “les Guerriers sacrés du peuple ».

Il faut quand même savoir que cette organisation a participé à la révolution islamique en Iran aux côtés de Khomeiny. Et c’est que le fait que ce dernier les a mis sur le côté par après, qui en ont fait des opposants… et pas l’amour de notre démocratie.

Cette organisation sectaire et fanatique[1] restera longtemps sur les listes américaines et européennes reprenant les organisations considérées comme terroristes. Mais les tensions augmentant avec l’Iran, les “Moudjahidines du peuple » vont être retirés de ces listes par les pays occidentaux et, en contrepartie, vont servir d’agents d’infiltration dans leur pays d’origine pour de nombreux services secrets occidentaux…

Sur un plan politique, « on » les  ressort régulièrement du placard pour donner l’impression qu’il y a une forte opposition en Iran et surtout, que cette fois -ci, il y a un plan pour un éventuel “après régime des mollahs”. Ce qui est  totalement erroné puisque l’OMPI (leur acronyme en français) est profondément haï par l’essentiel de la très nationaliste population iranienne qui leur reproche d’avoir choisi le camp de Saddam Hussein, lorsque ce dernier avait attaqué leur propre pays en 1980.

Alors, que « Pallieterke », publie- en connaissance de cause ou car « on » lui a demandé- ce genre d’interview, on peut comprendre. En effet, certains de ses rédacteurs passés n’ont jamais caché leurs sympathies envers les thèses néo-conservatrices US.

Mais pour ce qui est des  gauchistes de « Secours Rouge » (SR) qui, assez récemment aussi ont évoqué le traitement violent subi par les membres de l’OMPI dans des prisons iraniennes, on est un peu plus surpris…

En effet, dans une déclaration de principe, SR avait pourtant toujours affirmé qu’il ne parlerait que des prisonniers communistes et “antifascistes ” et pas des groupes considérés comme extrémistes religieux ou nationalistes.

Alors pourquoi se mettre à soutenir l’OMPI sur leur site, alors que cette organisation est clairement aujourd’hui un instrument de la politique US dans la région?

Est-ce que la proximité au Rojava (région du Kurdistan syrien) entre militants gauchistes (partis combattre auprès du YPG, qui est la version syrienne du groupe terroriste kurde PKK) et la multitude d’agents américains (forces spéciales, Division Action de la CIA, etc…) présents en soutien aux Kurdes, aurait-elle influencé nos « révolutionnaires » à l’anti-impérialisme manifestement à géométrie variable ?

En fait, la réponse à notre question de départ pourrait-être tout simplement que le point commun entre une certaine « extrême droite » libérale et l’extrême gauche, c’est tout simplement que le système politico-financier que nous subissons actuellement est bien  servi par les deux ! C’est tout en tous les cas ce que semble illustrer cet étonnant parti-pris conjoint de deux associations que pourtant, tout devrait séparer. Et en cette matière, on sait bien que le hasard n’existe pas !

NDLR : Cet article a été réalisé grâce au travail du nouveau Centre Solidariste d’Etudes et de Formation. Ce centre a comme but de fournir documentation, études, travail de formation et réservoir d’idées à la mouvance nationaliste de Belgique francophone.  

NDLR 2 : Cet article n’est pas fait pour défendre le régime iranien, juste pour s’étonner des étonnantes convergences d’une certaine extrême-droite avec une certaine extrême gauche dans le soutien aux intérêts US


[1] Plusieurs de leurs militants s’immoleront par le feu dans diverses capitales Européennes en 2003


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.