La dictature du politiquement correct s’installe !

Publié par NATION le

Nous prévenions depuis longtemps qu’on n’est plus en démocratie. Mais rarement, on aurait pu le constater de manière aussi flagrante.

Au niveau des communes tout d’abord.

Certaines communes se chargent en fait elles-mêmes du collage d’affiches. Mais pour les affiches identitaires, on est passé du collage très parcimonieux voire maladroit au non-collage sous prétexte du “on a volé vos affiches”. AUTHENTIQUE

D’autres autorités communales n’hésitent dorénavant plus à utiliser la police pour contrer nos listes. A Oupeye où la police établit des PV concernant le contenu de notre message électoral… “On est chez nous” et “chassons les islamistes” inciterait donc à la haine? Mais où va-t-on ? Tandis qu’à Evere, la police arrache carrément les affiches de NATION.

Et au niveau médiatique, ce n’est guère mieux.

Il y a ainsi le quotidien « La Dernière Heure » qui, dans son édition de Charleroi, avoue refuser de citer le nom d’une liste d’extrême-droite (NATION en l’occurrence) à cause de ses « idées nauséabondes».

Ou ce quotidien du Tournaisis qui, dans un article, laisse la parole à toutes les têtes de liste, sauf celle de NATION.

RTL-TVI qui cite NATION parmi ceux qu’elle n’invitera jamais et ceci sur un prétexte erroné (voir ici).

Last but not least, la télé régionale Canal C, qui a refusé de faire participer certains candidats car “leurs thèses s’opposeraient à une société inclusive, égalitaire et ouverte”. Et aussi car “elles n’étaient pas en accord avec la ligne rédactionnelle”. On croit rêver ! Un média public, donc payé par l’ensemble des contribuables, décide donc de n’inviter que les gens en accord avec sa propre ligne politique. Quel bel aveu du type de démocratie dans lequel on est !

Le bon signe, c’est que cela signifie, c’est qu’ils ont vraiment peur que la population entende ce que nous avons à dire! Prenons ça comme un signe que NATION est pris au sérieux par le système politico-médiatique.

Prenons cela comme une confirmation que nos idées sont les bonnes. Prenons cela enfin, comme une motivation supplémentaire pour lutter contre cette véritable dictature du politiquement correct !

 


2 commentaires

Jean · 7 octobre 2018 à 10 h 33 min

Les mécanismes dénoncés fonctionnent particulièrement bien en Wallonie, la région de l’UE sans doute la plus infestée par les diverses idéologies de gauche anti-identitaires, celle aussi où tous les grands partis, dans un ensemble touchant, majorité et opposition, ont décidé de ne pas parler d’immigration dans leurs programmes. On fait purement et simplement le gros dos comme si tout se passait à merveille sur ce front-là et que les autochtones étaient par hypothèse satisfaits de leurs conditions de vie dans les grandes villes, pleinement heureux de s’enrichir au contact des non-Européens qui y deviennent de plus en plus nombreux d’année en année et sont déjà nettement majoritaires dans certains quartiers.Le malaise des gens est pourtant nettement perceptible dans les conversations privées où beaucoup regrettent, comme l’avait dit un jour Stéphane Steeman, “le temps où les conducteurs de tram étaient belges”… mais les médias sont là qui veillent au grain et déploient leur arsenal de mots-qui-font-peur (racistes ! xénophobes ! populistes ! etc.) pour garrotter toute forme d’opposition. Belle époque, mon Général !

Adadourov · 7 octobre 2018 à 11 h 14 min

L’Europe de l’ouest est devenue pareille à l’URSS du temps de Léonide Brejnev.On ne pouvait dévier de la ligne du Parti comme actuellement nous ne pouvons dévier du politiquement correct Gare à la censure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *