Il faudra bien un jour, faire de la politique autrement !

Publié par NATION le

Ce qui se passe sur la scène politique française au niveau de la « droite nationale et populiste » est  terrible et affligeant. Terrible car la désunion empêche évidemment tout espoir raisonnable de l’emporter alors que pour une fois, il y avait très clairement une possibilité de le faire.  Affligeant car une fois de plus, cette droite populiste aveuglée par les élections et les plans de carrière, va amener ses électeurs dans un cul-de-sac.

Alors si NATION ne veut pas se mêler d’un conflit qui ne nous concerne pas puisque ni le « parti du reniement » ni le parti de « la droite de la banque Rothschild » ne correspondent à l’idée que nous avons du combat identitaire et solidariste, il n’empêche qu’il est indispensable d’en tirer les leçons.

Et il faut bien reconnaître que Marine Le Pen n’a qu’à s’en prendre à elle-même.

En effet, si elle avait gardé une ossature nationaliste à son mouvement en ne le purgeant pas des tenants de cette ligne, les « trahisons » qu’elle subit n’auraient pas la même ampleur puisqu’elle aurait pu se reposer sur les tenants d’une ligne sociale et nationaliste qui n’auraient pas été perméables aux « mirages » droitards du camp Zemmour.

De même,  c’est par son recentrage politique constant que le trouble s’est installé dans ses propres troupes.

Enfin, elle aurait pu éviter confusion et « malentendus » en gardant une ligne politique claire  reprenant les fondamentaux de notre famille politique.

Alors, bien sûr, NATION aussi a connu ses propres problèmes internes, et il faudra bien un jour en faire l’analyse et une certaine autocritique. Mais NATION a évité les 3 écueils dont nous parlons plus haut. Et c’est ce qui explique que NATION a survécu à tous ces problèmes, alors que ses dissidents ont disparu ou ont été obligés d’aller se vendre dans diverses structures de droite libérale…et purement électoralistes.

En guise de conclusions, nous livrons à votre réflexion, ce texte paru dans la revue française « Troisième Voie » en 1986, mais qui reste totalement d’actualité de nos jours.

Nous sommes trop sectaires nous disent certains ? Nous ne sommes pas sectaires, nous sommes intransigeants ! Ce n’est pas une condition suffisante pour réussir mais c’est une condition nécessaire ! Notre but n’est pas juste de glaner quelques voix momentanées dans des élections passagères, mais de faire la révolution !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *