Vers un nouveau génocide ?

Publié par NATION le

Voici ci-dessous, le texte complet d’une dépêche publiée par l’agence de presse Reuters :

«Des dizaines de millions de migrants pourraient se voir refuser les vaccins COVID-19 d’un programme mondial parce que certains grands fabricants s’inquiètent des risques juridiques liés aux effets secondaires nocifs, selon des responsables et des documents internes de Gavi, l’organisation caritative qui gère le programme, examinés par Reuters. Les préoccupations juridiques sont un obstacle supplémentaire pour les responsables de la santé publique qui luttent contre le coronavirus – même si les responsables disent que les personnes non vaccinées offrent un environnement idéal pour qu’il se transforme en de nouvelles variantes qui menacent l’immunité durement acquise dans le monde. De nombreux fabricants de vaccins COVID-19 ont exigé que les pays les indemnisent pour tout événement indésirable subi par les individus à la suite des vaccins, selon les Nations Unies. Là où les gouvernements ne contrôlent pas, ce n’est pas possible»

C’est donc bien confirmé, notre gouvernement et la Commission Européenne ont bien signé des accords secrets avec Big Pharma pour éviter toute poursuite judiciaire en cas d’effets secondaires de cette injection expérimentale, qu’ils projettent de rendre obligatoire.

Alors que l’Agence Européenne de pharmacovigilance recense déjà plus de 800.000 cas d’effets secondaires, dont certains mortels et que ceux-ci sont niés par les médias subventionnés depuis 2 ans : nos politicards aux lourds antécédents continuent dans cette folie.

Allons-nous vers un nouveau génocide ?

Il serait bon de leur rappeler qu’injecter une personne de force avec un produit potentiellement mortel est bien une tentative de meurtre !


1 commentaire

David JEAN · 22 décembre 2021 à 17 h 50 min

Migrants qui sera l’armée de repopulation de nos contrées européennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *