« Le grand remplacement », confirmé par les propres outils du système…

Publié par NATION le

Selon la bien-pensance adepte du multiculturalisme- le plus souvent à gauche de l’échiquier politique mais présente parfois aussi chez les libéraux- et selon la presse aux ordres, le concept de “Grand Remplacement” serait une théorie de complot délivrée par l’extrême droite.

Cette théorie défend l’idée selon laquelle il existerait un processus délibéré de remplacement de la population européenne, par une population extra-européenne venue principalement d’Afrique du Nord ou d’Afrique noire.

Bien évidemment, des pseudo-spécialistes se pressent dans des émissions politiques télévisées pour réfuter cette thèse, que ce soit de manière démographique ou culturelle, mettant même en avant le concept que cette immigration rapporte et serait même une richesse pour notre société. Leur argument principal étant que cette immigration, à l’échelle de la population totale, est minoritaire et que l’extrême-droite extrapole…

Mais voilà que par un étrange revirement, les médias avancent maintenant que : “la population belge évolue peu à peu”. Et nous avons ainsi pu lire sur le site de la RTBF, le 13 janvier 2021, un article titré par : “Désormais, 20 % de la population belge est d’origine étrangère, et les Marocains sont plus nombreux que les Italiens.” Cet article cite aussi Statbel, cet organisme belge de statistique, qui dit : “la diversité en Belgique s’est accrue ces 10 dernières années”, et que “12 de ces 20 % sont des étrangers vivant en Belgique, sans la nationalité belge.”

Mieux encore, ils osent enfin dire que “les belgo-belges ne feraient plus que 67,9 % de la population totale du pays en 2020″, et qu’à Bruxelles-Capitale, il reste moins de 3 personnes belgo-belges sur 10. Ainsi les Belges d’origine étrangère représentent en région de Bruxelles-Capitale, 4 personnes sur 10 et 3,5 personnes sur 10 sont des étrangers.” 

Conclusion : si en effet 67,9 % de la population est encore belgo-belge, la “diversité” est encore une minorité. Mais lorsque l’on regarde les quartiers communautarisés, voire parfois des communes presque entières, qui sont habités par cette diversité, où des autochtones disent clairement qu’ils ne se sentent plus chez eux, on peut se poser des questions…

Si cela continue à évoluer à cette vitesse, il ne faudra pas 30 ans pour que nous devenions minoritaires dans notre propre pays, alors que le Belge de souche est déjà devenu un citoyen de seconde zone sur son propre sol…

Plus que jamais, NATION est et reste la seule solution pour que cela change !

Jean-Pierre Demol


2 commentaires

Jacques Goreux · 12 février 2021 à 18 h 12 min

Lire Renaud Camus, et Laurent Obertone. Je ne veux pas faire leur publicité rassurez-vous mais…ce qui semble évident en France; l”est tout autant en Belgique et en Europe Occidentale.

Bausch · 14 février 2021 à 16 h 44 min

Ben oui…nous vivons dans une fosse septique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *