Les “aides à domicile” : esclaves modernes?

Publié par NATION le

C’est un fait, les personnes courageuses qui vouent leur travail dans les différentes aides à domicile sont considérées par les politiques et le grand patronat comme des esclaves modernes.

A NATION,  nous ne sommes pas étonnés que le cœur de certains « grands pontes du social » saigne quand il s’agit des parvenus en leur propre sein, mais en aucun cas dans le cadre de tous ces travailleurs qui, de jours en jours, détruisent leur santé pour un salaire de misère, au service de personnes dans la détresse physique ou trop âgée.

« Victoire ! », crie du haut de leurs gros salaires les patrons syndicaux, nous avons obtenu une augmentation de 0,8 % brut de l’heure…

Il n’y a pas de mots assez forts pour exprimer notre étonnement face à cette grotesque farce.

Les salaires dans les titres-services sont les plus faibles du pays. 11,40 € de l’heure…Et c’est avec ça que des familles doivent vivre ?

Ces femmes et ces hommes qui assument chaque jour votre entretien, vos courses, votre repas etc…. n’ont-ils pas droit à plus de respect ? Ou sont-ils comme à l’époque coloniale juste des pions que l’on utilise selon son bon vouloir.

C’est exaspérant de voir un pays dépenser des millions d’euros pour venir en aide à des milliers de personnes qui squattent notre territoire, mais qui ne veut pas donner un salaire décent à toutes ces personnes qui sont au service de la population.

Le slogan de ces terroristes sociaux, c’est d’abord les autres et puis les nôtres. Juste pour se donner bonne conscience.

A NATION, mouvement solidariste et identitaire, nous avons toujours demandé que le travail au service de la collectivité devait être rémunérer correctement. 

Il nous parait important que tout l’argent dilapidé honteusement, parfois à des milliers de km de chez nous, soit réinvestit dans le cadre de notre nation et ceci dans une réévaluation des petits salaires.

Olivier Buys


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *