Notre Europe n’est pas la leur!

On nous demande souvent ce que nous pensons de l’Union européenne telle qu’elle est gérée aujourd’hui. Voulons-nous sortir de cette Europe, quitter l’Euro, etc ?

Pour NATION c’est clair, la construction européenne doit reposer sur quatre piliers essentiels :la prospérité, la paix, la sécurité et le bien-être.C’est ce qui nous était promis dans les années 1950 .Mais au lieu de cela, les technocrates-mondialistes qui gèrent cette Europe ont suivi un chemin tortueux qui mène les pays membres vers un chaos économique et social, vers un changement de population via une immigration qui a pris diverses formes…Les pays membres ont commencé à perdre leur souveraineté dès 1952, avec le traité sur la politique commerciale du charbon, de l’acier et la ferraille (CECA). Et ensuite (bien que ce projet fut combattu par le célèbre Général De Gaulle), en 1958, les États membres forment une Europe politique fédérale et supranationale : le pouvoir de décision se dirigreant peu à peu vers ce qu’on connait aujourd’hui sous le nom de Commission européenne.

Depuis les traités de Schengen et de Maastricht, l’Europe n’a plus de frontières internes. Et n’importe qui entre en Europe. Rajoutons que cela a également une influence économique car cela permet une concurrence déloyale de certains pays. Concurrence déloyale  qui provoque de nombreuses faillites et délocalisations, avec comme résultat une montée du chômage dans les anciens pays industrialisés. Il est donc clair qu’au lieu de “prospérité”, le chômage devient structurel et de masse. Et la précarité ne cesse de prendre de l’ampleur.

Pour ce qui est de la paix, c’est un fait que l’Europe est en paix pour le moment, même si le terrorisme islamiste est bien présent. Mais l’Europe est sous la coupe de l’impérialisme américain, qui joue à son jeu favori de “gendarme du monde”, dans le but évident de contrôler l’économie mondiale.

Au niveau de la sécurité, avec l’islam radical qui s’est implanté en Europe jusqu’à faire des attentats terroristes jusque dans nos grandes villes, la montée de la criminalité et une justice bancale, plus personne en Europe n’est en sécurité.

Quant au bien-être, comme la “sœur Anne qui ne voit rien venir”, nous l’attendons toujours, et depuis plus de 60 ans !Il est donc clair que NATION refuse et nie cette Europe technocratique et mondialiste, on peut débattre sur une monnaie unique mais avec des marchandises aux mêmes prix, des salaires identiques, dans chaque pays membre.

Nous voulons des États souverains maîtres de leurs frontières et de leur politique économique et sociale. D’ailleurs, l’économie devrait toujours être menée par des politiques élus, et non des économiques choisis entre eux.

Il faut aussi supprimer, abolir, l’accord de Schengen et certains traités qui vont contre notre économie pour le profit de quelques élites corrompues.S’il faut retenir un point positif, c’est la fin des régimes communistes en Europe de l’Est, pour le reste, tout est à refaire.Voilà la position de NATION avec ses partenaires nationalistes européens de l’Alliance for Peace and Freedom (APF).


Jean-Pierre Demol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑