Mai 68, ou l’aube de la décadence …

Ce mois de mai 2018 fêtera les cinquante ans de la révolte rouge de « Mai 68 », qui commémorera des journées et des soirées d’émeutes violentes.

Cette contestation ne concernait qu’une certaine jeunesse, issue de groupes d’extrême gauche et de milieux plutôt favorisés . Ils furent épaulés par des meneurs venus le plus souvent d’Allemagne, comme Daniel Cohn-Bendit, et spécialisés dans la guérilla urbaine. En effet, cette « révolte » était dirigée principalement par trois groupes : les trotskistes, les anarcho-communistes et les maoïstes . (« Dany le Rouge » Cohn-Bendit, représentait les anarcho-communistes allemands) . Leurs revendications étaient : une société sans classe, sans hiérarchie, sans frontières, avec une liberté sexuelle allant jusqu’à l’apologie de la pédophilie ! Il était « interdit d’interdire » …

C’est cette pseudo contestation qui fait qu’aujourd’hui, on trouve une multitude de groupes-égouts médiatiques, éducatifs ou associatifs qui pourrissent la moralité et les moeurs de notre société .

Le plus drôle (si toutefois cela prêtait à rire), c’est que de nos jours, tous ces semeurs de trouble forts en gueule, ceux que l’on appelle les « soixante-huitards », ont tous fait carrière au sein de ce système qu’ils haïssaient soi-disant. Ils évoluent dans les milieux politiques, médiatiques, universitaires, et dans la haute bourgeoisie . Et l’ardoise de leurs conneries, c’est nous et nos enfants qui la payons.

Il leur reste une chose, c’est le culot ! Car en effet, ils oseront commémorer cette date en faisant une fête. Sans doute avec comme public majoritaire, les illégaux à qui ils ouvrent les bras. Car un citoyen lambda ne peut prendre ce pathétique anniversaire pour une fête.

A NATION, en mai (le 1er mai), nous fêterons le 1er mai identitaire, le 1er mai des patriotes et des travailleurs (des vrais) !

Jean-Pierre Demol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *