NATION soutient le peuple syrien et son gouvernement !

Publié par NATION le

Une nouvelle fois, l’impérialisme américain a frappé la Syrie. Directement, cette fois, sans passer par les groupes terroristes qu’il arme, entraîne et finance (et qui sont en train de se faire écraser par l’armée syrienne).

NATION dénonce cette attaque pour les raisons suivantes :

  • il n’y a aucune preuve que les autorités syriennes soient responsables de ces attaques chimiques
  • cette attaque viole les règles internationales puisqu’elles se sont déroulées sans l’aval de l’ONU
  • cette attaque va favoriser les groupes terroristes qui ont immédiatement lancé une offensive près de la base visée
  • cette agression va tendre encore plus la situation avec la Russie

Manifestement, les forces pro-guerre ont repris le pouvoir à Washington…mais l’avaient-elles jamais vraiment perdu ?

Hervé Van Laethem, lors d’un de ses séjours à Damas où il représentait NATION !


5 commentaires

Cholewa · 7 avril 2017 à 12 h 49 min

Cette événement, c’est du pain béni pour les USA, dommage que les services de renseignement syriens n’ont pas découvert que l’endroit que l’aviation a bombardé stockait des armes chimiques, alors, les représentants syriens auront beau clamer qu’ils n’ont pas et n’ont jamais eu ce genre d’armes, tout les gouvernements esclaves du dieu USA les suivent et n’osent pas s’allier aux syriens car, comme le dit le règlement du chef dans son article 2, “Même quand le CHEF se trompe, le CHEF a toujours raison” !!!

Catrysse roger · 7 avril 2017 à 13 h 35 min

Ik was voor Trump, en had gedacht te komen sympathiseren voor hem wanneer hij naar Brussel kwam, maar door die aanval op het wettelijk regime van Assad ga ik niet naar Brussel komen. Trump heeft mij in elk geval ontgoocheld, ik had dat van hem niet verwacht. Volgens mij heeft hij een grote vergissing begaan.

Guarneri · 7 avril 2017 à 15 h 13 min

Tout à fait d’accord avec vous NATION

GERARD R. · 7 avril 2017 à 16 h 26 min

Ainsi au moment, où un soupçon de bienveillance, pouvait être concédé à Trump, par rapport aux assassins qui l’ont précédé à la Maison Blanche, alors qu’il décrétait (dans un premier temps) que le destin de la Syrie n’appartient qu’à elle et alors que cette position anéantissait les perspectives belliqueuses, notamment de l’Elysée, ce qui faisait considérablement retomber la pression, sur Bachar Al-Assad, c’est le moment qu’aurait choisi ce dernier, pour gazer son peuple ? Bizarre is’n’it ?

Évidemment le monde politique occidental et sa presse mérulée, défendent cette hypothèse, SANS AVANCER LA MOINDRE PREUVE. Et déposent leurs conclusions, seulement quelques heures, après les bombardements incriminés. Ce sont les proches des victimes du “nine/eleven” qui risquent de se sentir frustrées…

Même l’inénarrable et interchangeable Reynders, dit comprendre la réaction des Américains. Tu m’étonnes ! Et la classe politique belge est bien généralement du même avis, elle qui n’est même pas foutue de faire respecter la loi sur l’abattage rituel (lire: barbare) des animaux. Pas plus d’ailleurs que de comprendre les mécanismes diaboliques, ayant quasiment élevé au rang de légalité, les détournements d’argent, chez… Publifin… Entre autres !

Pauvres de nous !!!

James · 7 avril 2017 à 17 h 49 min

L’analyse en une phrase : “Les USA au service du “diable” pour exécuter le plan Oded Yinon!! C’est le “diable” qui décide et donc pas Trump ou d’autres larbins….!!! Il va de même pour l’Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *