L’affaire Georges Floyd, ce que la presse ne vous dira pas!

Publié par NATION le

La bien-pensance et les gauchistes de tous bords sont contents, ils font la fête avec leurs potes de la diversité ! Et ceci car aux États-Unis avec l’affaire Georges Floyd, justice est faite : le policier blanc-raciste-criminel vient d’être condamné par le jury. Il a été déclaré coupable d’homicide et de meurtre aux deuxièmes et troisièmes degrés. Sa sentence sera prononcée dans quelques semaines.

Rappel des faits ! Georges Floyd voulait payer dans un magasin avec ce qui semblait pour le vendeur, être un faux billet. Ce dernier avait donc appelé la police, qui a arrêté Floyd. Comme il se débattait, et que c’est un géant de plus de 1,90 m, il a été plaqué au sol et le policier condamné, avait maintenu son genou sur sa nuque près de 9 minutes, ce qui aurait causé la mort de G. Floyd.

Il y a néanmoins des éléments qui semblent ne pas avoir été retenu par ce jury: selon l’autopsie par le médecin-légiste du comté de Hennepin, autopsie validée par le service médical des forces armées, Georges Floyd souffrait d’une maladie cardiovasculaire, et d’une forte intoxication à des drogues dont une dose importante de Fentany, qui aurait pu également conduire Floyd à la mort par overdose.

Et puis, il y a le passé judiciaire de Georges Floyd, “the gentle giant” (gentil géant), comme l’appellent ses amis :

  • 1998, après avoir évolué dans le milieu du basket, puis dans celui du rap, Floyd plonge dans la délinquance, et est condamné une première fois à 10 mois de prison pour braquage.
  • 2002, il prend trente jours pour violation du droit de propriété.
  • 2005, il prend 10 mois de prison pour possession de cocaïne.
  • 2009, il est condamné à 5 ans de prison pour le cambriolage d’une femme où il avait pointé une arme sur son ventre.

“Big Floyd” (autre surnom), était sans doute devenu un “doux géant”, mais il n’en était pas moins un voyou ayant fait de la prison pour ses méfaits. Et il était toujours, dans la consommation de stupéfiants.

Même s’il faut considérer le geste du policier comme extrême, ou trop long, il faut néanmoins tenir compte qu’il était face à un géant, qui semblait en plus sous influence de stupéfiants. Ce policier, a-t-il tué Floyd volontairement ou non ? Ce n’est pas à nous d’en juger, la justice, bonne ou mauvaise est là pour ça. Mais pour nous à NATION, il semble intéressant de tout dire, de ne pas rester focalisé sur le geste du policier, car de nos jours, nous vivons dans une société où le sort des racailles compte plus que celui des victimes.

Aujourd’hui, un peu partout dans le monde occidental, la racaille sort la tête haute, grâce à une lâcheté politique et un clientélisme honteux. Mais grâce aussi à ces pseudo-humanistes, adeptes d’un progressisme loufoque et utopique, dont les idées et les actions sont plus stériles qu’efficaces.

Pour NATION, le droit et la loi doivent rester dans le camp des honnêtes gens, et non dans celui des voyous.

Jean-Pierre Demol

Floyd ? Un ange, que dis-je, un saint !

1 commentaire

kerstens pieter · 24 avril 2021 à 15 h 48 min

Baisser le regard; courber la tête; plier l’échine; se mettre à genoux; à plat ventre; leur baiser les babouches ?
Qu’ils aillent se faire foutre, eux et leurs complices de la secte politico-médiatique, ces collaborateurs de l’invasion migratoire et adorateurs de la société multiculturelle et pluriethnique !
Moi, je suis Blanc, Européen et Chrétien, comme d’autres sont Jaunes, Asiatiques et Bouddhistes. On ne choisit pas ses géniteurs, mais pour ma part je suis fier de l’héritage de mes aïeux celtes et de la civilisation qu’ils m’ont légué tout au long de 40 siècles.
Ailleurs, et durant la Seconde Guerre Mondiale, dans les pays envahis par le Japon, le mot d’ordre était : “l’Asie aux Asiatiques !”; les profs d’Histoire oublient trop souvent ce détail, cause de la guerre d’Indochine et ensuite de la guerre au Viêt-Nam, pour chasser les colons européens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *