NATION est comme le vent, difficile de l’arrêter !

Publié par NATION le

Comme d’habitude lorsqu’on essaie de leur interdire de faire quelque chose, les militants de NATION ont tendance à s’entêter.

La scandaleuse et illégale interdiction de notre journée de tractage à Verviers par la bourgmestre socialiste n’a bien évidemment pas échappé à la règle. Et des militants verviétois et liégeois de NATION ont donc, comme prévu, porté la bonne parole sous forme d’un tractage massif. Mais de plus ont arboré haut et fort les couleurs de la section provinciale au cœur de la ville de Verviers;

Apprenez Madame le Bourgmestre que personne n’empêchera NATION d’exercer ses droits constitutionnels. Vous n’avez pas fini d’entendre parler de nous !


7 commentaires

Catrysse roger · 21 mai 2017 à 7 h 03 min

Je vous felitte;j’habite loin, autrement je vous donnerai un coup de main avec plaisir

David · 21 mai 2017 à 10 h 26 min

Continuer comme ça, vous êtes le fer de lance du nationalisme européen!

Nous interdire de quoi que ce soit, quelle bonne blague… je crois qu’ils n’ont toujours pas compris ce qu’ils va leur arrivé un jour. Fini de profiter de notre peuple, bientôt ils ne pourront même plus en dormir.

Laffineuse Bernard · 21 mai 2017 à 10 h 30 min

Très bonne initiative contre une des règles de la démocratie bafouée de plus en plus par les partis corrompus au pouvoir en belgique.

Auguste · 21 mai 2017 à 18 h 34 min

Un poème de Rudyard Kipling que tous les blancs européens devraient connaître .

L’Etranger 
L’étranger qui passe mon portail, 
Il peut être sincère ou aimable, 
Mais il ne parle pas ma langue, 
Je ne peux pas connaître son esprit 
Je vois son visage et ses yeux et sa bouche, 
Mais pas l’âme qui est derrière. 
Les hommes de mon propre sang, 
Ils peuvent faire le mal ou le bien, 
Mais ils disent les mensonges que je connais. 
Ils connaissent les mensonges que je dis, 
Et nous n’avons pas besoin d’interprète 
Lorsque nous allons acheter et vendre. 
L’étranger qui passe mon portail, 
Il peut être mauvais ou bon, 
Mais je ne peux pas dire quel pouvoir le contrôle 
Quelle raison gouverne son humeur ; 
Ni quand les dieux de son lointain pays 
Reprendront possession de son sang. 
Les hommes de mon propre sang 
Ils peuvent être très mauvais, 
Mais au moins ils entendent les choses que j’entend 
Et voient les choses que je vois ; 
Et quoi que je pense d’eux et de leurs goûts 
Ou qu’ils pensent de mes goûts. 
C’était la croyance de mon père 
Et c’est aussi la mienne : 
Le grain doit former une seule gerbe 
Et la grappe doit donner un seul vin, 
Et nos enfants doivent se faire les dents 
Sur le pain dur et le vin.  
 

Auguste · 21 mai 2017 à 18 h 38 min

Un même sang appartient à un même pays . Soyons fière de le revendiquer car l’heure est grave , nous sommes chez nous et nous fuyons . Il faut oser le dire . Le crépuscule de la population blanche européenne s’approche .

Debbaudt · 21 mai 2017 à 22 h 59 min

Oui je sais c”est interdit mais a mon age je m’en tape , le sang d’une race doit rester pur .
Exemple mélanger 4 ou 5 des meilleurs vin et au final vous obtenez de la vinasse !

Lybeks · 22 mai 2017 à 10 h 33 min

Bravo aux militants ! Et, au passage, encore un bel exemple de la conception de la démocratie au PS. J’aimerais savoir si Madame la Bourgmestre aurait la même position face à des tracts de partis islamistes et pro-migrants ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *