NATION dénonce le scandale des médicaments pour maladies rares !

Publié par NATION le

Selon l’association de consommateurs Test-Santé, l’industrie pharmaceutique pratique des prix excessifs pour des copies bon marché de médicament qui sont utilisés pour soigner ce que l’on appelle des “maladies rares”.

Le traitement des maladies rares coûte très cher à la collectivité car ces médicaments nécessitent des frais importants de recherche et de développement alors que le marché est par définition, très limité.

Et donc, certaines firmes pharmaceutiques en profitent pour copier un médicament existant et le commercialise à prix d’or sous un autre nom, en tant que traitement contre une maladie rare (en effet, certains médicaments peuvent servir à soigner plusieurs maladies). Ce système est scandaleux, et touche bien sûr, les plus démunis.

Quelques exemples :

L’Ibuprofène, anti-inflammatoire bien connu coûte plus ou moins 5 € en préparation hospitalière. Copié et renommé “Pedea”, il sert à traiter les troubles cardiaques chez certains nouveaux-nés. Coût du traitement : environ 400 € !!!
L’Amifampridine, utilisé pour une maladie musculaire grave, coûte 71 € pour une préparation d’une dose d’un mois. La copie conforme appelée Firdapse, sans études complémentaires, coûte pour une dose maximale d’un mois : 4.140 €… C’est tout bonnement honteux ! Et cela se passe avec de nombreux autres médicaments .

Si NATION avait le pouvoir, les industries pharmaceutiques seraient dans l’obligation de pratiquer et de fixer des prix honnêtes ! Nous réclamerions un remboursement total des médicaments de première nécessité (comme pour les maladies graves et/ou rares) pour tous les gens en situation précaire. Et nous mettrions en place une forte taxation pour les tricheurs et sur les produits nuisibles à la santé. L’argent ainsi récolté pourrait être reversé aux fonds de sécurité sociale .

Jean-Pierre Demol

(source : L’Écho – Test-Achat)

NATION dénonce le scandale des médicaments pour maladies rares !

Enregistrer

Catégories : Santé

4 commentaires

Pierre Malak · 2 août 2016 à 11 h 30 min

L’Etat, une fois de plus, s’averre incapable de sa tâche et totalement incompétent pour stopper les escroqueries qui concernent la santé au détriment de la Sécu.

Quand donc les juges et les ministres seront-ils responsable sur leurs fonds propres, de toutes leurs erreurs et de leur fautes ?

Pourquoi juges et ministres sont-ils totalement déresponsabilisés ?

    robert · 3 août 2016 à 12 h 25 min

    franc- maçonnerie

rolando · 2 août 2016 à 13 h 55 min

il faut se poser cette question,combien ces grands groupes pharmaceutique versent en pot de vin nos illustres dirigeants et faiseurs de lois pour ne pas intervenir sur cette façon de spoiler les malades c’est scandaleux et inhumain! on le sait tous, les groupes pharmaceutique ainsi que les industries alimentaire font partie des gens qui décident comment diriger le monde pour en revenir au même point se remplir les fouilles au maximum pour cela ils achètent des politiciens qui font nos lois !

Hector · 7 août 2016 à 13 h 21 min

L’état a voulu imposer les génériques , maintenant les laboratoires européens , américains se défendent . C’est à dire que nos élus ont créé un ” passe ” pour appauvrir les laboratoires qui à l’époque se soumettaient à la loi mais pouvaient gagner de l’argent honnêtement . Maintenant l’honnêteté leur est interdite , même si elle était douteuse et bien ils fraudent . Cela s’appelle survivre comme nous avec les impôts qui nous spolient pour loger , nourrir , soigner les clandestins . Les laboratoires ont raison et même moi si je trompe pour mes impôts j’ai raison .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *