Un nouvel exemple du délire des Talibans Verts!

Publié par NATION le

Quand les politiques écolos pondent des mesures, cela donne ceci …restez assis pour ne pas tomber !

Entre octobre 2022 et décembre 2025, nous allons fermer 7 centrales nucléaires qui produisent environ 50 % de l’électricité consommée en Belgique et sans émettre de gaz à effet de serre.

De ce fait, en 2026, nous dépendrons largement des importations d’électricité des pays voisins. Ceux-ci l’ont bien compris et s’en réjouissent, en premier lieu les électriciens français et allemands.

Ainsi fin mars, Claude Fischer Herzog, la directrice française de l’ASCPE écrivait: “Notre balance commerciale énergétique présente un solde négatif de 41 milliards d’euros (dont 76 % sont liés aux importations de
pétrole et 21 % de gaz). L’électricité constitue la seule énergie qui présente un solde positif de 2 milliards, permettant de réduire la facture de 2 %. La décision de la Belgique de fermer ses centrales nucléaires dans l’attente de les remplacer par des centrales au gaz (!) l’obligera à acheter l’électricité nucléaire française: il faut donc prévoir plus de production en France pour honorer une partie de la demande belge, et envisager de pouvoir à terme doubler nos exportations. Tout le monde le sait: les objectifs climatiques et de relance ne pourront pas être réalisés sans le nucléaire: c’est notre avenir et celui de la planète qui sont en jeu.

Le comble de l’ironie, c’est que nous allons remplacer de l’électricité nucléaire bon marché produite en Belgique, d’une
part par l’importation d’électricité nucléaire produite en France à un prix plus élevé (notamment en hiver), et d’autre part par des centrales à gaz qui émettent du CO₂ tout en étant largement subsidiées, ce qui est l’inverse du principe du “pollueur-payeur” prôné par le gouvernement.

Selon une étude anglaise indépendante, nous serons avec la Pologne le pays ayant la proportion d’électricité produite à partir de combustible fossile la plus élevée d’Europe: 59% en 2030 contre 37% en 2019.

Une aubaine que comptent saisir l’Allemand RWE qui envisage d’installer chez nous des centrales gaz-vapeur (pour une capacité de 2 GW) (giga-watts), et le Français Engie qui projette la construction de telles centrales
pour une capacité de près de 3 GW.

En 2026, ces 5 GW de centrales à gaz subsidiées émettront un supplément d’environ 10 millions de tonnes de CO₂ par an, soit une augmentation de 60 % des émissions de CO₂ du secteur électrique par rapport à 2019 (oui, vous avez bien lu!) et de 10 % du total des émissions de CO₂ de toute la Belgique (environ 90 MtCO2/an en 2019).

Préparez votre portefeuille ! On dit quoi ??? … MERCI les écolos !

Bernard V.

Catégories : Ecologie

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *