19 mai 78 : 3.000 Européens sauvés à Kolwezi, par les paras français et belges !

Publié par NATION le

En 1978, des anciens rebelles katangais (venus d’Angola communiste) envahissent l’ex-province du Katanga (devenu le Shaba) au Zaïre. Ces rebelles sont soutenus par l’Union Soviétique et encadrés par des conseillers militaires est-allemands et cubains.

Le 11 Mai, ils s’emparent de la ville de Kolwezi, importante ville minière où habitent près de 3.000 Européens.

Ont-ils été étonnés par le fait que le régime zaïrois (du général Mobutu à l’époque) ne s’effondre pas où ont-ils compris que les Occidentaux ne laisseraient pas faire, toujours est-il que les conseillers des pays frères communistes vont quitter la ville le 18 mai, laissant la soldatesque des « Tigres du Katanga » se livrer à nombre d’exactions, en particulier envers les Européens.

Le 19 mai, le 2è Régiment Etranger de Parachutiste sautera sur la ville et la libérera au bout de 3 jours de combat au prix de la mort de 5 légionnaires. Ils libéreront 2.800 Européens.

N’oublions pas non plus les parachutistes belges qui effectueront un atterrissage d’assaut sur l’aéroport de Kolwezi le 20 Mai.

A l’occasion de l’anniversaire du saut sur Kolwezi, NATION se souvient et veut rendre hommage aux militaires morts pour défendre des Européens et bien entendu aussi aux 300 Européens victimes de la barbarie.

Nous n’oublions pas non plus que pendant que les soldats belges et français risquaient leur vie pour en sauver, les traîtres gauchistes du PTB & Co manifestaient contre l’envoi de militaires là-bas !


1 commentaire

bech · 22 mai 2020 à 10 h 32 min

Un petit bémol quand même : pendant que les paras français volaient vers Kolwezi, la radio française (“ancêtre” de RFI) annonçait, fanfaronne (trait de caractère bien connu de nos amis français), leur arrivée proche… Habitant à cette époque le Zaïre, j’en eu froid dans le dos… Il est évident que cette annonce dû accroitre l’ardeur des “barbares” contre les civils blancs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *