La menace fantôme !

Publié par NATION le

Lorsque Georges Bush Junior était président des Etats Unis, un certain nombre d’officiers de renseignement de la CIA avaient démissionné pour protester contre le fait qu’on leur demandait de fournir des rapports allant dans le sens qu’espérait le gouvernement, alors qu’ils estimaient à juste titre qu’ils étaient là pour fournir de vrais renseignements, qu’ils plaisent ou non.

Il est dommage que certains dans le monde du « renseignement » belge ne partagent pas cet état d’esprit.

Ainsi, la surréaliste interview du responsable de l’OCAM[1], organisme qui entre autres concentre l’ensemble des informations fournies par les différents services censés surveiller les groupes terroristes et « à risque ». 

Titre de cette interview : «On n’a jamais oublié l’extrême droite». Par quoi, ce titre à sensation est-il motivé ? A-t-on arrêté un odieux néo-nazi ? Un réseau de l’internationale noire a-t-il été démantelé ?  

Que nenni. Tout simplement, l’intéressé dénonce le fait que  l’extrême droite fournit des « fake news »…Une nouvelle forme de terreur sans doute !

Plus loin, on lit “On a d’une part une diminution de la menace djihadiste et d’autre part une augmentation de la menace d’extrême droite”.

Comment peut-on comparer une menace qui a provoqué des dizaines de morts dans ce pays et dont on sait qu’elle est encore bien implantée dans certains quartiers, avec quelques énervés qui se défoulent parfois sur le Net.

Mais on sait bien que dans nos sociétés, tout gouvernement en difficulté essaie toujours de faire oublier son incompétence en agitant le spectre de « l’extrême-droite ». 

Il est regrettable que ceux qui sont censés nous protéger, participent à ces opérations « de com »…Mais bon, ils n’oublient pas qui les a nommés.

NB : Pour rappel, l’organisme en question (l’OCAM) n’a pu empêcher que la Belgique serve de base arrière pour les attentats du 13 novembre 2015 à Paris (Bataclan, etc…), n’avait pas anticipé les attentats de Bruxelles, le 22 Mars 2016. Et les services belges de police et de renseignement ont mis 125 jours à trouver un Salam Abdeslam qui n’avait pas quitté Molenbeek.


[1] Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace


1 commentaire

Andre-Hans von Bremen · 18 mai 2020 à 10 h 38 min

On voit bien que l’OCAM n’a pas lu le dernier
livre de Johann Chapoutot (critiqueur mais
indirectement formateur) Libres d’Obeir…
Ce livre démontre bien comment les ONG
gauchistes ont utilisé la methode Nazie de
Marketing par “Agences” pour atteindre leurs
buts en by-passant l’Etat.. Existe aussi en e-
book kindle à moins de 12 €. Conseillé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *