Non à l’oligarchie financière!

Quelques familles financières, non seulement, gèrent économiquement la Belgique et donc dominent les forces politiques…mais en plus, profitent de cadeaux fiscaux qui se comptent en milliards.

Ainsi la famille Frère, les Boel, l’Hoist, la société Ab InBev et la KBC sont parmi les entités qui en 2018, alors qu’elles ont fait un bénéfice de 48 milliards (!), ont payé à peine 800 millions d’euros. C’est-à-dire un taux d’imposition moyen de 1.7%. Ce qui signifie que ces sociétés ont économisé plus de 13 milliards d’euros par rapport à ce qu’elles auraient dû payer à un taux normal d’imposition.

Et ce système de cadeaux fiscaux existait déjà avec les socialistes au pouvoir. Ce qui démontre bien que de gauche comme de droite, l’ensemble de la classe politique est aux ordres de la haute finance mondialiste.

Haute finance qui, des problèmes sociaux à l’immigration massive, est responsable de nombre des maux qui touchent cette société.

Le socialisme et le libéralisme sont les deux tentatcules de la même pieuvre mondialiste. Face à cela, plus que jamais, une troisième voie économique : le solidarisme !

2 commentaires sur “Non à l’oligarchie financière!

Ajouter un commentaire

  1. Vous citez quelques familles , c’est très bien , mais avez vous fait le calcul de ce que les impôts perdent également par les petits avantages perçus par le simple citoyen ?? cela dépasse largement le manque à gagner de ces grosses familles . Ce n’est pas s’attaquer à ceux qui ont l’audace de se servir des règlements autorisés , mais méconnu du peuple , ce qu’il faut aujourd’hui , est diminuer le taux d’imposition et le faire actionner à tous , citoyen, TPE,PME, club de sport , asbl, multinationale etc …

    1. @ Dimitri François, ne pensez-vous pas que les “petits avantages” perçus par le simple citoyen soient plus logiques que les gros avantages dont bénéficient ces riches familles ou les multinationales ? Pour ces riches, ce n’est que du bénéfice qui s’ajoute à ceux qu’ils font chaque année, sans être taxés correctement ou équitablement . Le “simple citoyen” lui, ne peut profiter de ces “petits avantages” que comme d’un “bonus”, le plus souvent exceptionnel, et non un bénéfice régulier et annuel . Bien sûr, il ne faut pas non plus qu’il y ait de l’abus, mais cet abus est bien plus important en chiffres chez les “riches”, que ces petits avantages du simple citoyen, qui parfois le mérite plus, par son travail ou son engagement, que ces multinationales ou riches familles .
      Deux mots d’explication au passage :
      Le fonctionnement d’une économie de marché repose sur un grand nombre d’engagements sur l’avenir . L’efficacité de l’économie, comme l’équité, implique que ces engagements soient respectés, que les calculs économiques ne soient pas faussés, et que ni les créanciers, ni les débiteurs ne soient spoliés . Il faut donc impérativement, que l’application de tous les contrats ne soit pas pervertie par les variations du pouvoir d’achat de l’unité de compte d’une part, et que les sociétés faisant de gros chiffres d’affaires soient indexés sur la valeur réelle de tous leurs engagements .
      Pour ce faire, il faut bien sûr une réforme profonde de la politique économique nationale et européenne notamment sur la taxation des multinationales… En bref, il faut taxer plus les gros rentiers (riches familles, multinationales), sur leurs avantages fiscaux, depuis les livrets jusqu’aux obligations et actions, et en même temps, prévoir un plafond raisonnable pour ne pas gêner les petits revenus . Ce type d’économie devrait permettre par exemple, une diminution de la fiscalité du travail et permettre aux travailleurs et aux petits revenus, de rattraper un peu de pouvoir d’achat … C’est en tous les cas un des combats économiques du Mouvement NATION .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑