Le Brexit, ça m’excite… un peu !

Publié par NATION le

Le système politico-financier que nous combattons a ses propres contradictions internes. Dieu merci pour la cause des peuples.

Il est en effet certain que ce referendum sur le maintien ou non de la Grande Bretagne au sein de l’UE n’a été rendu possible que parce certaines composantes du système l’ont bien voulu. Ont-ils voulu éviter que la Grande Bretagne ne s’écarte, petit à petit, du contrôle américain ? On ne sait pas et leurs raisons ne seront sans doute connues que bien plus tard, peut-être dans les livres d’histoire. Mais en attendant, le résultat est là : les Britanniques quittent l’Union Européenne !

Nous ne bouderons pas notre plaisir de voir l’Euro-mondialisme mis en échec ! Ni de voir les mines déconfites des Bernard Henry Levy et de tous les autres membres de “l’intelligensia” mondialiste. Nous ne nous empêcherons pas de sourire en lisant les journalistes du soir faire preuve d’un méprisant racisme social en expliquant que les électeurs pro Brexit ne sont que des pauvres, de surcroît abrutis.

Mais une fois passé, le bon moment des JT où nous verrons nombre de mines déconfites, il faudra sans doute bien se rendre compte que ce n’est pas le début du grand chambardement. Que les millions d’immigrés présents en Grande Bretagne ne vont pas pour autant quitter le pays. Que la situation économique ne va pas s’améliorer et que les terroristes ne vont pas déposer les armes…

Il faudra aussi éviter une europhobie primaire. Le concept d’une Europe plus unie, plus forte est non seulement une bonne chose mais est à terme indispensable. Le tout est qu’elle ne ressemble pas au modèle imposé par les technocrates mondialistes de l’Union Européenne. Je résumerais en disant : “Pour plus de vraie Europe, il faut moins d’Union Européenne comme on la connaît !”

Il faudra aussi être attentifs à la manière dont le système politico-financier va réagir et aussi à toutes les conséquences politiques, financières et économiques que cela va peut-être entraîner.

Ce qui est certain, c’est que l’on vit une époque très intéressante. En effet, on ne vit pas tous les jours, un accident de l’histoire en direct !

 Le BREXIT, ça m'excite !

 

 

Enregistrer


4 commentaires

Le Ket · 24 juin 2016 à 11 h 26 min

OSONS LE DIRE : les Anglais n’ont jamais voulu s’intégrer réellement dans l’Europe continentale. Leur Commonwealth permet d’assurer un échange commercial fructueux. Le pétrole et le gaz de la mer du Nord (le Brent) leur permettent une certaine indépendance énergétique (pour quelques années encore). Le centre financier de la City -véritable paradis fiscal indépendant- dirigera toujours la finance cosmopolite. Leur allégeance à leurs cousins américains leur garantira non seulement une sécurité militaire mais aussi économique. Hors de la zone Euro, les Anglais bénéficiaient d’innombrables privilèges, inscrits dans les annexes des Traités européens signés au fil du temps. Ne nous plaignons pas, ils représentaient l’un des ennemis de l’Europe les plus pervers, véritable porte-avions des USA dirigé contre nous.
BYE, BYE BRITANNIA ! ! !

    BORBOUSE JEAN · 24 juin 2016 à 20 h 19 min

    Hélas vous avez raison ! Et je suis assez d’accord avec c’est article.Les anglais ont trichés depuis le début,porte avions avancé des américains ! A bas UE des fonctionnaires bornés et gangrenés par les lobbies où chacun tire la couverture a sois ! Pour une l’Europe politique forte !

Debbaudt · 24 juin 2016 à 13 h 26 min

Un de moins……..à quand le suivant et le suivant du suivant , comme disait BREL ” au suivant ” !!!.

Olivier V. · 24 juin 2016 à 14 h 12 min

Tirez (vous) les premiers, Messieurs les Anglais (Bataille de Fontenoy, 11 mai 1745).

Répondre à Debbaudt Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *