L’Europe : changer ou périr !

Publié par NATION le

“L’Europe : changer ou périr”, est le titre d’un ouvrage de Madame Nicole Gnesotto, professeure émérite du CNAM en France (Conservatoire national des arts et métiers), que j’ai emprunté pour l’article qui suit. Je la cite, car elle a prononcé une phrase qui est tellement vraie : “La mondialisation n’est pas synonyme de prospérité indéfinie, mais d’inégalités croissantes”. Cette femme est aussi spécialiste des questions européennes.

Le monde occidental que les mondialistes veulent créer est un ensemble d’États qui, déjà de nos jours, réduisent leur spiritualité au consumérisme compulsif, au “droit de l’hommisme”, et qui seront sous peu entraînés sournoisement par ce que je considère comme une secte dangereuse de financiers et autres milliardaires, pétris d’universalisme utopique et dangereux. Ils veulent créer une société métissée, qui sans repaire ne ferait plus qu’obéir aux décideurs qui ne seront plus des politiques choisi par le peuple, mais des économiques mis au pouvoir par des décisions internes, hors du desiderata du peuple. Ces rapaces, car ils ne sont rien d’autres, n’aiment pas le peuple, et ils vont à terme, si on laisse faire, conduire des milliards de citoyens, dont une partie est déjà abrutie, hébétée, vers un abîme sans fond. Entre 2019 et 2022, grâce à un virus, c’est Big Pharma qui a pris la main dans leur sale jeu, et une servitude sans précédent s’est étendu sur quasi toute la planète, avec une “politique sanitaire” trompeuse et largement inspiré par les groupes d’intérêts de Big Pharma, qui ont empoché des milliards d’euros. Une bonne partie de la population mondiale a été quasi contrainte de se faire injecter un produit génique douteux, à peine expérimental et sans connaissance sur ses éventuels effets secondaires, qui pourraient être graves. De plus, ces produits ne protègent en rien contre le virus, puisque même vacciné, on peut encore l’attraper, avec soi-disant, des effets moins graves. Ils ont été jusqu’à l’imposition d’un pass sanitaire, pour obliger plus de gens encore, à se faire vacciner, avec un produit mal connu.

Nous arrivons petit à petit, à ce qu’il n’y ait quasi plus de différence entre nos “obligations”, et les lois imposées dans les régimes communistes. En ce début 2022, ce système européen, dirigé par des pantins à la solde des États-Unis et de leur hégémonisme, nous mène sans doute vers une nouvelle grande guerre, sous le faux prétexte Ukrainien, que les USA aimeraient annexer à l’OTAN, pouvant ainsi y placer des armes dirigées vers la Russie. Si nous laissons faire, nous assisterons sans doute au dernier acte de notre vieille Europe, vouée à la destruction, pour que ce système puisse construire une société à leur convenance, un utopique village mondial qu’ils dirigeront de main ferme, un petit peu comme la société imaginée par Georges Orwell dans son œuvre “1984”. Un des principaux dangers, est l’emprise américaine sur les incapables qui dirigent l’Europe, avec un président US, Joe Biden, pour ne pas le citer, gauchiste et sénile, qui après avoir abandonné les Afghans aux islamistes radicaux Talibans, cherche à pousser le président Russe, Vladimir Poutine à l’erreur, pour rendre la Russie coupable de la guerre que cherchent uniquement le système américain et ses complices.

Tout change dans notre société : un clair et visible changement de population, avec une immigration extra-européenne intempestive et mal gérée, même au sein de l’Église, dirigée aujourd’hui par un pape aux idées communistes, et notre Europe, berceau de l’Occident, est de plus en plus aux mains des ennemis de notre civilisation blanche et de nos identités européennes. Il me semble donc de plus en plus important de vous dire, “peuples d’Europe, réveillez-vous !!!“, rejoignez les partis nationalistes de vos pays respectifs, et créons ensemble une force européenne, nationaliste et populaire contre ce mondialisme, car seul un peuple uni a le pouvoir de décider de son avenir, et de ne pas le laisser aux mains de criminels et de banksters. En Belgique, c’est NATION que vous devez rejoindre, car nous représentons la seule alternative et l’unique vraie opposition.

Jean-Pierre Demol

Président d’honneur du Mouvement NATION 

En soutien avec la revue nationaliste “Militant” et André Gandillon, secrétaire général du Parti nationaliste français, qui est l’inspirateur de ce texte.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.