Exclusif : un témoignage précis sur les pillages de Verviers!

Publié par NATION le

J’ai travaillé plus de 6 heures dans 50 cm d’eau à rétablir l’électricité pour des antennes GSM installées sur certains toits de magasins.

A certains moments (pour entrer dans les escaliers de secours d’un grand magasin et accéder aux toits), j’ai eu une protection policière pour que les pillards ne forcent pas le passage via la porte que j’ai été obligé d’arracher avec mon 4×4.

J’ai assisté à des dizaines de pillages. Magasins éventrés par les eaux, voitures accidentées, magasins intacts mais sans surveillance … tout y est passé.

Le Carrefour Market a été entièrement pillé alors qu’il y avait encore 80cm d’eau à l’intérieur.

J’en ai vu deux se glisser dans une agence de voyage dont le bas de la vitrine avait été brisé par l’eau pour s’emparer d’un écran plat fixé au mur et qui n’avait pas été atteint par l’eau.

J’en ai vu plusieurs forcer des voitures accidentées pour y voler de menus objets.

Certains faisaient des aller-retours incessants entre les magasins et la rue Cuper où ils cachaient leur butin. Les jeunes filles de 13-14 ans couraient les bras chargés de vêtements.

Certains narguaient même la police et exhibant les fruits de leur larcin. Les 2 agents en uniforme et les 2 agents en civil étaient biens seuls et bien impuissants face à la horde de pillards (plus de 50 rien que dans la rue Pont aux Lions et la rue Terre Hollande).

Alors qu’une minorité s’emparaient de produits de première nécessité (surtout des boissons, de la nourriture, des produits d’entretien et des Tampax…), la plupart se concentraient sur les objets “de luxe” (TV, ordinateurs, vêtements).
Dans la rue du Brou, les rares vitrines qui avaient résisté ont été brisées par des voleurs de vêtements.

A Verviers, personne (hormis la police) n’a montré la moindre reconnaissance pour mon travail et pour l’aide que j’apportais aux sinistrés. Trois jours plus tard, j’ai installé un autre groupe électrogène à Vaux-sous-Chèvremont (toujours pour rétablir la couverture GSM dans une zone sinistrée). Là, au milieu d’une population très majoritairement belge, je n’ai reçu que des remerciements et des sourires.

Les pillards à l’oeuvre

1 commentaire

Strobi · 27 juillet 2021 à 17 h 01 min

Remercions ce Monsieur pour ce témoignage de la réalité fort peu relayée par les médias.
Sur le terrain cela à dû être hallucinant comme de plus en plus de scènes de notre quotidien, de plus en plus de gens s’en rendent compte que tout porte sur les nationaux pris entre politicards (en haut) et racaille (en bas)par pour et contre qui sont en balance d’efforts et de menace d’accusation raciste, c’est une double peine.
On compte encore éduqué la racaille par des programmes humanistes à l’école, alors que ces jeunes n’en ont pas la culture et cela fait des années que cela dure, il faut que cela cesse..

Répondre à Strobi Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *