Un observatoire sur l’islamisme donne raison à NATION !

Publié par NATION le

Mme Florence Bergeaud-Blackler, une anthropologue chargée de recherche au CNRS, et spécialiste du marché halal, a fondé l’Observatoire des fondamentalismes à Bruxelles. Cet observatoire est soutenu par divers experts en la matière et une quarantaine de personnes, dont des militants laïcs, font partie de son conseil scientifique. 

Selon cet observatoire, il est impossible en Belgique, d’avoir un débat sérieux sur l’islamisme, alors que notre pays est la capitale de l’Europe et que, il est indéniable que le fondamentalisme et le communautarisme sont en plein essor.

L’Observatoire déplore que ce débat soit impossible dans notre pays, qui est soi-disant adepte d’une neutralité en matière religieuse. L’observatoire affirme et explique que certains quartiers de Bruxelles sont devenus “une sorte de sanctuaire de l’islamisme en Europe”. Et ils dénoncent le fait que les élites politiques, universitaires et journalistiques, ne veulent aborder ce sujet que sous l’angle d’un pseudo “islamophobie”. 

Ce groupe n’a pas peur d’expliquer clairement, que l’islamisme s’installent depuis quarante ans en Belgique. Que les Frères Musulmans pénètrent le tissu social, les ONG et associations d’aide aux défavorisés ou aux sans-papiers, dans les lieux d’éducation, de soins, dans des mosquées, et jusque dans certaines entreprises. 

Il explique que l’islamisme s’est largement appuyé à Bruxelles sur les structures tribales de l’immigration rifaine, sur des réseaux criminels de passeurs de drogues, d’êtres humains, et que ces trafics “achètent” le silence de certains, comme l’avait d’ailleurs expliqué l’historien Pierre Vermeren. L’Observatoire souligne que “l’islamisme reste un sujet tabou”. 

L’Observatoire à publié ce mois de juin un ouvrage titré : “Cachez cet islamisme. Voile et laïcité à l’épreuve de la cancel culture”, aux Éditions La boite à Pandore, ouvrage collectif signé par Florence Bergeaud-Blackler et Pascal Hubert, …..

Il faut savoir que depuis que ce groupe donne des explications claires sur la réalité de l’islamisme en Belgique, l’observatoire est déjà étiqueté “poste avancé de l’extrême-droite française en Belgique”, qu’un syndicat de journalistes de gauche, à déposé une plainte au Conseil de l’Europe contre l’Observatoire pour : “harcèlement et islamophobie”. Quant à Fadila Maaroufi, qui est à l’origine de cet observatoire, elle fait l’objet de pressions intenses, d’insultes, et même de menaces de mort. Elle a également été licenciée par le Centre d’action laïque.

Dire la vérité dans une fausse démocratie, ça peut coûter cher ! Néanmoins, NATION salue le courage de ce collectif et de madame Maaroufi, qui malgré les pressions et les menaces, ne baissent pas les bras pour dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité !

Jean-Pierre Demol

Sources : l’Express – Thomas Mahler


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *