Intervention du 1er Mai de Nancy Van Den Eede

Publié par NATION le

Ce 1er Mai, une des 7 activités de NATION a eu lieu à Roux pour commémorer les travailleurs abattus par l’armée en 1886. Avant de fleurir la stèle commémorative, Nancy Van Den Eede (co-présidente de NATION) a fait une intervention dont le texte est ci-dessous.

Bonjour à tous et merci d’être venu

Comme vous le savez, notre demande pour manifester à Liège a été refusée. Cependant NATION ne lâche rien et différentes actions locales sont organisées malgré tout,  car il n’est pas question de laisser cette journée du 1er mai aux mains des socialistes.

Alors pourquoi sommes-nous ici aujourd’hui au cimetière de Roux ?

Nous sommes ici pour honorer la mémoire d’ouvriers morts à une époque où les salaires étaient très bas, le chômage était généralisé, et pour ceux qui travaillaient, ils prestaient des journées de 12h. Tout cela sans aucune politique sociale.

C’était en 1886, une époque où seuls ceux qui payaient beaucoup d’impôts avaient le droit de vote, c’est à dire seulement 2% de la population.

Les ouvriers étaient considérés comme du bétail, interchangeable à souhait, avec des conditions de vie déplorables pour des travaux pénibles.

Les enfants étaient envoyés à partir de 12 ans dans les mines et le salaire était misérable, a peine de quoi survivre.

Et bien entendu en 1886, face à de telles injustices, les ouvriers se révoltent. A liège pour commencer, ensuite à Charleroi 

La grève prend une telle ampleur qu’elle en devient une émeute. Après deux jours, la région de Charleroi est placée en état de siège,  le gouvernement rappelle 22.000 militaires pour rétablir l’ordre dans les rues.

Le général en charge  donne l’ordre de tirer sans sommation sur les grévistes.

C’est au total 19 personnes qui trouvent la mort lors des   fusillades ici à Roux  (il y en a eu d’autres ailleurs).

C’est pour ces victimes que nous sommes là !

Pour honorer la mémoire de ces hommes et ces femmes qui ont eu le courage de se battre pour défendre leurs droits.

Et aujourd’hui, qu’en est-il ?

  • Les PME ferment au profit des multinationales
  • Les chiffres du chômage sont toujours en augmentation
  • Le nombre de minimexés explose

Au niveau de l’insécurité : émeutes, attaques au couteau, guerres entre bandes urbaines, trafic de drogue et j’en passe…La police n’ose même plus aller dans certains quartiers

Mais par contre, pour faire la répression contre les nationalistes, la police est bien là…

Mais aujourd’hui, où est le peuple prêt à se battre pour défendre sa patrie, sa ville, son quartier ? Mais aussi ses  traditions, sa culture, ses valeurs, sa liberté, etc…

Une toute petite partie manifeste pour avoir le droit de « faire la fête » mais la grosse majorité reste derrière son PC…

En tout cas, nous, militants de NATION serons toujours présent ! Nous continuerons à lutter pour une vraie justice sociale et une solidarité envers ceux qui le méritent et dans le cadre de la nation. Nous lutterons pour un réel respect entre travailleurs et patrons, pour favoriser l’économie locale et lutter contre le grand capitalisme.

Et donc aujourd’hui pour ces hommes, ces femmes de 1886, pour leur courage et leur sacrifice, je vais vous demander de respecter 1 minute de silence !

Nancy Van Den Eede


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *