Lettre ouverte à Sophie Wilmes!

Publié par NATION le

Un de nos sympathisants avait écrit à la première ministre. Sa seule réponse fut un e-mail automatique de réception. Il a donc décidé de lui écrire cette lettre ouverte que nous publions bien volontiers

Madame la Première ministre,

Je vous remercie mais votre réponse automatique ne sert à rien, vous ne répondez de toute façon jamais.

Le monde politique n’a jamais été aussi éloigné du citoyen. Nous n’y croyons plus, ni en vous ni en personne sur la grande scène de la grande comédie des partis.

C’est infiniment triste. Il ne reste plus que des partis traditionnels qui se disputent leur part du gâteau et une Union européenne coûteuse, sclérosée et soumise au diktat de la haute finance.

Nous n’y croyons plus en cette Europe, qui se laisse bafouer par les producteurs de pétrole et envahir par l’Afrique et la Moyen Orient…Elle a depuis longtemps trahi ses citoyens, honteusement, scandaleusement.

Le MR avait en son temps, à force de simagrées et de contorsions médiatiques de votre prédécesseur (qui s’est ensuite dépêché d’aller se planquer à l’Europe histoire d’être peinard jusqu’à la fin de sa carrière politique), signé le pacte de Marrakech, cette infâmie destinée à favoriser l’invasion de l’Europe par une immigration massive.

Que voulez-vous que nous fassions encore d’un MR qui a viré à gauche et ne défend même plus son électorat traditionnel, à savoir les belgo-belges de la classe moyenne, en l’occurrence ceux qui n’intéressent plus les partis traditionnels comme le vôtre, qui ont été lâchés par ceux-ci ?

Par contre, si on est noir, immigré, musulman, sans papier, migrant économique, et tout le toutim, alors on a droit à des avocats, à pléthore d’associations soi-disant antiracistes, à des manifestations de soutien, on est soutenu par des personnalités politiques jouant les vierges effarouchées, par des campagnes médiatiques à outrance, par des diatribes diabolisant le sale « blanc » raciste.

Et maintenant, voilà que se constitue une commission parlementaire censée mettre au jour les crimes commis par la Belgique au Congo ! La belle affaire ! Le beau léchage de botte que voilà !

Alors qu’on ferait beaucoup mieux de s’atteler aux VRAIS problèmes de fond qui laminent et pourrissent le pays…  

Et que voulez-vous que nous fassions encore d’un gouvernement fédéral qui laisse des bourgmestres, rendus fous par leur quête prosélyte à donner la nausée, mettre des villes et la santé de leurs habitants en danger, juste pour plaire à leur électorat local venu d’ailleurs ?

Oui, tout cela est à vomir. Qui espérez-vous encore convaincre ? Un jour il y aura un tremblement de terre, mais les politiques ne l’auront pas vu venir ou pas voulu voir venir.

Veuille agréer, Madame, mes salutations distinguées.

H. Depièreux

Catégories : Carte blanche

2 commentaires

Boisdequin Noël · 6 juillet 2020 à 10 h 52 min

Bravo , très bien écrit, félicitations, exactement ce que je pense, il y a 60 ans j’étais au Congo avec les frégates de la Force Navale, je ne vous conterai pas les horreurs que j’ai vécu

Goreux Jacques · 6 juillet 2020 à 18 h 14 min

Plus facile de flatter les communautarismes que de s’attaquer aux vrais problèmes; pertes d’emplois, insécurité… En ce sens aucun de nos politiciens actuels ne seraient digne de dénouer les courroies des sandales de notre glorieux Léopold II

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *