Nos cadres locaux, aujourd’hui le Namurois et le Luxembourg!

Publié par NATION le

Une des forces de NATION est d’avoir toujours essayé d’être au plus proche des gens et donc de constituer des noyaux locaux et des sections, un peu partout dans le pays. Nous avons demandé à certains de ces cadres locaux de brièvement se présenter. Vous trouverez aussi leur adresse e-mail, si vous désirez vous engager dans votre région. Si NATION n’est toujours pas représenté dans votre région et que vous vous sentez de taille à relever le défi de créer un noyau local, faites le nous savoir via secretariat@nation.be

Nous allons publier ces interviews par région, vous pourrez retrouver l’ensemble des interviews regroupées ICI

Myriam, pour le Namurois

Présentez-vous sur un plan personnel et politique

Je m’appelle Myriam Gravis, je suis maman de deux enfants, j’habite en province de Namur, plus précisément la région couvinoise. Je suis originaire du Hainaut mais si mes racines sont dans le Centre, voici plusieurs années que je réside dans le Namurois. J’ai fait une partie de ma carrière à la poste et ensuite j’ai travaillé comme indépendante dans le secteur du paramédical.

J’ai rejoint le mouvement NATION il y a 4 ans comme simple militante puis j’ai développé la région de Couvin dont j’ai été la personne de contact pendant 2 ans. Ensuite j’ai été nommée responsable de la province de Namur et récemment directrice de la communication au niveau national.

Lors des élections communales, j’ai été tête de liste pour ma commune et avec l’aide de mon équipe nous avons fait un très beau score ce qui m’a valu d’être à nouveau tête de liste pour la province de Namur lors des élections fédérales.

Comment est vécu le confinement dans votre région ?

Au début, le confinement dans notre région était assez bien respecté puisque, en tant que frontaliers, nous étions soumis à beaucoup de contrôles. Depuis quelques jours, on ressent la pression des citoyens car, étant dans une région propice à la promenade, on constate que beaucoup d’habitants recommencent à sortir, parfois même en groupe.

Comment voyez-vous le développement local de NATION dans l’avenir?

Le confinement obligatoire n’a pas pour autant diminuée l’activité des militants locaux et nous avons continué à établir des contacts avec divers citoyens intéressés. Lors de notre « libération » nous pourrons enfin rencontrer ces personnes qui ont montré de l’intérêt pour le Mouvement.

Avez-vous un message pour les membres et sympathisants de NATION?

Je souhaite un bon courage aux militants et aux sympathisants qui nous suivent sur les réseaux sociaux pendant cette période difficile et je vous donne rendez-vous prochainement lorsque les rencontres seront à nouveaux possibles. Quand cette épreuve sera derrière nous, attendons-nous à devoir en affronter d’autres. Le moment sera donc venu de nous serrer les coudes et d’être disponibles pour nos concitoyens. Je souhaite vous revoir bientôt, encore plus motivés qu’avant, toujours solidaires, décidés à prouver notre attachement à notre nation.Courage à tous et à très bientôt.  

Olivier, pour le Luxembourg

Présentez-vous sur un plan personnel et politique

Pour ceux qui ne me connaissent pas encore, je m’appelle Olivier Buys, je suis le responsable de la province du Luxembourg pour le mouvement Nation.

Identitaire et solidariste depuis de longues années, je n’ai de cesse de combattre pour le bien du peuple belge.

Je suis convaincu que la seule alternative, face à la mondialisation et au diktat des partis auto-proclamés démocratiques, c’est celle de la troisième voie, de l’identité, de la souveraineté et du solidarisme qui est la clef d’une nation prospère dans laquelle le peuple peut vivre dignement du fruit de son labeur.

Je pars du principe, que le politique doit être au service de la population et non le contraire.

Comment est vécu le confinement dans votre région ?

Nous sommes bien malgré nous en période de confinement. Le confinement dans notre province se passe plutôt bien et les règles sont acceptées facilement dans leur grande majorité. Bien entendu nous n’avons aucun mérite, nous sommes une province rurale avec beaucoup de petits villages et quelques grandes villes. Il est donc plus facile de se retrouver confiné dans des lieux qui sont déjà, en temps normal, très calmes. Il y a bien ici et là quelques exceptions, plus particulièrement dans les villes ou le nombre d’habitants est plus élevé.

Il n’en reste pas moins que chez nous aussi les gens se posent de plus en plus de questions vis-à-vis de ce virus et beaucoup commencent à remettre en doute la gestion et les chiffres de cette pandémie.

Comment voyez-vous le développement local de NATION dans l’avenir?

Après la crise, de grands défis nous attendent. Nous nous sommes tous bien rendu compte que la gestion du pays est catastrophique, notre société s’effondre, la population glisse dangereusement sur la pente de la pauvreté. L’état est en faillite et les citoyens se rendent de plus en plus à l’évidence : les partis traditionnels ne sont pas la solution. Pour NATION, c’est une évidence depuis des années : les partis escrocs diffusent sournoisement et depuis longtemps leur propagande contre le Mouvement ce qui fait que la population, bien que d’accord avec nous, est encore méfiante par rapport à nos idées.

Notre défi, c’est de faire comprendre à la population qu’il est impératif de changer complètement notre système. Il est important qu’elle réalise que ce n’est pas ceux qui sont à la source de la faillite de notre société qui vont nous en sortir. 

L’autre grand défi, est de dire aux gens qui nous soutiennent déjà que c’est bien de nous soutenir sur les réseaux sociaux, mais que pour changer les choses, c’est encore mieux de lutter sur le terrain à nos côtés.  Le premier pas vers le militantisme c’est de s’affilier au mouvement.

Avez-vous un message pour les membres et sympathisants de NATION?

Je sais que ce moment de confinement nous paraît à tous interminable ; nous avons hâte de tous nous revoir et je pense à mes camarades, tous confinés chez eux, qui aspirent à retrouver tous ces bons moments que nous passons régulièrement ensemble. A tous nos sympathisants, nos membres et nos cadres, que la force et le courage soit avec vous. Oui, nous vaincrons !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *