Bpost face au coronavirus : le client encore une fois lésé?

Publié par NATION le

Les entreprises se sont adaptées par rapport au confinement et aux nouvelles mesures qui sont d’applications dés ce lundi.

Si  certaines, afin de satisfaire leurs clients font des gestes commerciaux en offrant des services supplémentaires sans suppléments de prix , il n’en est rien chez Bpost.

Au contraire, le prix du recommandé n’a pas changé : 8.20€ sur Eshop (avec accusé de réception ). Par contre le service lui n’est pas respecté !

Dès ce lundi, les recommandés (ainsi que les accusés de réception) sont signés par l’agent distributeur. Dans certains bureaux, il est demandé à ce que l’agent signe devant le destinataire, mais quelle preuve y aura-t-il que le recommandé a bien été réceptionné par la bonne personne ?

Avec les restrictions du temps de travail mises en place par Bpost , les agents ont de moins en moins de temps à consacrer à la distribution alors qu’il aurait été simple de mettre en place un service exceptionnel uniquement pour les envois contre signatures  et de demander à ce que le destinataire donne le numéro de carte d’identité  afin de noter celui-ci comme ça se faisait auparavant.

Mais ça aurait peut-être couté trop cher à cette société qui doit d’abord penser à ses actionnaires plutôt qu’à ses clients.

Ceci risque d’amener quelques soucis administratifs, car lorsque l’on reçoit un recommandé, c’est rarement pour dire « bonjour ».

 L’expéditeur qui a payé une certaine somme pour avoir un service , n’aura pas la preuve juridique que cet envoi  a été remis au bon destinataire. Et si erreur de distribution, le destinataire ne pourra pas prouver qu’il n’a pas reçu l’envoi puisqu’il aura été signé.

Ceci nous promet encore de belles procédures juridico-administratives à la belge pour les prochaines semaines. 

Myriam Gravis


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *