L’extrême droite en question!

Publié par NATION le

Je suis un militant nationaliste depuis 1978, et j’ai la certitude d’être bien plus “spécialiste” de « l’extrême droite », que les soi-disant spécialistes issus presque tous de la gauche, voire de l’extrême-gauche.

De nos jours, notre société est menée par le bout du nez par le politiquement correct et l’idéologie imposée par le système et la bien-pensance, le plus souvent à gauche de l’échiquier politique.

Ils ont ouvert un grand sac étiqueté “extrême droite” et y ont placé les gens à droite de la droite traditionnelle,  mais également les nationalistes, les régionalistes et tous ceux qui sont contre le système en place.Ils y ont bien entendu jointles “néo-fascistes” et les « néo-nazis », histoire de bien diaboliser tous les autres, précédemment cités.

C’est un peu vite oublié qu’avant et au début de la dernière guerre mondiale, en France et en Belgique, la gauche collaborait avec les nazis, qui en réalité étaient des “socialistes nationaux” (En allemand, l’adjectif précède le nom commun “national-socialisme”). 

Ce n’est que lorsque le pacte germano-soviétique fut rompu que les “collabos” de gauche se sont tourné vers la résistance et qu’après la guerre, ils se sont efforcés de mettre le nationalisme sur le même pied que le nazisme et le fascisme, afin de sauver la face. Et cela a bien fonctionné, puisque 70 ans plus tard, c’est ainsi repris dans la pensée collective de ceux qui ne connaissent pas ce pan de l’histoire, précieusement caché.Vous me direz alors :”qu’est-ce que l’extrême droite” ?L’extrême droite, c’est tout simplement la droite de la droite libérale, une mouvance politique de droite un petit peu plus stricte sur la politique d’immigration, pour le rétablissement des frontières, et une lutte contre l’islam radical.

Pour le reste, cette vraie “extrême droite”, qui n’a absolument rien d’extrémiste, maintient des bases libérales, capitalistes, atlantistes et donc pro-américaines .Cette “extrême droite” européenne s’est même rapprochée officiellement d’Israël en créant à Bruxelles “European Friends of Israël».

 Voilà pourquoi les nationalistes que nous sommes ne peuvent être d’extrême droite, puisque :

  • nous rejetons la politique des libéraux,
  • nous sommes anti OTAN et contre l’impérialisme américain,
  • nous sommes anti-capitalismes
  • nous ne nous mêlons pas du conflit israélo-palestinien, tout comme eux se fichent pas mal de nos problèmes. Pour nous, c’est “ni kefieh, ni kippa” !

Et bien sur, nous n’avons rien de commun avec le fascisme ou le nazisme, qui pour moi sont des idéologies de gauche, obsolètes, mortes avec leurs créateurs.On ne peut rien construire avec des fantômes d’un passé révolu.Le Mouvement NATION est donc un parti nationaliste, du courant solidariste et identitaire. Nous sommes des patriotes, nous défendons nos valeurs et nos identités de Belges et d’Européens, nous voulons une Belgique unie et une Europe avec des nations souveraines, maîtres de leurs frontières. Une Europe dirigée par des élu(e)s du peuple, et non par des technocrates nommés par la haute finance.

Jean-Pierre Demol 

Catégories : Non classé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *