Imposture climatique (1)

Publié par NATION le

Personne ne doute de la nécessité de sauvegarder notre planète, la nature et la biodiversité. Ni qu’il faut également trouver des moyens pour diminuer la pollution.

Mais de là à polluer les esprits, manipuler la jeunesse, en fondant une politique sur un seul critère, comme le “réchauffement climatique d’origine humaine, dont la cause principale est l’émission de dioxyde de carbone (CO²) en constante augmentation dans l’atmosphère terrestre”, il y a une nuance.

Or, pour qui prend la peine de faire quelques recherches dans les milieux scientifiques liés aux problèmes du climat, la donne change complètement : le réchauffement climatique devient le “dérèglement climatique”, ce n’est pas du climato-scepticisme, mais du climato-réalisme . Et la cause anthropique n’est plus qu’une simple hypothèse. 

Cette catastrophe climatique annoncée est une trouvaille de l’ONU, qui pour donner un aspect scientifique au sujet a crée le GIEC, une organisation inter-gouvernementale qui pour ses rapports, se base sur des modèles mathématiques et économiques. 

Ils ont à leur solde, quelques scientifiques bien placés et bien rémunérés, pour défendre leur thèse. Mais, de nombreux chercheurs affirment que les modèles du GIEC sont des simplifications de la réalité, qui ne prennent pas compte de tous les paramètres.

J’ai donc fait quelques recherches et voici quelques articles scientifiques, avec leurs références, qui montrent que soit le GIEC ment, soit il omet des éléments scientifiques indéniables qui contredisent la plupart de leurs thèses.

En 2013, le rapport du GIEC précisait que “l’Antarctique était en train de perdre constamment sa masse de glace terrestre”. Deux ans plus tard, le 30 octobre 2015, la NASA publiait dans le “Journal of Glaciology” une étude qui disait que la calotte glacière de l’Antarctique avait accumulé un gain net de 112 milliards de tonnes de glaces de 2003 à 2008 . Et une étude plus récente de la NASA (voir lien), révèle que les gains de masse de la couche de glace en période hivernale, sont suffisants pour compenser les pertes croissantes des glaciers de la région dues au réchauffement.

https://www,nasa,gov/feature/goddard/nasa-study-mass-gains-of-antarctic-ice-sheet-geater-tha-losses 

D’autre part, selon le “Hydrogical Science Journal”, la banquise connaît des fluctuations depuis très longtemps, avec des croissances et des reculs. Par exemple, une période de recul a existé dans les années 1910, une période de croissance en 1940, un nouveau recul en 1970 et actuellement une augmentation par rapport à 2015/2016 …

Selon le Dr Roy W. Spencer, un climatologue qui fut le chercheur principal en études du climat au “Marshall Space Flight Center” de la NASA (médaille d’excellence scientifique exceptionnelle pour son travail de surveillance de la température mondiale par satellites) a affirmé le 13 mai 2019, que la moitié du réchauffement du XXIe siècle est dû au phénomène climatique”El Niño” (ce qui fut confirmé par le sondeur atmosphérique “AIRS” pour la période allant de 2003 à 2017)

La fin de la période étudiée par l’équipe du Dr Spencer, s’est terminée par un “El Niño” reccord en 2015/2016, ce qui signifie très clairement que la tendance au réchauffement au cours de cette période de 15 ans, ne peut être entièrement d’origine anthropique. Nulle part, le GIEC ne mentionne ce fait scientifique ! 

Le 12 mai 2019, le Centre de météorologie WXCHARTS avait constaté des anomalies de température pour l’Europe. Ils ont remarqué une anomalie positive de température extrêmement élevée dans le nord-ouest de la Russie et une anomalie négative sur une grande partie de l’Europe. Suite à cette étude, le météorologue-prévisionniste Guillaume Séchet, du site “météo-paris.com” a dit : “Cette vague de chaleur résulte d’une situation météorologique banale : un pont anticyclonique particulièrement solide liant l’anticyclone polaire et le subtropical. La puissance et la persistance de ce blocage sont les deux facteurs expliquant le caractère remarquable de cette vague de chaleur . Et donc, contrairement aux affirmations du GIEC et des climato-alarmistes, cette vague de chaleur trouve son origine dans un contexte météorologique bien défini, et n’est pas la conséquence directe du réchauffement global. Silence total du GIEC à ce propos !!!

Une étude récente publiée dans “Nature Géoscience”, par des chercheurs de l’Université d’Oxford, montre que le réchauffement a été très inférieur à celui prévu par les modèles du GIEC, et que ces derniers, ont surestimé l’impact des émissions.” C’est suite à quoi le professeur Michael Grubb, lié au GIEC, a admit que les prévisions du GIEC étaient fausses, et qu’il avait revu sa position sur les échelles de temps impliquées dans le réchauffement climatique anthropique … Pas un mot du GIEC à ce sujet !

Jean-Pierre Demol

(à suivre)

Catégories : Non classé

1 commentaire

Jean Louis · 20 juin 2019 à 19 h 22 min

Cela n’est qu’une part de la vérité, et il faut parler de changement climatique, pas de “réchauffement dû aux activités humaines” : On sait, que les entreprises polluent, mais c’est plus du “local”, et de l’empoisonnement direct, pas par du “co2”, et il suffit d’ailleurs d’un arrêt de plus de 15 jours, et la situation redevient normale (durant les vacances, dans les villes, on peut apercevoir le ciel dégagé, et dans les sites industriels abandonnés, la nature reprend ses droits)… Ce que le GIEC et autres scientifiques d’opérette et acteurs en blouse blanche durant les propagandes des réchauffistes, comme durant les propagandes de produits pour lave-linges a la télé, c’est que, même le peuple des Inuits et autres esquimaux, a observé que depuis plus de 10 ans, le soleil n’est plus à la même place qu’avant, ce qui a fait fondre la glace, et donc, c’est un peu pire que ledit “réchauffement dû a l’homme” : On assiste, ici, à un déplacement des pôles, et là, on ne peut rien faire pour empêcher cela (on peut facilement vérifier cela en regardant la différence entre le pole nord indiqué par n’importe quelle boussole, et le pôle nord géographique de la carte avec quelques repères), aussi, on peut voir le déplacement du pole nord en direct sur n’importe quel site sérieux qui traite du sujet…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *