NATION et l’enseignement !

Publié par NATION le

  1. Rétablissement de la qualité de l’enseignement par la promotion des valeurs traditionnelles.
  2. Rétablir le respect du professeur et son autorité. Cela passe aussi par l’attitude et la tenue du professeur
  3. L’école doit transmettre non seulement aux enfants une connaissance minimum de base (lire, écrire, compter, s’exprimer correctement dans sa langue) mais aussi des valeurs telles que la famille, l’effort, le mérite et le civisme.
  4. L’histoire, la géographie, la littérature, la philosophie et les cours de morale doivent être remis à l’honneur
  5. En ce qui concerne l’histoire, les programmes devraient être développés selon deux axes: un axe local et un axe global. L’axe local concernerait le passé du terroir proche, village, quartier, région, permettant aux élèves de s’identifier à une culture et à une origine concrète, eux qui bien souvent ne savent pas quel métier leur grand-père exerçait. L’axe global concernerait l’histoire au sens classique du terme, mais enseignée et analysée sur base d’une description des événements sans les interpréter, les moraliser ou s’en servir pour culpabiliser, comme on le fait par exemple avec la colonisation, ou avec les croisades. .
  6. Revalorisation de l’enseignement technique et professionnel. Cet enseignement ne doit plus être pris pour la poubelle de l’enseignement général. Les mesures suivantes sont à prendre :
    Elaboration et adaptation des programmes
    Organiser plus et mieux des stages en entreprise
    Il faut recruter des formateurs issus du privé
    Il faut proposer des recyclages aux professeurs
  7. Augmentation des stages dans le monde professionnel choisi par l’élève
  8. Suppression du “décret inscription”.
  9. Création de corps de discipline au sein des établissements scolaires avec une formation spécifique donnée aux membres de ce corps. Ce corps sera contrôlé par l’administration. Il aura le droit de contrôler l’entrée des élèves ainsi que celui de fouiller leurs affaires. Ils devront être assermentés de telle manière que leur témoignage ait force en justice.
  10. Sensibilisation des parents à la problématique de la discipline. C’est aussi à la maison que la discipline s’apprend. Aujourd’hui l’école se substitue aux parents en éduquant. L’école doit enseigner et non éduquer. Il faut responsabiliser les parents et leur rappeler leur rôle.
  11. Redéfinir les rôles des préfets d’éduction ainsi que des éducateurs. Ceux-ci doivent avoir plus de moyens et d’actions contraignantes en cas de problèmes majeurs avec des élèves délinquants.
  12. Il faut établir des règlements généraux d’ordre intérieur commun à tous les établissements
  13. Gratuité COMPLÈTE et RÉELLE de l’éducation nationale publique. Cela comprend tous les réseaux de l’enseignement, privés comme publics
  14. Gratuité des livrets scolaires et du journal de classe
  15. Plafonner les frais de participation aux photocopies
  16. Aide aux enfants de familles en précarité afin de les aider à acheter des fournitures scolaires qui ne seraient pas fournies par l’éducation nationale.
  17. Support pédagogique pour les parents qui auraient des difficultés pour contrôler la matière vue par leur enfant
  18. Augmentation des moyens pédagogiques par une augmentation budgétaire mais aussi par une gestion drastique des dépenses de l’enseignement.
  19. Interdiction pour les enseignants de faire du prosélytisme politique, philosophique ou religieux
  20. Suppression des cours de religion dans les écoles publiques. Il existe les écoles privées pour ceux qui veulent un enseignement plus religieux
  21. L’Etat ne soutiendra pas financièrement les écoles privées
  22. Les écoles privées ne pourront pas être financées de l’étranger
  23. Les écoles publiques seront chargées de donner des cours d’éducation civique et patriotique.
  24. Quel que soit le type d’école, les valeurs nationales et patriotiques devront être remises en avant
  25. Création d’un Comité de Contrôle qui vérifiera si aucun endoctrinement de type politique ou idéologique n’est dispensé par des enseignants. Ce comité pourra fonctionner sur simple plainte des parents et pourra proposer des sanctions contre les éventuels fautifs
  26. Mise à l’écart rapide des élèves peu motivés. Recherche en collaboration avec eux et leurs parents d’une filière où ils ont plus d’intérêt. Sanctionner les parents au niveau des allocations familiales si l’élève ne fait aucun effort. Au pire, il faut regrouper ces élèves dans des centres spécialisés.
  27. Les procédures d’exclusion d’un établissement scolaire doivent être simplifiées afin qu’on puisse plus facilement se débarrasser des éléments les plus perturbateurs et les plus difficiles.
  28. Développement de filières à destination de ceux qui, après avoir choisi l’enseignement général, voire l’université et en ont assez -ils sont plus nombreux qu’on ne pense-, et souhaitent s’orienter vers une carrière plus manuelle. Ces filières pourraient aussi être organisées de manière à permettre à ceux qui le souhaitent de poursuivre à la fois une formation technique et des études plus intellectuelles. Il faut briser la dualité instaurée par le système entre les intellectuels et les manuels, comme si nous n’étions pas presque tous un peu les deux.
  29. Organisation de concours avec classement à la sortie de l’école primaire et à la sortie des humanités (quelles qu’elles soient), couplée avec l’instauration d’un numerus clausus, ceci pour toute les filières. Les mieux classés auraient priorité pour choisir la filière de leur choix. Le nombre de places étant limité, quand une filière est complète, les moins bien classés doivent s’orienter vers celles qui restent. Cela résout en même temps la surpopulation de certaines écoles et la désertification de certaines autres et motivent les élèves à travailler pour être bien classé au concours. Le nombre de places de chaque filière serait fixé chaque année en fonction des prévisions des besoins de la nation, principe appliqué aussi bien à l’entrée du secondaire qu’à l’entrée du supérieur. Cette mesure permettrait aussi d’éviter de se retrouver avec certaines professions surreprésentées sur le marché alors que d’autres sont en pénurie.
  30. Augmentation des stages dans le monde professionnel choisi par l’élève.
  31. Au moins une implantation scolaire fondamentale devrait rester ouverte sur chaque zone correspondant à une ancienne commune d’avant les fusions, même lorsque le nombre d’élèves chute sous la barre des douze. On pourrait redescendre jusque sept. Si le nombre d’inscrits tombe en-dessous de sept, les cours seraient bien entendu donnés dans une implantation d’une commune voisine. Mais ceux qui se seraient inscrits dans l’école non fréquentée y resteraient d’un point de vue administratif, afin que l’école puisse redémarrer en cas de nouvelle affluence. Il suffit pour cela qu’une ou deux familles avec enfants s’installent à proximité. En fait, il arrive trop souvent que des écoles ferment faute d’inscrits. Et on ne sait plus jamais si une réouverture aurait été possible ou non par après car ce n’est tout simplement pas prévu.
  32. Réinstauration des cours de biologie génétique en science
  33. Mise en place d’une politique cohérente, et sur le long terme, de la gestion des bâtiments scolaires
Catégories : Non classé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *