Incidents de Verviers : on en parle encore et encore !

Cela fait une semaine aujourd’hui que l’on parle sans arrêt, dans tous les médias, de la tentative de conférence de Théo Francken à Verviers. Très souvent en citant NATION d’ailleurs.

Dès le lendemain des incidents, les manifestants de gauche ont évoqué une croix gammée que l’on pourrait qualifier de « monstre du Loch Ness », puisqu’en effet tout le monde en parle mais il n’y en a aucune vraie image.

Ce 26 février, pour la première fois, Sudpresse dans son édition verviétoise affirme que ce sont des membres de NATION qui auraient porté cet emblème. NATION a envoyé le démenti suivant à l’ensemble de la presse :

« Le mouvement NATION dément formellement qu’un de ses membres présents à cette conférence ait porté une croix gammée sous quelque forme que ce soit. Si un individu avait été porteur d’un tél emblème, nul doute qu’il aurait été largement filmé ou photographié. NATION met au défi ceux qui l’accusent de montrer la moindre preuve de ce qu’ils avancent. »

Manifestement, la gauche s’est tiré ce soir-là une balle dans le pied (comme on peut le voir avec la condamnation des incidents par l’ensemble des éditorialistes du pays et la réaction très négative de l’opinion publique). Et du coup, elle ne sait plus quel mensonge inventer pour «rattraper le coup».

2 commentaires sur “Incidents de Verviers : on en parle encore et encore !

Ajouter un commentaire

  1. C’est certain! La gauche a montré son vrai visage : intolérante et violente dès qu’on ne pense pas comme elle! C’est la preuve de son déclin dans la population wallonne!

  2. La mauvaise foi de la gauchosphére et des média complice est énorme.Tout leur est permis pour salir ceux qui ne sont pas de leur bord.Ils sont a la fois stupides,méchants et nuisibles.Ils sont incapables de se remettre en question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑