Guerre en Ukraine = inflation : mensonge

Publié par NATION le

En disant que les prix augmentent via l’inflation causée par Poutine et son attaque de l’Ukraine, nos dirigeants politiques et la presse mentent éhontément. Quiconque suit un peu l’économie nationale et européenne sait que l’inflation et l’augmentation des prix existaient déjà en 2021, en juin de cette année, il était déjà question de la montée de l’inflation, or, l’attaque russe sur l’Ukraine à débuté le 24 février 2022…

Les prix augmentent depuis bien plus longtemps d’ailleurs, et ces augmentations des marchandises de consommation sont un choix politico-économique, selon les règles mondialistes du libre-marché, et l’inflation actuelle n’est que le fruit de ce système qui a œuvré à détruire les capacités de production dans divers pays “ex” industriels d’Europe. Et cela fut orchestré par des dirigeants(es) non élu(e)s, qui semblent avoir un autre objectif que de travailler pour le bien être du peuple. Et c’est bien sûr ce peuple, qui en payera les conséquences, cela commence d’ailleurs aujourd’hui.

Voilà aussi pourquoi, et entre autres, NATION lutte pour que nous puissions avoir démocratiquement des décisions économiques nationales, sorte de “protectionnisme” raisonnable et raisonné, hors des ordres de l’Union européenne. Autrement dit, récupérer notre souveraineté perdue.

Soyons clair, sans langue de bois : la base des problèmes liés à l’inflation se trouve dans le système économique (de moins en moins politique), de cette Union européenne technocratique, mondialiste à outrance, et le conflit russo-ukrainien ne fait que renforcer une catastrophe économique et monétaire qui était déjà en route depuis au moins 30 ans. Et ces gouvernements vous trompent : ils augmentent les salaires et les retraites, et en même temps, les marchandises de consommation, l’énergie de chauffage et d’électricité, le carburant, au point que ces malheureuses augmentations du pouvoir d’achat, sont très largement insuffisantes. Et de plus, ils nous prennent pour des poires, en augmentant le gaz et l’électricité, tout en se vantant de ne pas avoir besoin du gaz russe, et que nos réserves nous permettent d’en fournir à l’Allemagne…

Les solutions existent pour contrer ce système, mais pour ce faire, il faut que le peuple se réveille, il est maintenant urgent de rejoindre en masse une formation comme NATION, si vous avez des connaissances en politique, venez les partager avec nous, aidez nous dans notre travail, dont le but est le bien-être de nos citoyens et de refaire de notre petite Belgique, un pays où il fait bon vivre.

Jean-Pierre Demol

Président d’honneur du Mouvement NATION

demol@nation.be
info@nation.be

(Si vous avez un commentaire au sujet de cet article, n’hésitez pas à le mettre en-dessous à la rubrique “laissez un commentaire”)  



Catégories : Non classé

2 commentaires

Jean-Pierre Demol · 22 août 2022 à 9 h 17 min

Petite rectification : Nous fournissons du gaz en Allemagne et non en Hollande, les Pays-Bas sont plutôt fournisseurs en Europe …

kerstens pieter · 27 août 2022 à 16 h 14 min

L’évolution politico-économique que nous avons vécu ces derniers mois me rappelle étrangement une situation identique que la Belgique et l’Europe ont connu en 1979/1980.
A cette période en tant que dirigeant d’une grande entreprise, fabriquant des enseignes lumineuses, j’avais été élu Président de l’association professionnelle de ce secteur, regroupant plus de 200 entreprises et plus de 4.300 salariés.
Sous le gouvernement de Martens 1er (avril 1979-janvier 1980) qui comprenaient de grandes “figures” de la politique de l’époque comme VDB, Desmarets, Spitaels, Simonet, Chabert, Mathot, Eyskens, Cudell and C°, j’ai eu comme interlocuteur le Vice-premier ministre, ministre des Affaires Economiques, Willy CLAES , issu du PS.
Ce triste sire avait publié un décret ministériel interdisant l’allumage des enseignes lumineuses de 21hres à 7hres, justifié, selon lui, par “les difficultés d’approvisionnement de produits pétroliers”.
Dans les 48hres qui avaient suivi la publication de cette interdiction, 90% des clients de chacune des entreprises qui construisaient des enseignes avaient annulé leurs commandes.
Par une campagne agressive sur les chaînes de radio et TV, francophones et flamandes, ainsi que par la menace de manifestations violentes, j’avais obtenu de Willy CLAES et de son administration un allègement de cette interdiction de minuit à 6hre du matin, puis une annulation totale après 6 mois, sauvegardant ainsi l’existence même d’un secteur voué à la critique populaire et responsable d’un “gaspillage d’énergie”.
La vérité était la suivante :
1) Pendant que nos entreprises étaient montrées du doigt, comme un mauvais exemple, le gouvernement accordait des licences d’exportation de carburants à la société Chevron à Feluy.
2) J’avais prouvé à Willy CLAES que je pouvais lui livrer en 48hres le volume de pétrole correspondant à la consommation d’électricité par toutes les enseignes lumineuses installées en Belgique pendant 1 an.
3) Que l’éclairage des autoroutes, des routes et autres voiries, ainsi que l’allumage des enseignes la nuit, permettait d’éviter de nombreux accidents et réduisait l’insécurité dans nos cités.

43 ans plus tard, on en est au même point, conséquence de décisions imbéciles imposées par la Commission Européenne envers la Russie et sans réactions fortes des industriels, l’économie européenne va se retrouver à genoux dans les semaines à venir, avec une récession début 2023 !

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.