Economie : ce qu’il faut absolument savoir !

Publié par NATION le

NATION dénonce : OUI ! Il y a beaucoup d’argent, largement assez que pour ne pas puiser continuellement dans les poches des contribuables !

Les faits

Selon la Banque Nationale et son gouverneur, Pierre Wunch, il y a “un déraillement du budget”, son déficit public atteindra 14 milliards d’euros d’ici  2022 . Ce qui veut déjà dire que le travail le plus important du futur gouvernement fédéral sera de trouver au plus vite, un moyen de réduire le déficit budgétaire structurel.

Que nous disent les incompétents au pouvoir : “Il n’y a pas d’argent !” C’EST UN MENSONGE !


Qu’ils nous expliquent, comment à chaque “nouveau” gouvernement, ils nous parlent d’austérité, de sacrifices, tout en nous disant en même temps et, depuis les années 1980, que notre croissance augmente en moyenne de près de 2 % chaque année, alors que la richesse produite par habitant aurait augmenté de 77 % dans le même temps ?

Si nous écoutons nos menteurs politiques professionnels, nous serions de plus en plus riches, tout en continuant depuis des décennies, à nous dire qu’il faut faire des économies et des sacrifices ? De qui se moquent-ils ???

La réalité qu’on oublie de nous dire

C’est que les sauts d’index, causent une perte de salaire de 2 %. C’est que l’âge de la retraite va passer de 65 à 67 ans. C’est qu’ils ont fait des économies sur les allocations familiales et sur les indemnités de maladie. C’est l’électricité, le gaz, l’eau et le carburant qui ont augmenté. Et que les produits de premières nécessité ont une TVA de 21 % au lieu de 6 %.

Selon une enquête de “dewereldmorgen” du 6 mars 2019, les salariés auraient perdu en 2018, pas moins de 9 milliards d’euros par rapport à 2014 . où est donc passé tout cet argent ???

Une première réponse est donnée par le Service Public Fédéral Finances qui affirme que le gouvernement belge perd chaque année quelque 5,5 milliards d’euros de recettes, par la réduction de l’impôt des sociétés (ces chiffres sont à voir à la hausse selon d’autres sources.) . En effet, certaines grosses sociétés faisant d’énormes bénéfices chaque année, ne payent pas un cent d’impôt ! D’autre part, les mesures qui devaient servir à créer les fameux “jobs, jobs, jobs” de Charles Michel sont bancales : réduction d’impôt des sociétés, des cotisations patronales, une série de subventions salariales et de réductions de cotisations (selon le Bureau du Plan, ces mesures ont coûté dans leur ensemble, plus de 13 milliards d’euros.) . Et les résultats des “jobs, jobs, jobs” sont minimes (selon Eurostat, l’augmentation des emplois en Belgique, est une des plus faibles d’Europe.). De plus, les jobs créés ne sont à temps plein que pour 50 % d’entre eux. 

Il y a également le “Tax Shift” (transfert fiscal : les petits ont payé et les riches se sont encore plus enrichis. 

Une autre étude de l’Union européenne et des Verts européens affirme que le gouvernement belge perd environ 30 milliards d’euros chaque année par l’évasion fiscale et l’évitement fiscal.(chaque année, les “super-riches” de Belgique déposent de 100 à 200 milliards d’euros dans des paradis fiscaux …)Il y a donc de l’argent, beaucoup d’argent même, assez que pour ne plus devoir presser les citoyens comme des citrons.

Voilà encore un combat économique et social que mène NATION. Car pour nous, le bien-être de notre peuple passe avant tout.Et c’est encore une raison pour nous rejoindre, car ce n’est qu’en masse, tous ensembles, que nous pourrons changer cela.

Les seuls vrais voleurs et magouilleurs sont les partis traditionnels, qui font du bon peuple des moutons. A NATION, nous refusons d’être les moutons du système.

Jean-Pierre Demol

Catégories : Economie

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *