Gardons espoir : l’union fait la force !

Publié par NATION le

La devise de la Belgique « L’union fait la force » est plus que jamais actuelle, plus que jamais nécessaire dans ce monde en constante mutation où plus rien ne va.

La responsabilité des gouvernements successifs est lourde de conséquences pour la population suite à une politique débridée sur plusieurs décennies.

En cause :

Une kyrielle de ministres, vice -premier, secrétaires d’État, de députés, de sénateurs…, un gouffre financier intenable !

Les délocalisations d’entreprises poussent nos travailleurs vers le chômage.

Les travailleurs détachés à bas salaires dans tous les secteurs économiques sont aussi néfastes pour notre économie.

L’immigration non contrôlée impacte lourdement nos finances publiques.

Les investissements belges à l’étranger plutôt qu’en Belgique, en Wallonie surtout.

Les investisseurs étrangers renoncent à s’installer en Belgique reconnue comme un pays constamment en grève pour des revendications salariales, (ce qui est juste en soi), mais souvent pour des problèmes de sécurité des travailleurs (pompiers, ambulanciers, policiers, etc.), suite aux attaques permanentes de la racaille dans le but de déstabiliser le pays.

Les charges sur le travail sont onéreuses mettant à mal les exportations de nos produits sur les marchés mondiaux.

L’absence de nouveaux emplois empêche des milliers de belges à participer au progrès de la nation, à produire plus de richesse, et ce, pour une redistribution équitable, afin d’assurer une vie meilleure aux familles.

Or, le chômage endémique, la forte taxation à outrance plongent les familles dans la pauvreté créant des tensions, des violences parmi les couples avec de graves conséquences telles que des séparations, des divorces, parmi les enfants souvent en décrochage scolaires, étant l’harmonie familiale rompue suite à une précarité indigne de notre temps.

Les nombreuses privatisations de secteurs économiques importants aux profits des holdings qui, n’ont cure de la souffrance du peuple, suite aux restructurations de personnel, que seuls comptent les bénéfices mirobolants, qui prennent le chemin des paradis fiscaux au lieu d’être réinvestis dans le circuit économique du pays.

Remèdes à ces situations catastrophiques :

La pension à 65, voire à 67 ans est une aberration : d’une part elle oblige les travailleurs âgés à fournir des efforts, dont ils n’ont plus la force d’accomplir, d’où une diminution conséquente de la production industrielle nationale, et d’autre part les jeunes ne pourront accéder que beaucoup plus tard sur le marché du travail, avec en sus pour les jeunes de vivre à charge des parents au lieu de former une famille et faire des enfants, afin de maintenir un niveau de la natalité acceptable pour le renouvellement de la population, sans devoir importer des enfants des quatre coins de la terre.

Il faut donc que la formation professionnelle soit beaucoup moins lente par rapport aux nouvelles technologies et méthodes de travail en constante évolution, afin que les jeunes soient en mesure d’accéder immédiatement au travail.

Il y aurait lieu de favoriser l’apprentissage des métiers manuels qui font de plus en plus défaut.

Il n’y a plus de respect dans tous les domaines, le patriotisme, l’amour de la Patrie dans le sens le plus noble, n’a plus aucune signification, pourtant il devrait être dans le coeur de toutes et tous.

D’autres situations seraient à évoquer, tant la gouvernance de nos dirigeants est déplorable, dès lors seule une politique au profit exclusif de nos gens est indispensable pour retrouver la joie de vivre dans un pays libre de tout danger.

Un pays où chacun(e) pourra concrétiser ses aspirations légitimes d’une vie meilleure par le travail, la famille et la sécurité.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *